Basco-algonquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basco-algonquin
Pays Canada
Région Terre-Neuve-et-Labrador, Québec, Nouvelle-Écosse surtout sur l'île du Cap-Breton), Nouveau-Brunswick
Classification par famille

Le basco-algonquin était un pidgin parlé par des baleiniers basques et les tribus de langues algonquiennes tels que les Micmacs[1], les Montagnais et les Inuits du Labrador dans la région du détroit de Belle-Isle et le Nord du golfe du Saint-Laurent vers l'océan Atlantique.

Les Basques distinguaient quatre groupes autochtones dont trois groupes avec qui des relations de confiance s'installent (les « Montaneses » (Montagnais ou Innus aujourd'hui), les « Souriquois » (Micmacs) les « Canaleses » (Iroquoiens) et les « Esquimaos » (Inuits) qui leur paraissent hostiles[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers l'an 1000, les Vikings établirent un village à L'Anse aux Meadows mais ne purent s'y maintenir. Ils furent les premiers Européens à découvrir l'Amérique, cinq siècles avant Christophe Colomb.

En 1412, les Islandais notèrent la présence d’une vingtaine de baleinières basques au large de la pointe ouest de Grundarfjörður, donc à environ 500 milles à l'Est des côtes du Groenland[3]. C'est un des premiers documents qui notent une présence basque en Atlantique nord. On peut présumer qu'ils viennent déjà depuis quelques décennies, mais aucune autre preuve n'a été encore découverte.

Ensuite, au XVIe siècle, les Basques viennent y pêcher la baleine et la morue, avec au moins neuf avant-postes de pêche établis au Labrador et à Terre-Neuve. Le plus grand établissement était à Red Bay avec environ 900 personnes. Des pêcheurs européens, principalement des Portugais et des Espagnols, firent plus tard de nombreuses visites en suivant les bancs de poissons à Terre-Neuve.

Les couronnes anglaise et française envoyèrent des expéditions en Amérique du Nord, notamment pour chercher un chemin vers les Indes et également cartographier les zones de pêches du golfe du Saint-Laurent. Les français installèrent des forts permanents et fondèrent le Canada.

Sites de pêche des Basques

Le pidgin[modifier | modifier le code]

Des contacts importants entre les peuples amérindiens et les Basques ont créé[4] un pidgin au vocabulaire assez restreint et à la grammaire rudimentaire, avec pour objectif spontané de trouver un moyen de communication, les différents peuples ayant tous des langues différentes.

Les peuples les plus en contact avec les Basques étaient principalement les Micmacs et les Innus, appelés aussi à l'époque Montagnais. Le moyen de communiquer entre des peuples de langues aussi éloignées (le basque et les langues algonquiennes) s'est fait par la création d'une forme de langage commun, simple, rudimentaire et efficace pour trouver des terrains d'entente et réaliser des échanges commerciaux et autres[4].

Même si le caractère passif du verbe transitif et du verbe d’action se retrouve dans certaines langues de l’Amérique comme l'algonquin et le basque, il n'y a aucune autre corrélation linguistique possible entre l'isolat basque et une quelconque famille linguistique d'Amérique [5] La création d'un nouveau pidgin était nécessaire pour franchir la barrière linguistique[4], et d'ailleurs, les Basques en avaient déjà créé un autre sur les fjords à l'ouest de l'Islande, appelé le basco-islandais.

Selon Michel Usereau[6] : « Il n'a jamais existé de créole basque-amérindien. Mais est-il permis d'imaginer que des peuples ayant eu des contacts pacifiques, comme c'est le cas pour les Basques et les Amérindiens, aient développé un pidgin ? Peter Bakker, chercheur à l'université d'Amsterdam, pense que oui. »

Pendant un certain temps, les historiens croyaient à l'existence d'un pidgin à base de français en Amérique[4], mais après une étude lexicale du pidgin, on constata que c'était du basque.

