Basilique Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle
Image illustrative de l'article Basilique Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Rennes
Présentation
Culte Catholique romain
Type Basilique
Rattachement Archidiocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo
Début de la construction 1884
Fin des travaux 1904
Architecte Jean-Baptiste Martenot
Style dominant Architecture néogothique
Protection aucune[1],[2]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Commune Rennes
Coordonnées 48° 06′ 41″ N 1° 41′ 00″ O / 48.11138889, -1.68333333 ()48° 06′ 41″ Nord 1° 41′ 00″ Ouest / 48.11138889, -1.68333333 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Basilique Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle

L’église Saint-Aubin en Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle est une basilique catholique sise place Sainte-Anne à Rennes.

L’édifice actuel remplace une église ancienne située sur la même place. Il a été érigé en basilique le 6 août 1916.

Localisation[modifier | modifier le code]

L’église se situe au nord du quartier Centre de Rennes, au nord de la place Sainte-Anne. Ses façades nord et est sont bordées par le contour Saint-Aubin.

La rue de Saint-Malo sépare l’église du couvent des Jacobins.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne église[modifier | modifier le code]

L’ancienne église, démolie en 1904, se trouvait au nord de la ville, hors des remparts de Rennes et occupait la partie ouest de l’actuelle place Saint-Anne[3]. Attestée au XIIe siècle, elle datait en majeure partie des XVIIe et XVIIIe siècles[4], elle avait accueilli à partir du XIXe siècle, le culte de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, primitivement sis dans le couvent des Jacobins[réf. souhaitée].

Un manifeste chrétien au cœur de la cité[modifier | modifier le code]

Tableau de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.

La construction de la basilique Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle s'inscrit dans l'ample mouvement de rénovation et remplacement du parc immobilier paroissial en France au cours de la période concordataire, particulièrement sensible dans l'archidiocèse de Rennes[5]. L'édifice, érigé en pleine troisième république est venu se substituer à l'ancienne église paroissiale Saint-Aubin.

La tradition rapporte que le duc de Bretagne Jean IV attribua la victoire du parti des Montfort sur les Blois, lors de la guerre de succession du duché, au cours de la bataille d'Auray, à l'intercession de la Vierge Marie. Il fonda en 1368 le couvent dominicain de Rennes qui prit rapidement le nom de couvent de Bonne-Nouvelle, un tableau peint sur bois de la Vierge à l'Enfant devenant au cours du XVe siècle l'objet de la vénération des fidèles rennais.

Divers miracles auraient accompagné cette dévotion, notamment la fin d'une épidémie de peste en 1634, consécutive à un vœu conditionnant la réalisation d'une maquette en argent massif de la ville de Rennes à l'arrêt du fléau. Pareillement, lors du grand incendie de Rennes du 23 décembre 1720, la Vierge de Bonne-Nouvelle serait apparue dans le ciel, l'évènement étant représenté sur un tableau de la basilique Saint-Sauveur [6].

Toujours est-il que le vœu fut fondu à la révolution et remplacé après une épidémie de choléra en 1849 par un nouvel ex-voto datant de 1861. Lors de l'invasion prussienne de 1871, Mgr Brossay-Saint-Marc décida d'offrir un cierge à Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle chaque 8 septembre, si la ville était épargnée. Cette tradition s'est perpétuée et l'église Saint-Aubin a été érigée en basilique le 6 août 1916[7].

L'élément structurant d'un projet urbanistique[modifier | modifier le code]

Plan de Rennes avec l’implantation de l’église, 1873, J.-B. Martenot.
Plan de Saint-Aubin, 1875, J.-B. Martenot.

L'église Saint-Aubin a été édifiée de 1884 à 1904 sur les plans de Jean-Baptiste Martenot, architecte de la ville de Rennes. À compter de 1895, Emmanuel Le Ray pris la tête du chantier, poursuivant l'œuvre de son prédécesseur mais laissant néanmoins l'édifice inachevé. Dépourvu de massif antérieur, présentant une décoration intérieure partiellement réalisée, il n'en constitue pas moins le manifeste du style néogothique triomphant dans la capitale bretonne.

