Basilique San Francesco di Paola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basilique San Francesco.
Basilique San Francesco di Paola
Le parvis et la façade
Le parvis et la façade
Présentation
Nom local Basilica di San Francesco di Paola
Culte Catholique romain
Rattachement Archidiocèse de Naples
Début de la construction 1809
Fin des travaux 1836.
Style dominant Architecture néoclassique
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Campanie
Commune Naples
Coordonnées 40° 50′ 07″ N 14° 14′ 50″ E / 40.83521, 14.24720840° 50′ 07″ Nord 14° 14′ 50″ Est / 40.83521, 14.247208  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique San Francesco di Paola

La basilique San Francesco di Paola (en italien : Basilica di San Francesco di Paola est une église de Naples, située sur le côté ouest de la Piazza del Plebiscito, la place principale de la ville. C'est une basilique néoclassique.

Historique[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, Joachim Murat, roi de Naples, fait construire le grand bâtiment à colonnades en hommage à l'empereur Napoléon Ier. À la fin de l'empire napoléonien, les Bourbons récupèrent le Royaume de Naples et en 1815 Ferdinand Ier poursuit la construction et la dédie à saint François de Paule, qui avait séjourné dans un monastère situé sur ce site au XVIe siècle. Les travaux sont terminés en 1824, mais ce n'est que en 1836 que l'église est consacrée par le pape Grégoire XVI, qui lui confère le titre de basilique, la rend indépendante de la curie de Naples et lui concède le privilège d'avoir l'autel tourné vers les fidèles.

Description[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

L'église n'est pas sans rappeler le Panthéon de Rome. La façade est précédée d'un narthex reposant sur six colonnes et deux pilastres ioniques qui soutiennent une architrave sur lequel est gravée l'inscription : « DOMD FRANCISCO DE PAULA FERDINANDUS I EX VOTO A MDCCCXVI ». L'intérieur de l'église est circulaire avec deux chapelles latérales. Le dôme mesure 53 m de hauteur.

Le narthex est surmonté d'un tympan au sommet duquel sont situées les statues représentant La Religion entre saint François de Paule (le saint titulaire de la basilique, à gauche) et saint Ferdinand (à droite en honneur au roi Ferdinand).

Le narthex est accessibile aussi bien depuis le portique que par les marches du parvis. Dans le portique se trouvent les statues des quatre Vertus cardinales et trois Vertus théologales.

La Basilique est surmontée de trois dômes ; celui du centre mesure 53 m de hauteur et est construit sur un tambour haut et ample.

Intérieur[modifier | modifier le code]

La voûte vue depuis le sol.

On accède à un atrium, flanqué de deux chapelles dont celle de droite comporte un Sant'Onofrio orante, une œuvre de jeunesse de Luca Giordano.

Au centre une rotonde de 34 m de diamètre est couverte par la coupole soutenue par 34 colonnes d'ordre corinthien hautes de 11 m avec des fûts en marbre de Mondragon, alternés de piliers.

Au-dessus de la colonnade se trouve la tribune de cour et le long des parois de droite huit statues:

Sur les autels des chapelles se trouvent, de droite à gauche, les peintures suivantes :

  • San Nicola da Tolentino et San Francesco di Paola qui reçoit d'un ange l'emblême de la charité, de Nicola Carta,
  • Ultima comunione di San Ferdinando di Castiglia, de Pietro Benvenuti,
  • Transito de San Giuseppe de Camillo Gerra,
  • Immacolata e morte di Sant'Andrea Avellino, de Tommaso de Vivo.

En face de l'entrée de la coupole se trouve le maître autel, œuvre de Anselmo Cangiano (1641), transféré en 1835 depuis l'église Santi Apostoli, riche de lapislazzuli et de pierres précieuses. Sur les côtés deux anges Théophores en carton pressé dorés.

Dans l'abside: Saint François de Paule ressuscite un mort, toile de Vincenzo Camuccini.

Dans la sacristie : Immaculée, de Gaspare Landi et une Circoncision de Antonio Campi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Middleton, D. Watkin, Architettura dell'Ottocento, Martellago (Venise), Electa, 2001.
  • Vincenzo Regina, Le chiese di Napoli. Viaggio indimenticabile attraverso la storia artistica, architettonica, letteraria, civile e spirituale della Napoli sacra, Newton e Compton editore, Naples, 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :