Baryton (instrument de musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baryton.

Au sein d'une famille d'instruments de musique, le baryton désigne l'instrument dont l'ambitus se situe entre celui de l'instrument ténor et celui de l'instrument basse.

Baryton (cuivre)[modifier | modifier le code]

Saxhorn baryton "allemand"

Le baryton - ou plus précisément le saxhorn baryton - fait partie de la famille des cuivres. On le trouve particulièrement dans les formations de brass band. Son ambitus se situe une quinte en dessous de celui du saxhorn alto.

On le dit communément à mi-chemin entre l'alto et l'euphonium mais ce n'est pas tout à fait juste. En effet, cette affirmation est faussée par la perception acoustique. Le baryton a exactement la même tonalité que l'euphonium (sibémol) et la même fondamentale. L'oreille le fait entendre sonner « plus haut » que l'euphonium alors qu'il sonne en fait plus clair. Quant à l'alto, il n'a pas la même tonalité de base (sibémol pour le baryton et mibémol pour l'alto) : le baryton a donc sa fondamentale sonnant une quarte en dessous de l'alto, mais le baryton a aussi une perce plus large que l'alto. Le timbre spécifique d'un instrument est obtenu sur base d'un rapport entre perce, largeur et forme (conique ou cylindrique) du tube principal. La tonalité spécifique d'un instrument est uniquement due à la longueur physique du tube principal.


Saxophone baryton[modifier | modifier le code]

Article détaillé : saxophone baryton.

Baryton à cordes[modifier | modifier le code]

Baryton à cordes

Le baryton à cordes — appelé aussi « viola di Bardone » ou « bardone » — est un instrument à cordes du XVIIIe siècle, appartenant à la famille des violes de gambes. Il s'agit d'une variante de la viola bastarda baroque.

Il a plus ou moins la grandeur d'un violoncelle. Son accord est : la, , fa, la, , fa. En plus des six cordes de jeu, se trouvent à l'arrière du manche creux, sept à neuf cordes accordées en principe selon une diatonique. Celles-ci jouent d'une part le rôle de cordes sympathiques, mais sont aussi pincées avec le pouce de la main gauche, technique qui rend très difficile le jeu cet instrument. La douceur du son était appréciée en période pré-classique. Joseph Haydn composa pour son maître — le prince Nicolas Esterházy, qui jouait lui-même avec passion du baryton — plus de 170 œuvres[1] (solos, trios, et divertissements). Après 1800, l'instrument est tombé dans l'oubli.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 1, Les Hommes et leurs œuvres. A-K, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-0401-0721-5), p. 324

Liens externes[modifier | modifier le code]