Basilique Notre-Dame d'Espérance (Charleville-Mézières)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Basilique Notre-Dame
Basilique Notre-Dame d'Espérance
Façade occidentale
Façade occidentale
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Reims
Début de la construction XVe siècle
Fin des travaux XVIIe siècle
Style dominant Gothique flamboyant
Protection Logo monument historique Classé MH (1910)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Commune Charleville-Mézières
Coordonnées 49° 45′ 40″ N 4° 42′ 58″ E / 49.76125, 4.71649° 45′ 40″ Nord 4° 42′ 58″ Est / 49.76125, 4.716  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Basilique Notre-Dame d'Espérance

Géolocalisation sur la carte : Champagne-Ardenne

(Voir situation sur carte : Champagne-Ardenne)
Basilique Notre-Dame d'Espérance

La basilique Notre-Dame d'Espérance est située à Charleville-Mézières, dans le département des Ardennes. Cette église de style gothique, bâtie à partir de 1499, est éclairée par une étonnante parure de vitraux modernes réalisés entre 1954 et 1979 sur les cartons du peintre René Dürrbach.

Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 18 octobre 1910[1].

Histoire de la basilique[modifier | modifier le code]

La plus ancienne mention de l'église date de 1156 avec la construction d'une chapelle castrale. Puis en 1267 est édifiée la première église paroissiale en remplacement de la chapelle.

Le cardinal Guillaume Briçonnet donne le 27 mai 1498 au curé de Mézières, Jean Civelli, des indulgences pour ceux qui contribueraient à la reconstruction de l'église devenue trop petite.

La construction de l'église actuelle débute par la pose de la première pierre le 25 avril 1499. L'ancienne église est détruite au fur et à mesure de l'avancement des travaux.
Les comptes de la fabrique permettent de donner les différentes dates repères de la construction de l'église :

  • 1500 - Construction de la chapelle rayonnante de gauche.
  • 1503 - Construction de la chapelle axiale et de la chapelle rayonnante de droite.
  • 1520 - Construction du chœur, du bras droit du transept et de son portail.
  • 1524 - Construction du bras gauche du transept.
  • 1534 - Construction de la croisée du transept.
  • 1564 à 1565 - Voûtement des dernières travées de la nef.
  • 1597 à 1610 - Construction de la tour de la façade occidentale.
  • 1612 et 1615 - Construction des voûtes des deux premières travées de la nef.
  • 1682 - Construction des voûtes des deux premières travées de la nef.

Les maîtres d'œuvre cités sont :

  • 1501 : Jean, sans autre mention,
  • 1502 à 1506 : Henri Broyl
  • 1508 : Jean Badou et Jean Évrard
  • 1514 - 1515 : Henri Broyl
  • 1516 à 1520 : Jean d'Attigny
  • 1521 : Jean Loizeau
  • 1524 à 1547 : Jean d'Attigny
  • 1559 à 1567 : Jean Loizeau
  • 1584 - 1585 : Nicolas Leprince
  • 1608 : La maçonnerie est terminée par Gobert Paris et Pierre Hermès.

Principaux évènements[modifier | modifier le code]

En 1233, Hugues, comte de Rethel, accorde une charte de commune aux habitants de Mézières.

À la suite du massacre de Liège en 1468, la population augmente d'un afflux important de réfugiés rendant nécessaire une reconstruction de la vieille église.

Le 26 novembre 1570, l'archevêque de Trèves célèbre dans l'église le mariage du roi de France Charles IX avec Élisabeth d'Autriche.

Le clocher et sa flèche de plomb sont détruits par la foudre en 1682.

Le siège de Mézières en 1815 va entraîner des destructions à la suite des bombardements. C'est à cette époque que l'église est placée sous le vocable de Notre-Dame-d'Espérance.

La flèche est reconstruite en 1858 par Reimbeau de Reims.

Au cours du siège de 1870, les 27 heures de bombardements vont provoquer la destruction des trois-quarts des toitures. L'église a été restaurée à l'identique. Il ne reste plus dans l'église qu'un vitrail ancien.

De même, en 1914, 1940 et 1944, les bombardements ont entraîné des destructions. Le bombardement qui eut lieu la veille de la signature de l'armistice, le 10 novembre 1918, détruisit les vitraux. Les Allemands enlevèrent les cloches et brisèrent les orgues.

L'église est érigée en basilique en 1946.

Après 1950 l'église est entièrement reconstruite.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Elle recelle encore un important mobilier, deux bénitiers en marbre noir, des dédicaces, une nombreuse statuaire et un plafond décoré avec d'impressionantes clefs de voûtes.

Vitraux[modifier | modifier le code]

Le peintre et sculpteur René Dürrbach qui vient de terminer les vitraux de l'église d'Épenoy (Doubs) reçoit la commande des vitraux de la basilique.

Entre 1954 et 1979 sont réalisés 62 vitraux et 6 occulis, soit une surface de 1 000 m2.

La réalisation a d'abord été confiée au maître verrier André Seurre de Besançon sur des cartons du peintre et sculpteur René Dürrbach, entre 1961 et 1973. Le premier et second registres ont été montés par l'entreprise Jean Lanfranchi, de Prix-lès-Mézières. Les vitraux du second registre sont réalisés par Jacqueline Nicol qui a succédé à André Seurre.

L'ensemble des verrières est inauguré le 6 mai 1979.

Le premier registre donne des représentations abstraites des grands thèmes du cycles de la Vierge et de son Fils.
Le registre haut dans la nef est une illustration des principaux noms donnés à la Vierge dans la tradition chrétienne. Dans le chœur René Dürrbach peint son couronnement.

René Dürrbach considérait que cet ensemble de vitraux était son œuvre majeure car, disait-il, "elle n'était pas spéculative". Les vitraux n'illustrent pas des scènes bibliques comme ceux du Moyen Âge. René Dürrbach s'est inspiré d'un poème d'Henri Giriat, "Ave Eva", invoquant Notre-Dame d'Espérance et la Vierge Noire. L'abstraction des représentations ne permet une lecture immédiate. La vibration de la lumière à travers les vitraux suivant les heures du jour est une invitation à entrer dans l'harmonie du monde sensible.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos - Le guide du Patrimoine: Champagne-Ardenne - p. 146-148 - Hachette - Paris - 1995 - (ISBN 2858226148)
  • Dictionnaire des églises de France, Belgique, Luxembourg, Suisse (Tome V-A)- p. 81-82 - Robert Laffont - Paris - 1969

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :