Bartholomeus van der Helst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bartholomeus van der Helst

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

autoportrait (1655)

Naissance 1613
Haarlem
Décès 16 décembre 1670
Amsterdam
Nationalité Néerlandaise
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Activités Portraitiste
Influencé par le premier Rembrandt
Antoine van Dyck
Influença Ferdinand Bol
Govaert Flinck
Joshua Reynolds

Œuvres réputées

Banquet de la garde civile d'Amsterdam fêtant la Paix de Münster

Bartholomeus van der Helst (né en 1613 à Haarlem – inhumé le 16 décembre 1670 à Amsterdam) était un portraitiste hollandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un aubergiste d'Haarlem, van der Helst s'installa à Amsterdam sans doute peu avant 1636, car il s'y maria cette même année. Son premier tableau daté, un portrait de groupe des régents de l'orphelinat Wallon, date de 1637.

Banquet de la garde civile d'Amsterdam fêtant la Paix de Münster (1648), exposé au Rijksmuseum.

À Amsterdam, van der Helst était contemporain de Rembrandt. Il s'imposa bientôt comme le portraitiste le plus réputé de la ville, avec des portraits flatteurs dans la veine d'Antoine van Dyck plus « commerciaux » que ceux, sombres et pensifs, de Rembrandt. Certains élèves de Rembrandt, dont Ferdinand Bol et Govaert Flinck, adoptèrent ainsi ultérieurement le style de van der Helst de préférence à celui de leur maître.

Son grand portrait de groupe, Banquet de la garde civile d'Amsterdam fêtant la Paix de Münster, fut exécuté en 1648, et présenté avec un succès considérable. Lorsque Joshua Reynolds visita Amsterdam en 1781, il dit de cette toile qu'elle était « peut-être le premier portrait au monde, offrant rassemblées plus de qualités qui font le parfait portrait que ce que j'ai jamais vu ».

Outre les portraits qui l'ont rendu célèbre, van der Helst peignit quelques tableaux historiques, bibliques et mythologiques.

Vandalisme[modifier | modifier le code]

Le 25 juin 2006, Hans-Joachim Bohlmann, qui s'était déjà précédemment rendu coupable de déprédations de 130 millions d'euros sur des œuvres d'art de cette façon, dégrada le « Banquet » de propos délibéré en l'aspergeant d'essence et en l'enflammant. Bohlmann avait déjà purgé 20 ans de prison pour ses précédents larcins, mais un juge allemand estima que l'atteinte aux biens, quels qu'ils soient, ne pouvait coûter à un particulier une privation de liberté à vie, et cela en dépit du fait que les psychiatres eussent jugé une récidive probable. Bien que les dégradations affectent principalement la couche de vernis, quelques portions du tableau, de la toile support et du cadre ont été endommagés [1].

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]