Basilique San Martino ai Monti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique San Martino ai Monti
Image illustrative de l'article Basilique San Martino ai Monti
Présentation
Nom local Basilica San Martino ai Monti ou Basilica Santi Silvestro e Martino ai Monti - Titolo Equizio
Culte Catholique romain
Type Basilique
Rattachement Archidiocèse de Rome (siège)
Début de la construction IVe siècle
Fin des travaux IXe siècle
Style dominant Préroman
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Latium
Commune Monti Rome
Coordonnées 41° 53′ 40″ N 12° 29′ 55″ E / 41.894524, 12.498635 ()41° 53′ 40″ Nord 12° 29′ 55″ Est / 41.894524, 12.498635 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique San Martino ai Monti

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Basilique San Martino ai Monti

La Basilique San Martino ai Monti également appelée Santi Silvestro e Martino ai Monti - Titolo Equizio est un lieu de culte chrétien situé dans le rione Monti à Rome en Italie. D'abord oratoire au IVe siècle, l'édifice est agrandi en église aux VIIIe et IXe siècles. Reconstruite en 500, elle l'est de nouveau aux VIIIe et IXe siècles.

Généralités[modifier | modifier le code]

La basilique est le siège du titre cardinalice Santi Silvestro e Martino ai Monti établi dès 314 sous le nom d' Equitii avant d'adopter sa dénomination actuelle.

La Basilique San Martino ai Monti est une église station du Carême à Rome.

Historique[modifier | modifier le code]

La basilique est fondée par le pape Sylvestre Ier, sur un terrain offert par un membre de la famille Equizi (d'où le nom de Titulus Equitii) au cours du IVe siècle. Au début, il s'agit d'un oratoire consacré à tous les martyrs.

Cet oratoire est connu en raison d'une réunion préparatoire pour le Premier concile de Nicée qui s'y déroule en l'an 324. L'actuelle église de San Martino ai Monti remonte à l'époque carolingienne, VIIIe siècle et IXe siècle, mais une salle hypostyle du IIIe siècle est située sous cet oratoire (à côté de la future église). Cela conduit certains chercheurs à l'identifier comme étant le Equitii Titulus, mais selon Brandebourg Hugo« il est très peu probable que cela puisse avoir servi de lieu de culte pour une quelconque communauté et sa liturgie : le but initial de cette salle, assez modeste, était sans doute de servir d'espace de stockage à des fins commerciales ».

En l'an 500, l'église est reconstruite et dédiée aux saints Martin de Tours et Sylvestre Ier par le pape Symmaque. À cette occasion, l'église est élevée et le premier oratoire devient souterrain.

La crypte San Martino ai Monti, de François Marius Granet (1806)

Elle est reconstruite par Adrien Ier en 772 puis par Serge II en 845. La structure de la basilique actuelle est celle de l'ancienne église et de nombreuses pièces ont été réutilisées.

L'église est desservie par l'Ordre du Carmel (O. Carm -. Ancienne Observance[1]). Elle est accordée aux carmélites en 1299 par le pape Boniface VIII ; leur propriété est confirmée en 1559. Dans l'église est enterré Angelo Paoli, le père des pauvres, (Carmélite - 1642-1720) qui était vénéré partout à Rome pour son service des pauvres : il est béatifié le 25 avril 2010[2].

Il existe une crypte appelée Catacombe de Priscille ; dans celle-ci est présente une mosaïque qui représente La Vierge et Saint-Sylvestre : elle est du VIe siècle.

Décoration intérieure[modifier | modifier le code]

D'autres transformations sont exécutées au XVIIe siècle par Filippo Gagliardi, notamment une série de fresques, des ajouts architecturaux, des retables, des paysages, des séries de scènes bibliques sous formes de fresques architecturales de Gaspard Dughet et Galgliardi. Il existe aussi une fresque peinte par Jan Miel représentant Saint-Cyril baptisant un sultan.

Fabrizio Chiari a peint un baptême du Christ recouvert par Antonio Cavallucci. Giovanni Antonio Canini a peint un retable de la Sainte Trinité avec les saints Nicolas et Barthélémy. Le peintre maniériste Girolamo Muziano peint un retable de Saint- Albert. Galeazzo Leoncino peint une fresque du pape Sylvestre à l'occasion du concile tenu en 324 à San Martino.

Intérieur de la basilique

Pietro Testa a peint la vision de Saint-Ange de la carmélite dans le désert. Filippo Gherardi peint un retable de San Carlo Borromeo. Cannini peint également le martyr de saint Etienne. Chiari a également peint saint Martin partageant son manteau avec le mendiant. Giovanni Battista Creppi peint La vision de sainte Thérèse. Matteo Piccione a peint le retable de la vision de Pazzi Santa Maria Maddalena. Paolo Naldini peint les saints sur le registre supérieur de la nef (dans le sens antihoraire en commençant d'abord par la nef. Daniel Latre peint Saint-Antoine et Jean-Baptiste sur le mur Sud (contre-façade), tandis que Naldini peint Pierre arêCet Paul.

L'intérieur est à trois nefs avec des colonnes antiques. Une lampe votive, réalisée en argent, est logée dans la sacristie : elle est considérée comme étant la tiare de Saint-Sylvestre. Sous l'autel majeur sont conservées les reliques des saints Artemius, Paulina et Sisinnius.

Références[modifier | modifier le code]

  1. qui n'ont pas adopté la réforme
  2. (en)Beatificazione Angelo Paoli

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Hugo Brandenburg, Ancient Churches of Rome from the Fourth to the Seventh Century: The Dawn of Christian Architecture in the West, Brepols, 2005.
  • (it) Federico Gizzi, Le chiese medievali di Roma, Newton Compton, Rome, 1994
  • (it) Emanuele Boaga, Il Titolo di Equizio e la Basilica di S. Martino ai Monti, Roma 1988.
  • (it) Emanuele Boaga, Roma carmelitana, Roma 2000, pp. 26-32.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :