Basilique de Siponto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique de Siponto
Image illustrative de l'article Basilique de Siponto
La façade principale
Présentation
Nom local Basilica Minore di Santa Maria Maggiore di Siponto
Culte Catholicisme
Type Basilique religieuse
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XIIIe siècle
Style dominant Architecture romane
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Pouilles
Département province de Foggia
Commune Manfredonia
Coordonnées 41° 36′ 30″ N 15° 53′ 22″ E / 41.6083, 15.88944 ()41° 36′ 30″ Nord 15° 53′ 22″ Est / 41.6083, 15.88944 ()  [1]

Géolocalisation sur la carte : Pouilles

(Voir situation sur carte : Pouilles)
Basilique de Siponto

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique de Siponto

La basilique de Siponto (en italien: Basilica Minore di Santa Maria Maggiore di Siponto) est un édifice religieux situé sur la commune de Manfredonia, (autrefois Siponto), dans la province de Foggia.

Ancienne cathédrale de Siponto, elle fut érigée en 1977 en basilique mineure par le cardinal Corrado Ursi, représentant Paul VI. La basilique est dédiée à la Vierge Marie de Siponto et est un bel exemple de l'art roman des Pouilles (it).

À gauche de l'édifice, ont été découverts[2] en 1935-1937 les vestiges d'une basilique paléochrétienne à trois nefs avec une abside semi-circulaire et un sol en mosaïque.

Description[modifier | modifier le code]

L'édifice, constitué de deux églises superposées, de facture très sobre, est construit selon un plan carré d'environ 18 mètres de côté. L'église supérieure est la basilique; elle est construite, sur des fondations d'époque romaine, au XIe siècle, et fut profondément réaménagée au XIIIe siècle, en changeant, entre autres, l'orientation d'origine.

L'extérieur[modifier | modifier le code]

Image qui détaille la façade de la basilique
Vue oblique de la façade et de son portail.

La façade principale est décorée d'arcades aveugles de même hauteur que le portail d'entrée aux colonnes soutenues par des stylophores. Les arcades se répètent sur le flanc droit de l'église interrompue par une abside; elles sont ornées, comme à l'intérieur, de rhombes et de nombreux dessins gravés, nœud de Salomon (en), croix, navires ainsi que diverses inscriptions et dates. Le clocheton a été ajouté au VIIe siècle. Avec des fonds débloqués, à hauteur de presque 800 000 euros, ses façades sont restaurées en 2010[3] .

L'intérieur[modifier | modifier le code]

La basilique (église supérieure)[modifier | modifier le code]

L'intérieur, restauré en 1975, présente au sol un quadrilatère avec une zone centrale délimitée par quatre piliers, associée à des arcs brisés sur lesquels s'élève une coupole à arc surbaissé, couronnée par une lanterne à huit petites arcatures. Les parois conservent, sur trois côtés, la décoration originale d'arcades aveugles, selon des schémas similaires à ceux des églises arméniennes et d'Asie Mineure. Le maître-autel est composé d'un sarcophage byzantin. Au-dessus, figure une copie de la Maria Santissima di Siponto (it) du Ve siècle, dont l'original est conservé dans la cathédrale de Manfredonia.

L'église basse ou crypte[modifier | modifier le code]

L'église basse, du Xe siècle, dite aussi crypte - à laquelle on accède depuis un escalier extérieur - est constituée de voûtes d'arêtes supportées par seize colonnes de marbre ainsi que par quatre énormes piliers qui assurent la stabilité de la structure entière. Elle abrite aussi la copie (original conservé à la cathédrale) d'une statue en bois polychrome dite « La Sipontina » ou « Madonna dagli occhi sbarrati » (« Vierge aux yeux écarquillés ») du VIe siècle, d'origine byzantine et qui est la première Vierge vénérée à Siponto.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • x

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]