Barsine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Barsine est une princesse perse, fille du satrape d'Ionie, Artabaze. Elle a été la concubine d'Alexandre le Grand duquel elle a eu un fils, Héraclès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Probablement née vers 365 av. J.-C., elle est l'aînée des filles d'Artabaze[1]. Son frère plus âgé qu'elle, Pharnabaze, va se distinguer dans la lutte contre Alexandre le Grand avant de se rallier à lui.

Vers 358 av. J.-C., Artabaze se révolte avec d'autres satrapes contre le pouvoir central de l'empire perse lors de la période troublée correspondant aux derniers mois du long règne d'Artaxerxès II. Il s'allie avec deux chefs mercenaires grecs, deux frères, Mentor et Memnon de Rhodes. Cette alliance est scellée par le mariage d'Artabaze avec la sœur des deux mercenaires et de Barsine avec Mentor (en 355 av. J.-C.). Il est très probable que cette dernière union ne fut pas consommée, du fait du très jeune âge de la princesse (8 ans). En 354 av. J.-C., Artaxerxès III est vainqueur des satrapes révoltés et de Mentor. Celui-ci fuit en Égypte, alors indépendante, tandis que Memnon, Artabaze et Barsine se réfugient à la cour de Philippe II de Macédoine, à Pella. C'est sans doute là que Barsine rencontre le futur Alexandre le Grand, de 8 ou 9 ans plus jeune qu'elle. De plus, la princesse parle parfaitement le grec[2]. Elle reste à la cour de Pella une douzaine d'années quand, en 342 av. J.-C., son mari, Mentor, qui s'est mis au service d'Artaxerxès III depuis 346 av. J.-C., obtient le pardon pour Artabaze et sa famille. Suite aux retrouvailles avec son mari, Barsine donne le jour à une fille[3].

En 340 av. J.-C., son mari meurt. Elle épouse alors le frère de ce dernier, Memnon de Rhodes. Lorsque Memnon devient le chef des troupes envoyées contre Alexandre, Barsine reste à la cour de Darius III, dans l'entourage des femmes et des filles du roi achéménide. C'est ainsi qu'elle devient prisonnière des Macédoniens après la bataille d'Issos. Veuve une seconde fois[4], Barsine devient rapidement la maîtresse d'Alexandre. Plutarque l'explique par le fait qu'ils se connaissent et que la princesse parle le grec[5]. Elle accompagne le conquérant jusqu'en Sogdiane, où elle donne le jour au premier fils du roi, Héraclès. Mais quand Alexandre épouse Roxane, elle quitte l'entourage du roi et se retire avec son fils à Pergame.

On connaît assez mal son sort après la mort d'Alexandre, mais, vers 309 av. J.-C., elle tombe entre les mains d'un des diadoques, Polyperchon, qui détient le Péloponnèse. Celui-ci tente d'utiliser Héraclès et sa mère contre Cassandre de Macédoine, mais ce dernier parvient à circonvenir Polyperchon, qui fait exécuter Barsine et son fils pour rentrer dans les bonnes grâces de Cassandre.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Barsine possède au moins deux sœurs cadettes que Plutarque nomme Apamé et de nouveau Barsine. Arrien dans l’Anabase leur donne plus justement les noms d'Artacama et d'Artonis. La première épouse Ptolémée et la seconde Eumène de Cardia.
  2. Geneviève Gal, http://www.univ-tlse2.fr/multimedia/bazthal.
  3. Celle-ci sera plus tard l'épouse de Néarque.
  4. Memnon est mort vers 333 av. J.-C..
  5. Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne] (Alexandre, 21).