Barthélemy Parrocel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parrocel.

Barthélemy Parrocel est un peintre français né à Montbrison (Loire) vers 1595, mort à Brignoles (Var) en 1660.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Barthélemy Parrocel est le fils de Georges Parrocel et de Louise de Ladut. Issu d'une famille aisée, Barthélemy Parrocel était destiné à poursuivre une carrière ecclésiastique, mais son goût pour la peinture l'incite à partir en Italie pour s'initier à cet art. Dans ce pays il rencontre un noble espagnol qui l'emmène avec lui en Espagne où il séjourne plusieurs années. Il s'embarque ensuite pour revenir en Italie, mais il est fait prisonnier ainsi que le capitaine du navire, par des pirates barbaresques. Le capitaine connaissant le consul d'Alger, ils seront tous les deux rapidement libérés et arriveront peu de temps après à Rome. Il revient en France vers 1630 et rejoint la ville de Brignoles où séjournait le capitaine auquel il devait sa liberté. Il s'installe dans cette ville et le 18 septembre 1632 se marie à Catherine Simon ; ils auront sept enfants, trois filles et quatre garçons dont trois seront peintres : Jean-Barthélemy Parrocel, Louis Parrocel et Joseph Parrocel. Il donne son essor à la dynastie des Parrocel, artistes peintres[1].

Arbre généalogique de la famille Parrocel : voir Parrocel.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

En activité au moment de la Contre-Réforme, il procède, avec ses trois fils, à l'enrichissement des églises et chapelles. On peut citer les œuvres suivantes :

  • La descente de croix dans l'église Saint-Sauveur de Brignoles[2]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte,‎ 2006 (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 346

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Monographie des Parrocel. Essai, Marseille, Josph Clappier,‎ 1861, 195 p. (Gallica lire en ligne), p. 6-12
  2. « PM83000125 », base Palissy, ministère français de la Culture
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur les autres projets Wikimedia :