Basilique de Junius Bassus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique de Junius Bassus
Opus sectile de la basilique de Junius Bassus
Opus sectile de la basilique de Junius Bassus

Lieu de construction Esquilin
Date de construction 331 ap. J.-C.
Ordonné par Junius Bassus
Type de bâtiment Basilique
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Basilique de Junius Bassus

Localisation de la basilique dans la Rome antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 52″ N 12° 30′ 01″ E / 41.897703, 12.50013941° 53′ 52″ Nord 12° 30′ 01″ Est / 41.897703, 12.500139  
Liste des monuments de la Rome antique

La basilique de Junius Bassus (en latin : Basilica Junii Bassi) est une basilique civile de Rome, édifiée par Junius Bassus, consul en 331. Il en reste aujourd'hui un riche décor en opus sectile.

Localisation[modifier | modifier le code]

Elle est située sur l'Esquilin, précisément sur le mont Cispius. Le lieu, à l'est de la basilique Sainte-Marie-Majeure, via Napoleone III, n° 3, est actuellement occupé par un séminaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

La basilique est construite au cours du IVe siècle. L'édifice civil est transformé, au milieu du Ve siècle, sous le pape Simplice (468-483), en une église chrétienne du nom de Sant'Andrea Cantabarbara.

Des vestiges de la basilique sont mis au jour par les fouilles des années 1930, en même temps que des éléments d'une maison antérieure, d'époque augustéenne[1].

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un édifice à abside, pourvu d'un atrium dont les côtés incurvés sont entièrement couverts de scènes décoratives en opus sectile, sorte de mosaïques en panneaux de marbres et pierres de différentes couleurs, soigneusement découpés[1].

Le décor en opus sectile[modifier | modifier le code]

Les éléments du décor en opus sectile sont exposés au musée des Conservateurs[1] et au palais Massimo alle Terme.

Un premier panneau représente une table ronde en perspective aplanie, vue de dessus. Le plateau circulaire montre une scène mythologique, avec Hylas enlevé par les nymphes. Le plateau est curieusement bordé d'un napperon orné de broderies d'inspiration égyptienne, nommé velum alexandrinum (littéralement, « voile alexandrin ») par les commentateurs.

Les autres panneaux montrent le processus consularis , procession d'entrée en fonction consulaire, de Junius Bassus, ainsi que des scènes figurant des animaux symétriquement disposés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b et c Coarelli 1991, p. 153.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]