Le projet originel de l'architecte s'inscrivait dans un programme d'urbanisme beaucoup plus large, Martenot prévoyant la restructuration et la régularisation de l'actuelle place Sainte-Anne avec la percée de l'îlot du Champ-Jacquet par une artère prolongeant les rues de l'Horloge et de Châteaurenault. Si cet axe ne put être réalisé, la destruction de l'ancienne église Saint-Aubin permit d'accroître sensiblement la place vers l'ouest, le quartier s'enrichissant par ailleurs d'un groupe scolaire, œuvre du même architecte. Si Martenot entendait faire de Saint-Aubin l'édifice structurant d'un nouveau quartier alors en expansion, il n'en sacrifia pas moins son orientation, le chevet étant tourné vers le nord. L'isolement de l'église par la rue du contour Saint-Aubin participait du souci hygiéniste propre à un architecte voyer sensible également aux effets de perspective induits par la monumentalité du bâtiment et l'établissement de voies d'accès en rapport. À défaut de façade principale, la création de la rue de Bonne-Nouvelle magnifia l'entrée du transept droit, dans l'axe de la rue Saint-Melaine et de l'ancienne abbatiale bénédictine[8].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le témoin du renouveau gothique au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Plan de reconstruction nord de la place Sainte-Anne, 1873

Le plan de l'église Saint-Aubin essaye de concilier les impératifs d'un édifice paroissial et les exigences d'un lieu de pèlerinage. L'édifice, bien qu'inachevé, se présente comme une croix latine dotée d'un ample chœur. La nef, de trois travées, est accostée de collatéraux favorisant une circulation aisée au cours des liturgies, en rapport avec une paroisse populeuse et urbaine. Elle débouche sur un transept largement débordant, chaque bras comportant deux travées. Le chœur, prolongeant la distribution à trois vaisseaux de la nef, se termine par une abside pentagonale. Ses nefs latérales font office de déambulatoire, permettant de contourner le chœur liturgique et d'accéder au chevet, lieu de dévotion à Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle. Sacristie et salle de catéchisme se logent quant à elles dans le prolongement des transepts, le long des deux premières travées.

L'élévation compte deux étages : grandes arcades et fenêtres-hautes. Réalisée dans le style gothique du XIIIe siècle, la basilique s'inspire des cathédrales de Chartres, Clermont et Amiens[9]. L'emprunt à ces édifices est particulièrement sensible dans le dessin des remplages des ouvertures : les rosaces des transepts sont la transposition directe de la rose de la façade ouest de Chartres, et les fenêtres-hautes à quatre lancettes dérivent de celles d'Amiens. Malheureusement, l'inachèvement du décor sculpté ne permet pas d'appréhender facilement toutes les sources du projet de Martenot.

Les vitraux de la basilique constituent son élément ornemental majeur. L'essentiel de la vitrerie, déclinant des motifs floraux, est l’œuvre des maîtres-verriers rennais Rault et Lignel. Cependant, les fenêtres-hautes de l'abside recèlent des représentations du culte de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle [10], tout comme un certain nombre de rondels. Sont également figurées dans des médaillons des scènes de l'histoire de Bretagne en lien avec la duchesse Anne[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no IA35023659, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  2. Notice no IA35046891, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  3. Notice no IA35023658, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  4. Banéat 1911, p. 457
  5. Collectif, Ces églises du dix-neuvième siècle, Éditions Encrage, Amiens, 1993, 270p. ISBN 2-906389-42-0, Une fièvre de construction, pp.13-36.
  6. Description du pèlerinage et de la basilique de Bonne-Nouvelle sur le site du diocèse de Rennes
  7. Orain 1996[réf. insuffisante]
  8. Veillard 1978[réf. insuffisante]
  9. Veillard 1978, p. 453
  10. « Notice no IA35023659 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Collectif, Le Patrimoine des Communes d'Ille-et-Vilaine, Éditions Flohic, Paris, 2000, 2 tomes, ISBN 2-84234-072-8, tome 2, pp.1265-1266.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Banéat, Le vieux Rennes,‎ 1911.
  • Véronique Orain (dir.), Ille-et-Vilaine : Églises et chapelles, Rennes, Éditions de l'Association pour l'Inventaire Bretagne, coll. « Indicateurs du Patrimoine »,‎ 1996, 236 p. (ISBN 2-905064-25-0, ISSN 1258-3227, notice BnF no FRBNF37028406).
  • Jean-Yves Veillard, Rennes au XIXe siècle : architectes, urbanisme et architecture, Rennes, Éditions du Thabor,‎ 1978, 518 p. (notice BnF no FRBNF36273239).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :