Basilique San Lorenzo Maggiore (Naples)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique San Lorenzo Maggiore
Image illustrative de l'article Basilique San Lorenzo Maggiore (Naples)
La façade
Présentation
Culte Catholicisme
Type Basilique
Début de la construction XIIe siècle
Style dominant Architecture gothique
Site web www.sanlorenzomaggiorenapoli.it
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Campanie
Commune Naples
Coordonnées 40° 51′ 03″ N 14° 15′ 29″ E / 40.85093, 14.2581240° 51′ 03″ Nord 14° 15′ 29″ Est / 40.85093, 14.25812  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique San Lorenzo Maggiore

San Lorenzo Maggiore est une des basiliques les plus anciennes de Naples.

Elle est située sur l'ancien site de l'agora grecque et du forum romain ainsi que sur le tracé du decumanus maximus, aujourd'hui nommé via dei Tribunali, à la hauteur de la piazza san Gaetano, dans le centre historique de la cité.

Elle date du XIIe siècle et conserve un intérieur gothique. Giovanni Boccaccio la définit « gracieux et beau temple » et on dit qu'il y rencontra Fiammetta en 1334, pendant que, en 1346, Francesco Petrarca demeura dans le couvent annexe.

Le nom San Lorenzo désigne aussi le monastère, le musée et le site archéologique découvert sous l'église.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1235, le pape Grégoire IX ratifia l'érection d'une église dédiée à san Lorenzo. À l'époque, il est recensé pas moins de cinq autres églises dédiées au saint, et l'église dite du Foro (d'époque paléochrétienne) fut attribuée aux franciscains comme édifice sur lequel serait construit un nouveau temple. Charles Ier d’Anjou à partir de 1270, peu de temps après sa victoire sur Manfred à la bataille de Bénévent, commença de subventionner la reconstruction de la basilique et du couvent adjacent dans un mélange de style gothique français et franciscain. Aux architectes français on doit l'abside, reconnue unique dans son genre en Italie du Sud et exemple classique du gothique français. Dans le passage de l'abside à la zone du transept et de la nef s'affirme au contraire un style majoritairement emprunté au gothique italien, signe de la mutation avec le temps des ingénieurs et des ouvriers.

Aux siècles suivants, suite aux tremblements de terre qui frappèrent la cité, la basilique subit de nombreux aménagements, et à partir du XVIe siècle, les architectes locaux ajoutèrent de pesantes décorations baroques. À partir de 1882, après plusieurs chantiers de restauration interrompus, jusqu'au dernier, terminé dans la seconde moitié du XXe siècle, où l'on enleva progressivement l'ornementation baroque à l'exception de la façade et de la contre-façade réalisées par Ferdinando Sanfelice ainsi que les deux chapelles intérieures exécutées par Cosimo Fanzago.


Décoration[modifier | modifier le code]

Fresque de La Nativité, vers 1305-1310 de Montano d'Arezzo, peintre nommé par le roi Robert[1].

Espace muséal[modifier | modifier le code]

Musée[modifier | modifier le code]

San Lorenzo est toujours une église et un monastère. Le nouveau musée occupe les trois étages au-dessus de la cour ; il est consacré à l'histoire de la région centrée sur San Lorenzo, partant de l'archéologie classique pour arriver à une synthèse sous forme de tableau des voies de navigation historiques au départ de Naples, vers la Grande-Grèce et l'Empire romain. Le musée offre un aperçu détaillé des bâtiments de la cité qui ont été démolis pour permettre l'édification de l'église au XIIIe siècle et retrace l'histoire du site jusqu'à la dernière période angevine et son histoire récente.

Site archéologique[modifier | modifier le code]

Sous l'église San Lorenzo, près de la moitié d'un marché couvert d'origine romaine a été mise au jour en 25 années de fouilles. Le site est ouvert au public depuis 1992. La place du marché est le seul site gréco-romain de grande envergure qui ait fait l'objet de fouilles dans le centre-ville.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(it) Site officiel du couvent de San Lorenzo Maggiore

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Etienne Vacquet, « Deux siècles et demi d’échanges internationaux », Dossier de l’art, vol. Hors série Trésors des Princes d’Anjou, no 77,‎ juin 2001, p.24