Basilique Santa Maria Assunta (Gênes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique Santa Maria Assunta
Basilique de Carignano
Présentation
Nom local Basilica di Santa Maria Assunta
Culte Catholicisme
Type Basilique
Début de la construction 1552
Fin des travaux 1603
Style dominant Architecture Renaissance
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Ligurie
Commune Gênes
Coordonnées 44° 24′ 07″ N 8° 56′ 06″ E / 44.402036, 8.935097 ()44° 24′ 07″ Nord 8° 56′ 06″ Est / 44.402036, 8.935097 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique Santa Maria Assunta

La basilique Santa Maria Assunta située sur la colline de Carignano est un des plus grands exemples d'architecture de la Renaissance de la ville de Gênes. Église de la famille Sauli, elle devint ensuite abbaye, collégiale, basilique et siège paroissial du Vicariat de Carignano-Foce de l'archidiocèse de Gênes.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle fut commandée en 1522 de l'architecte Galeazzo Alessi par la volonté et la disposition testamentaire du 17 octobre 1481, d'un patricien génois, Bandinello Sauli. Presque soixante-dix ans après (le 7 septembre 1549), l'architecte Alessi signa le contrat avec la famille Sauli pour le projet du bâtiment. La pose de la première pierre eut lieu le 10 mars1552.

Le dôme fut terminé seulement en 1603 alors que l'érection en collégiale et en abbaye était déjà arrivée avec un acte du pape Gregoire XIII du 13 juin 1583. Il s'est passé encore presque quatre-vingt-dix ans avant que le pape Alexandre VIII accorde à l'abbé le privilège de célébrations pontificales, le 27 août 1690. Les travaux pour sa réalisation se prolongèrent pendant environ deux siècles et ils furent complétés par des maîtres locaux, avec une révision totale de la façade, achevée au XIXe siècle par l'architecte Carlo Barabino.

Comment église paroissiale du centre de Gênes, la basilique de Carignano a accueilli d'importantes manifestations ecclésiastiques. Du parvis, restauré récemment, les Génois ont souvent salué les morts célèbres. C'est notamment arrivé dans les années de plomb pour les nombreuses victimes du terrorisme et, plus récemment, en janvier 1999, pour les obsèques de Fabrizio De André, quand une multitude de gens s'est réunie devant la basilique pour saluer l'artiste.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]