La personnalité la plus connue ayant pratiqué ce pidgin est Mathieu da Costa, le premier homme de race noire au Canada. Interprète, car il était dans la tradition d'utiliser depuis plus d'un siècle des interprètes africains, Mathieu da Costa « parlait probablement le français, le hollandais, le portugais ainsi que le « pidgin basque ». En fait, ce dialecte était sans doute la langue de commerce la plus utilisée à l'époque avec les peuples autochtones. » [7]

Citation en rapport avec ce pidgin[modifier | modifier le code]

Pedro de Garibay, né au Pays basque en 1571 a publié un livre[réf. nécessaire] à Anvers et là, dans une discussion sur l'apprentissage difficile ou pas de l'euskara, Garibay pense que la langue basque n'est pas difficile et cite le cas des Indiens du Canada qui l'avaient apprise[8] :

« Puisque les marins de la province du Guipuscoa et du señorío de Bizkaia et le Pays des Basques vont chaque année à la terre récemment découverte (Newfoundland) pour pêcher et chasser, les sauvages de cette région ont appris leur langage cantabre [c'est-à-dire l'euskara] malgré la brève communication, tellement de peu de durée, qu'ils maintiennent avec les gens d'ici avec une seule fois par an, pendant une période de moins de trois mois. Et si ces gens privés raison et organisation sont capables de l'apprendre, tout au plus il pourrait facilement les gens de vie respectable de notre vieux monde… » [9]

L'historien Lope Martinez de Isasti de Lezo écrit en 1625 sur la relation avec les populations locales:

« ... c'est dans la région aussi lointaine de Terre-Neuve que la population sauvage des Montagnais ont appris à communiquer avec les marins basques, allant chaque année pêcher la morue, qui, entre autres choses posent la question suivante en basque: Nola zaude? (Comment ça va ?) : Gracieusement répondu: Apaizac obeto, les meilleurs ecclésiastiques, sans savoir ce qu'est un dignitaire religieux, mais en ayant entendu déjà parlé. Ils parlent et traitent avec les nôtres, et aident à tirer le poisson sur le rivage en échange d'un peu de pain, de biscuit et de cidre qu'ils n'ont pas là. » [10]

Il y a également eu des contacts avec les baleiniers européens de religion chrétienne, la preuve est dans cette déclaration d'un Micmac à un missionnaire:

Noukhimami Jesus, ïagoua Khistinohimaonitou Khik hitouina caié Khiteritamouïn. Ca cataouachichien Maria ouccaonia Jesu, cacataouachichien Joseph aïamihitouinan. [11],[12]

« Mon Seigneur Jésus, montrez-moi vos paroles et votre volonté! Oh, la bonne Marie, Mère de Dieu! Oh, bon José! Priez pour moi! »

Peu de commentaires sur l'utilisation de ce pidgin sont mentionnés jusqu'à nos jours. Cependant, en 1616, un missionnaire jésuite note que les amérindiens de Port Royal en Nouvelle-Écosse utilisaient le mot adesquidex pour saluer les Français. En 1603, les missionnaires français établis à Tadoussac notent aussi que les Montagnais faisaient usage du mot ania qui signifie « frère » en basque pour saluer seulement les Français, tandis qu'entre eux ils utilisaient le mot nichtais.

Exemples[modifier | modifier le code]

Carte de 1592 avec une illustration de chasse à la baleine en Atlantique nord

Quelques mots[modifier | modifier le code]

Outre celles mentionnées, ils ont aussi utilisé ensuite quelques mots du français: garramersies (grand merci, gracias). Même macharoa du portugais (passaro, oiseau), chave (saber, savoir) [8].

Année Algonquin
(Micmac)
euskara Français
1603 matachia patatxa monnaie, ornement
1612 matachiaz patatxa monnaie, ornement
1613 souricoua zurikoa ce qui est blanc
1613 pilotoua pilotua pilote de barque
1616 adesquidex/s adesquide ami
1616 bascua baskoa basque
1616 chabaya xabaia sauvage
1618 atouray atorra chemise
1618 baccalaos bakalau morue [13]
1618 endia handi grand
1618 escorken moskor boisson
1618 canadaquoa kanadakoa canadien
1618 kessona gizona homme
1618 mercatoria merkateria commerçant
1618 muschkucha bizcotxa gâteau
Aucune date ania (montagnais) anaia frère
Aucune date capitaina kapitaina capitaine
Aucune date caracona gari ona/ogia pain
Aucune date carcaria/ircay irri-karkara rire
Aucune date castaigne gaztaina/magina châtaigne
Aucune date chimonutz txima luze crinière
Aucune date echpata ezpata épée
Aucune date elege errege roi
Aucune date makia makila bâton
Aucune date maria balea baleine
Aucune date martia marta/lepahoria martes
Aucune date orignak oreinak orignal
Aucune date tabaguia tapakia/aterpea refuge
Aucune date barilia barrika baril

Phrases[modifier | modifier le code]

Tribu des Mic-Macs, Mac Vernoll, dans Le Monde illustré, no 53, 17/04/1858.

En fait, les autochtones ne parlaient pas couramment le basque, mais plutôt quelques phrases simples avec un lexique basque, micmac et dans une moindre mesure avec du français et du montagnais[8].

Voici quelques phrases en basco-algonquin :

  • Basco-algonquin ⇒ Ania, kir capitana?
  • Basque ⇒ Anaia, capitana al zara?
  • Français ⇒ Frère, vous êtes un commandant de bord ?


  • Basco-algonquin ⇒ Ania capitana ouias amiscou.
  • Basque ⇒ Anaia capitana kastor haragia.
  • Français ⇒ Frère, capitaine de la viande de castor.
  • Anglais ⇒ Brother captain beaver´s meat.


  • Basco-algonquin ⇒ Endia chave Normandia.
  • Basque ⇒ Frantsesek gauza asko dakite.
  • Français ⇒ Les Français savent beaucoup de choses.


  • Basco-algonquin ⇒ Gara gara ender-quir gara gara.
  • Basque ⇒ Gerra izango dugu.
  • Français ⇒ Il y aura la guerre si nous continuons comme cela.


  • Basco-algonquin ⇒ Nola zaude? Apezak obeto.
  • Basque ⇒ Nola zaude? Apaizak hobeto.
  • Français ⇒ Comment êtes-vous ? Les curés mieux.


  • Basco-algonquin ⇒ Maloes mercatora.
  • Basque ⇒ Malo Deunakoak merkatari bidegabekoak dira.
  • Français ⇒ Ceux de Saint-Malo sont des commerçants injustes.

Influence toponymique basque[modifier | modifier le code]

Illustration d'un couple de Montagnais aux XVIe siècle
Photo d'un couple de Micmacs en 1865 en Nouvelle-Écosse
Carte des 7 districts mi'kmaq.

Cette liste de lieux est à travailler

De nombreux noms de lieux trouvent leurs origines dans la langue basque.

Québec

Terre-Neuve

Nouvelle Biscaye

  • Ingonachoix Bay (Aingura Txar) littéralement « Mauvaise ancre » [17]
  • Longue pointe (Punta mehea)
  • Portutxo Zaharra
  • Antton Portu
  • Portu Txarra
  • Balea Handia (Grande baleine)
  • Amuitz
  • Miarritz

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Micmacs au XVIIe siècle. Les premiers contacts« Ainsi, les Micmacs apprennent aux premiers traiteurs blancs que l’animal à grand panache dont ils réclament la fourrure s’appelle orignac. Bien que le nom se soit prononcé orignal avec le temps, il est reconnu que ce mot signifie cheval des bois en langue basque. Un autre indice d’une influence européenne, hormis la croix qu’ils portent au cou, est le décalque du lauburu sur la proue de leurs canots ou sur les décorations de leurs boîtes d’écorce. Il s’agit de l’emblème du peuple basque. »
  2. [1]
  3. (en) Mark Kurlansky, The Basque History Of The World : The Story of a Nation, Toronto, Vintage Canada,‎ février 2001 (1re éd. 1991), 387 p. (ISBN 0140298517, 0802713491 et 9780802713490, OCLC 41076438), p. 58
  4. a, b, c et d Michel Usereau, Le pidgin basque-amérindien, Compte-rendu d'une présentation donnée lors d'un cours de langue basque à Montréal, janvier 2003.
  5. Le caractère passif du verbe transitif ou du verbe d'action dans certaines langues d'Amérique du Nord Voir mon article sur Le caractère passif du verbe transitif ou du verbe d’action dans des langues de l’Amérique du Nord (Rapports et communications de l’Académie Royale des Sciences d’Amsterdam, section des Lettres, cinquième série, deuxième partie, Amsterdam 1917, p. 187 et suivantes)
  6. Michel Usereau, Maîtrise en linguistique à l’Université de Montréal, Professeur de français pour le Ministère de l’immigration du Québec, Montréal, en novembre 2000
  7. Qui était Mathieu da Costa? sur le site de Patrimoine Canadien
  8. a, b et c Vascos en América (sí, otra vez)
  9. La traduction originale est faite à partir d'une édition anglaise. C'est une traduction d'une traduction en espagnol : « ...puesto que los marineros de la provincia de Gipuzkoa y del señorío de Bizkaia y el País de los vascos van cada año a la tierra recientemente descubierta [Terranova] para pescar y cazar, los salvajes de aquella región aprendieron su lenguage cántabro [es decir, Basque] a pesar de la breve comunicación, de tan poca duración, que mantienen con la gente de aquí una sola vez al año, durante un período de menos de tres meses. Y si esa gente privada de razón y organización es capaz de aprenderlo, cuanto más fácilmente podría la gente de vida respetable de nuestro viejo mundo. »
  10. « ...en region tan remota como Terranova han aprendido los salvages montañeses con la comunicación que tienen con los marineros bascongados, que van cada año por el pescado bacalao, que entre otras cosas preguntándoles en bascuence: nola zaude, como estás: responden graciosamente: Apaizac obeto, los clérigos mejor: sin saber ellos, qué cosa es clérigo, sino por haberlo oido. Hablan y tratan con los nuestros, y ayudan á beneficiar el pescado en la ribera á trueque de algun pan bizcocho y sidra que allá no tienen ellos. »
  11. (en) The Jesuit Relations: and Allied Documents Travels and Explorations of the Jesuit Missionaries in New France 1610—1791
  12. Traduction de l'espagnol: « Mi Señor Jesús, ¿enséñame tus palabras y tu voluntad! ¡Oh, buena María, Madre de Dios! ¡Oh, buen José! ¡Orad por mí! »
  13. Bacalao était une île de mystère sur plusieurs cartes du XVIe siècle. Il est souvent employé pour appeler Terre-Neuve aussi bien que l'île fantôme. Le nom a été employé la première fois sur une carte en 1508 et le navigateur portugais João Vaz Corte-Real qui accosta sur les Açores cru avoir découvert la Terra do Bacalhau. Bacalao signifie également la morue et comme les pêcheurs basques pêchaient la morue sur les grands bancs de Terre-Neuve au XVe siècle, ceci pourrait également expliquer les origines du nom.Mythical Islands
  14. Les Basques dans le site de l'« Encyclopédie canadienne »
  15. a, b et c Expédition ‘Apaizac Obeto’, Canada 2006
  16. La Baie du Havre-aux-Basques sur wikimapia
  17. On the Trail of the Basque Whalers

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Koldo Mitxelena (1984): "Lingüística inmanente y lingüística trascendente", Anuario del seminario de filología vasca "Julio Urquijo", 18, p. 251-266, Saint-Sébastien, Excma. Diputación Foral de Guipúzcua.
  • (en) Peter Bakker (199?): "Davis Strait, Hudson Strait and teh Gulf of Saint Lawrence", Language contact in Artic 270-309, General Trends in Linguistics.
  • (en) Peter Bakker (1989) Bakker, Peter. «The Language of the Coast Tribes is Half Basque : A Basque-American Indian Pidgin in Use between Europeans and Native Americans in North America, ca. 1540-ca. 1640». Université d'Amsterdam. Linguistique anthropologique 31: 117-147.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (eu) Ameriketarekiko antzinako harremanak (Relation antique en Amérique)
  • Troc, trafic et commerce sur Recherches amérindiennes au Québec, 1994 (volume XXIV) no 3, Chapitre: «Vers une chronologie des occupations basques du Saint-Laurent du xvie au xviiie siècle : Un retour à l'histoire» et «La traite des fourrures et les noms de tribus : quelques ethnonymes amérindiens vraisemblablement d'origine basque dans le Nord-Est». Résumé en français
  • Parc de l'aventure basque est un centre d'interprétation interactif qui présente l'histoire et la culture des pêcheurs basques venus chasser la baleine sur le fleuve à Trois Pistoles