Barthélemy de Jur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le gisant de Barthélemy de Jur dans une chapelle latéralede la Cathédrale Notre-Dame de Laon.

Barthélemy de Jur[1], (v.1080 - † 26 juin 1158[2]), évêque de Laon de 1113 à 1151. De Jur, et non de Vir, comme on l'écrivit au dix-neuvième siècle, par une mauvaise lecture de son nom, en souvenir de son père. Dans certains écrits on le rencontre sous le nom de Barthélemy de Grandson ou de Joux.

Fils aîné de Conon[3] Falcon (Foulques) seigneur de Grandson, de La Sarraz, du Jura et de Lausanne, et de Aélis (Ade, Adélaïde), fille de Hilduin, seigneur de Ramerupt et de Montdidier, et d'Adélaïde de Roucy.

Avant de devenir évêque de Laon, il fut sous-diacre puis trésorier de l'église de Reims dont l'archevêque Manassès II de Châtillon était son grand-oncle maternel.

Il participa avec ses propres deniers à la reconstruction de l'église cathédrale Notre-Dame de Laon qui avait beaucoup souffert de l'insurrection communale de 1112. Il attira près de lui saint Norbert de Xanten qui fonda en 1120 une abbaye dans la forêt de Voas au lieu-dit Prémontré (site éponyme de l'ordre). Avec saint-Bernard de Clairvaux, il favorisa en 1134 l'implantation de l'abbaye cistercienne de Vauclair dans la forêt du même nom au sud de Laon. Avec l'aide de son frère Ebal (Eble), il prit aussi part à la fondation de l'abbaye du lac de Joux, autrefois appelée abbaye du lac de Cuarnens, de l'ordre des Prémontrés.

En 1142, l'évêque Barthélemy, assisté de l'évêque Pierre de Senlis et de l'évêque Simon de Noyon, tous les trois, sans doute abusés par les dires du comte Raoul Ier de Vermandois, avaient consenti à bénir l’union de Pétronille d’Aquitaine et du comte de Vermandois qui avait répudié, en toute illégalité, sa première épouse Eléonore de Blois, sœur du comte Thibaut IV. En 1148 un concile tenu à Reims confirma l’invalidité de ce mariage et excommunia alors les deux époux ainsi que les prélats qui avaient accepté de bénir cette union. Barthélemy de Jur, démissionna en 1151 de son évêché et se retira comme simple moine au monastère cistercien de Foigny en Thiérache où il mourut en 1158[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ascendance de Barthélemy de Jur
  2. Bulletin de la Société archéologique et historique de Vervins et de la Thiérache, Tome III, page 152
  3. Généalogie de Conon, père de Barthélemy, sur le site Medieval Lands
  4. Le comte de Vermandois, Raoul de Crépy, page 104.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Martinet, Montloon, reflet fidèle de la montagne et des environs de Laon de 1100 à 1300, 1972

Liens externes[modifier | modifier le code]