Basile Lécapène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Basile Lécapène, surnommé « Basile l'Oiseau » (Βασίλειος ό Πετεινός) (mort vers 986), fut un eunuque, parakimomène et administrateur de l'Empire byzantin entre 945 et 985.

Fils illégitime de l'empereur Romain Ier Lécapène et d'une servante d'origine russe, il est castré dans sa jeunesse. En décembre 944, son père ayant été destitué, l'empereur Constantin VII, son beau-frère, le nomme d'abord patrice et exarque de la Grande Hétairie (corps de la garde formé de Russes et de Varègues), puis, quelques mois plus tard, parakimomène[1]. En 958, il commande une campagne militaire dans le nord de la Syrie aux côtés de Jean Tzimiskès, prend notamment la ville de Samosate, et célèbre un triomphe à Constantinople. Écarté sous Romain II au profit de Joseph Bringas, et exilé sur l'île de Proconnèse pour complot, il retrouve toute sa place sous Nicéphore II, qui le nomme « proèdre », président du sénat, et sous Jean Ier Tzimiskès, dont il appuie le complot contre son prédécesseur.

En tant que chef de l'administration impériale, il amasse une fortune personnelle immense. Cela conduit apparemment à des tensions avec Jean Tzimiskès peu avant sa mort en 976 : revenant d'une campagne militaire en Syrie, celui-ci est informé que Basile a acquis une grande partie de la Cilicie comme propriété privée, en spoliant l'État. Le parakimomène est ensuite soupçonné d'avoir empoisonné l'empereur, malade en arrivant à Constantinople, mais peut-être atteint du typhus.

Basile assure le pouvoir pour ses petits-neveux Basile II et Constantin VIII. Il tente de destituer Bardas Sklèros, beau-frère et allié de Tzimiskès, ce qui provoque une guerre civile difficile dont il ne se sort qu'en faisant appel à l'ancien rebelle Bardas Phocas, détenu à Chios (978). Celui-ci est vainqueur, célèbre un triomphe à Constantinople (979) et devient l'homme fort de l'armée. Vers la fin de 985, le jeune empereur Basile II destitue le parakimomène et le fait arrêter, rappelle Bardas Phocas en campagne en Syrie, et commence son règne personnel. Toutes les terres et les biens immenses de Basile sont confisqués, ses proches écartés du gouvernement, et toutes les lois promulguées sous son administration déclarées nulles et non avenues. Enfermé dans un couvent, le parakimomène meurt peu après.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Julius Norwich, Byzantine: The Apogee, New York, Alfred P. Knopf, 1992, p. 167.