Basilique Saint-Apollinaire-le-Neuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique Saint-Apollinaire-le-Neuf (Ravenne)
Image illustrative de l'article Basilique Saint-Apollinaire-le-Neuf
Présentation
Nom local Basilica di Sant'Apollinare Nuovo
Culte Église catholique romaine
Type Basilique religieuse
Début de la construction 493
Fin des travaux 526
Style dominant Architecture byzantine
Protection  Patrimoine mondial (1996)
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Émilie-Romagne
Commune Ravenne
Coordonnées 44° 25′ 00″ N 12° 12′ 16″ E / 44.416667, 12.204444 ()44° 25′ 00″ Nord 12° 12′ 16″ Est / 44.416667, 12.204444 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique Saint-Apollinaire-le-Neuf (Ravenne)

La basilique Saint-Apollinaire-le-Neuf (Sant'Apollinare Nuovo), est un des édifices religieux de la ville de Ravenne, construite au début du VIe siècle par Théodoric le Grand, à proximité de son palais, à l'origine pour le culte arianiste. Elle est connue pour son ensemble de mosaïques du VIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ensemble de la nef et du cycle des mosaïques

La basilique fut construite entre 493 et 526 par le roi goth Théodoric le Grand, à proximité du palais, pour le culte arien, religion de sa cour et de son peuple. Elle tenait lieu d'église palatine et était alors dédiée au Sauveur.

La conquête de Ravenne par les Byzantins, en 540, vit le début d'une restauration de l'orthodoxie catholique, au cours de laquelle les édifices précédemment liés aux Goths et à l'arianisme furent fermés ou reconvertis.

De ce point de vue, la basilique est emblématique, puisque le bandeau continu situé au-dessus des arcs de la nef présentait, sur toute sa longueur, un immense cycle de mosaïques illustrant les thèmes propres à l'arianisme. L'évêque Agnello ordonna donc leur destruction et une redécoration radicale, dans laquelle ne furent conservés que les ordres les plus hauts, représentant la Vie du Christ, les saints et les prophètes, alors que ne subsistèrent dans la partie basse, la plus visible pour l'observateur, que les deux vues du port de Classis et du Palatium de Théodoric. Tous les portraits, représentant probablement le roi et sa cour, ont disparu.

La basilique fut alors consacrée à saint Martin de Tours, fameux pour son action de lutte contre l'hérésie, avant de l'être finalement à saint Apollinaire, premier évêque de Ravenne.

Description[modifier | modifier le code]

Le campanile

La basilique est bâtie sur un plan à trois nefs. Elle est dépourvue de portique et précédée du seul narthex, élément appelé généralement, dans la région de Ravenne, « àrdica », adaptation du mot byzantin nàrtheka, lui-même issu du grec classique νάρθηξ (nàrthex), "cassette".

Extérieurement, la basilique présente une façade à galerie couverte, construite en brique, avec des lignes de trous de boulins. La partie supérieure est percée d'une fenêtre double en marbre, surmontée de deux autres ouvertures minuscules conjointes. Le narthex a un toit à simple pente, qui descend vers des colonnes de marbre blanc, contrastant avec le reste du bâtiment. Sur la droite du narthex se détache un haut campanile de brique, de plan circulaire, ajouré de fenêtres simples, puis doubles, enfin triples, selon une disposition classique de la région.

La nef centrale donne accès à deux bas-côtés par douze paires d'arcs soutenus par des colonnes. Elle se termine par une abside semi-circulaire, en cul-de-four.

Mosaïques[modifier | modifier le code]

Le Christ sépare les chèvres et les brebis

Comme toutes les églises de Ravenne de la période impériale (jusqu'en 476), ostrogothique (jusqu'en 540) et justinienne (à partir de 540), la basilique Sant'Apollinare Nuovo est ornée de merveilleuses mosaïques polychromes. Ces mosaïques n'appartiennent pas toutes à la même époque : les unes remontent à Théodoric, et d'autres à la redécoration voulue par l'évêque Agnello, lors de la conversion de l'édifice au culte catholique.

Les murs de la nef centrale présentent trois zones bien distinctes de décoration en mosaïques.

