Bartolomeo Zucchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zucchi.

Bartolomeo Zucchi (né vers 1560 à Monza, dans le Milanais et mort en 1630 dans la même ville) est un littérateur italien, issu d'une famille patricienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans sa jeunesse, Bartolomeo Zucchi cultiva les lettres, la philosophie, la jurisprudence et la théologie, et se montra supérieur à ses condisciples. Ayant embrassé l'état ecclésiastique, il se rendit à Rome pour y perfectionner ses talents. Le cardinal de Mondovi[1] se l'attacha comme secrétaire, et, pendant douze ans qu'il remplit cet emploi, il vécut dans l'intimité des savants et des littérateurs qui faisaient l'ornement de la cour de Rome.

Le cardinal Baronius l'honora de ses conseils et de son amitié. Exempt d'ambition, Zucchi revint dans sa ville natale, après la mort de son père (1597), et y partagea le reste de sa vie entre ses travaux littéraires et la pratique des vertus chrétiennes. Le jour de la fête de Saint-Barthélemy, son patron, célébrant la messe dans l'église qu'il venait d'élever sous l'invocation de Sainte-Marie, mère des anges, il sentit les premières atteintes d'une maladie contagieuse qui causait de grands ravages dans le Milanais. La violence du mal l'obligea d'interrompre le sacrifice, et il fut transporté dans sa maison, où il expira le lendemain 25 août 1631. Par son testament, il légua sa maison aux jésuites, pour y établir un collège. Il était membre de l'Accademia degli Insensatia de Pérouse.

Apost. Zeno cite Zucchi parmi les littérateurs italiens qui se sont distingués par la beauté de leur écriture (voir les notes sur la Bibliotli. de Fontanini). Outre plusieurs ouvrages ascétiques, des sermons et des traductions italiennes de l'Histoire de Justin, Venise, 1590, in-4°, et de l'Histoire de Lorette, du P. Torsellino, qu'il augmenta d'un sixième livre, on a de lui :

  1. L'idea del segretario, Venise, 1600, in-4° ; réimprimé plusieurs fois avec de nombreuses additions. C'est un recueil de lettres tirées de divers ailleurs,. précédé d'un traité du style épislolaire.
  2. Istoria di Teadolinda, reina de Longobardi, Milan, 1613, in-4° ; édition citée par Haym dans la Bibl. italiana ;
  3. Historia délia côrona ferrea di Longobardi, Milan, 1619, in-4°. (voir le Catal. de Pinelli. )
  4. Vita di san Gerardo, etc.

Ces trois ouvrages sont réunis sous ce titre : Tre glorie di Monza cilla, etc., Milan, in-4°. Ghilini a donné une notice sur Zucchi dans le Teatrod'uomini lelterati, t. 2, p. 25 ; mais elle est inexacte et incomplète.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Argellati (Script. mediol., t. 2, p. 1702) confond le cardinal de Mondovi, patron de Zucchi, mort à Rome en 1592, avec Giovanni Bona, créé cardinal en 1669. Le protecteur de Zucchi était Vincent Lauria ou Lauro, Calabrais, habile diplomate, connu surtout par sa légation en France pendant les troubles de religion

Sources[modifier | modifier le code]

« Bartolomeo Zucchi », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition,‎ 1843-1865 [détail de l’édition]