Barretaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barretaine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Poligny
Intercommunalité Communauté de communes du comté de Grimont
Maire
Mandat
Hubert Delacroix
2014-2020
Code postal 39800
Code commune 39040
Démographie
Population
municipale
192 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 15″ N 5° 42′ 37″ E / 46.8208333333, 5.71027777778 ()46° 49′ 15″ Nord 5° 42′ 37″ Est / 46.8208333333, 5.71027777778 ()  
Altitude Min. 471 m – Max. 591 m
Superficie 9,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barretaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barretaine

Barretaine est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Barretaine se situe sur le rebord du premier plateau jurassien à 585 m d'altitude. Outre son centre, le village possède deux hameaux : Champvaux et Le Ressart.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vaux-sur-Poligny Chaussenans Rose des vents
Poligny
Miéry
Plasne
N Poligny
O    Barretaine    E
S
Le Fied

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1790, il fut créé 3 communes distinctes : Barretaine, Champvaux, le Ressard (avec les villages du Petit Ressard et du Grand Ressard). Leur réunion s'imposa rapidement. En date du décret du 31 janvier 1806 la commune de Barretaine fusionne avec la petite commune du Ressart. En 1821 la même opération se produit avec la commune de Champvaux[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération (1944)
Période Identité Étiquette Qualité
1944 mars 1955 Fernand Reverchon    
juillet 1955 mars 1959 Pierre Reverchon    
mars 1959 mars 1983 Pierre Bouveret    
mars 1983 mars 2001 Robert Dubrez    
mars 2001 réélu en 2008[2] André Lambert    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 192 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
184 182 171 243 444 452 486 489 478
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
453 442 414 379 383 352 364 324 313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
298 307 298 269 259 290 300 281 265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
245 215 215 200 199 199 198 198 192
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Traditionnellement l'agriculture est tournée vers l'élevage de vaches dont le lait est destiné à la fabrication du Comté.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Croix du Dan (XIXe s), sise au Rocher du Dan;
  • Église Saint-Savin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Barretaine est la patrie de Jean Moutot, de l'ordre des frères prêcheurs du couvent de Poligny, docteur en théologie, inquisiteur général, estimé du Pape Pie V et établi par lui prédicateur apostolique contre les hérésies de Luther et de Calvin par bref de l'an 1568

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consulté le 2 mai 2010
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011