Mosaïques du registre supérieur[modifier | modifier le code]

Les trois registres de mosaïques et le port de Classis
Registres haut et médian

Le registre le plus élevé est décoré de panneaux alternant des motifs à deux colombes et des scènes du Nouveau Testament (au-dessus des fenêtres), montrant la Vie du Christ. Celles-ci sont traitées en détail, alors que leur situation n'en rend pas la lecture aisée. Certaines de ces scènes donnent une idée de l'évolution de l'art de la mosaïque au temps de Théodoric. La scène du Christ séparant les chèvres des brebis rappelle celle du Bon Pasteur du Mausolée de Galla Placidia, mais, à un siècle de distance, les différences sont notables : elles ne sont plus disposées dans un espace en profondeur, mais semblent plaquées les unes sur les autres, avec de nombreuses simplifications - par exemple, certains animaux n'ont pas de pattes. La frontalité rigide et la perte de la perception des volumes donnent au Christ et aux anges une allure hiératique. Dans le panneau figurant la Cène, le Christ et les apôtres traités à la manière des représentations paléochrétiennes romaines, et les personnages sont proportionnées en raison leur importance hiérarchique, comme dans l'art tardif « provincial » ou « plébéien ».

Mosaïques du registre médian[modifier | modifier le code]

Le registre médian alterne avec les fenêtres qui encadrent de solides figures de saints et prophètes aux longues robes ombragées et délicatement drapées. Ils apparaissent nettement en perspective, malgré le fond d'or indéfini sur lequel ils se détachent.

Mosaïques du registre inférieur[modifier | modifier le code]

Le palais de Théodoric[modifier | modifier le code]

Palais de Théodoric

Le registre inférieur des mosaïques est le plus important, mais aussi le plus altéré. Le bandeau droit (en regardant vers l'abside) s'ouvre par une figure du fameux palais de Théodoric, identifiable par l'inscription latine PALATIVM (palais) lisible au bas du fronton.

L'intérieur du palais est représenté en perspective rabattue : ce que l'on voit correspond à trois faces du péristyle, juxtaposés de face sur un seul plan, comme s'ils étaient dépliés. Entre les colonnes sont disposés des rideaux blancs brodés d'or qui portent encore les ombres des personnages effacés, voués à ce que les Anciens appelaient damnatio memoriae : ont ainsi disparu, laissant à peine, çà et là, quelques différences de couleurs dans la mosaïque, Théodoric (de manière quasi certaine), mais aussi son entourage et les membres de sa cour. Plusieurs des colonnes ont même conservé leurs mains que, curieusement, l'on n'a pas pris la peine d'effacer.

Les colonnes qui soutiennent les arcs de l'édifice sont blanches et élancées, évoquant le marbre, et sont surmontées de chapiteaux corinthiens. Au-dessus des arcs sont figurés des anges qui tendent des festons de rameaux et de fleurs, en une longue ligne de basses arches protégées par des garde-corps et surmontées de tuiles. Il s'agit probablement d'une longue terrasse couverte.

À la partie supérieure du panneau, au-dessus des toits du palais, sont figurés des monuments circulaires ou à plan basilical, qui représentent symboliquement la ville de Ravenne.

Le port de Classis[modifier | modifier le code]

Le port de Classis
Procession des vierges
Procession des martyrs

Le bandeau gauche s'ouvre par un grand panneau figurant le port de Classis (ancien port de Ravenne, aujourd'hui ensablé à l'intérieur des terres), qui était à l'époque le plus important de tous les ports de l'Adriatique et une des places principales de la flotte impériale romaine. À gauche, trois navires superposés sont amarrés au calme, dans une inhabituelle perspective aérienne, sur un fond d'eau azuré.

Ils sont protégés des deux côtés par un haut rempart de maçonnerie bardé de tours ; puis la muraille crénelée se prolonge, abritant différents bâtiments stylisés : un amphithéâtre, un portique, un autre bâtiment civil de plan circulaire, couvert d'un toit conique, et une église à narthex. À droite, au-dessus de l'entrée de la ville, on peut lire les mots latins: CIVI(tas) CLASSIS (cité de Classis).

Les vierges et martyrs[modifier | modifier le code]

Les deux longues processions des saints martyrs et vierges qui se font face, toujours au registre inférieur, réalisées lors la domination byzantine (alors que Ravenne était un exarchat dépendant de Constantinople), mettent en évidence les traits du style byzantin de l'Empire d'Orient : répétition des gestes et des attitudes, préciosité de l'habillement, absence de volumes et aplatissement des figures en deux dimensions, et aussi vue de front, fixité du regard, fonds monochromes éblouissants d'or, utilisation de motifs végétaux purement décoratifs et absence de plans de soutien des personnages, qui apparaissent comme flottant dans l'espace.

L'abside[modifier | modifier le code]

L'abside, détruite par un séisme, a été reconstruite, et se trouve donc entièrement privée des mosaïques qui l'ornaient, sans doute dans le style de celles que l'on peut encore admirer dans la basilique Saint-Apollinaire in Classe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Pierluigi De Vecchi & Elda Cerchiari, I tempi dell'arte, volume 1, Bompiani, Milan, 1999

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (it) Banca dati CIDM, Centre International de Documentation sur les Mosaïques de Ravenne