Barrage d'Akosombo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barrage d'Akosombo
Image illustrative de l'article Barrage d'Akosombo
Géographie
Pays Drapeau du Ghana Ghana
Subdivision Région Orientale
Coordonnées 6° 17′ 58″ N 0° 03′ 34″ E / 6.29943, 0.059576° 17′ 58″ Nord 0° 03′ 34″ Est / 6.29943, 0.05957  
Cours d'eau Volta
Objectifs et impacts
Vocation hydroélectricité
Date du début des travaux 1961
Date de mise en service 1965
Barrage
Type poids
Hauteur du barrage (lit de rivière) 111 m
Longueur du barrage 660 m
Épaisseur du barrage (à la base) 366 m
Réservoir
Volume du réservoir 148 000 millions de m3
Surface du réservoir 850 200 ha
Centrale hydroélectrique
Puissance installée 1 020 MW

Géolocalisation sur la carte : Ghana

(Voir situation sur carte : Ghana)
Barrage d'Akosombo

Le barrage d’Akosombo est un barrage hydroélectrique au sud-est du Ghana, construit dans les gorges d’Akosombo sur la Volta. Sa construction entre 1961 et 1965 aboutit à la création du lac Volta, plus grand lac artificiel au monde et qui couvre 3,6 % de la surface du Ghana. 80 000 personnes, soit 1 % de la population ghanéenne, furent déplacées pour permettre sa mise en service.

La fonction première du barrage fut de fournir de l’électricité à l’industrie de l’aluminium. Sa capacité d’origine était de 912 MW, augmentée à 1020 MW en 2006.

Le barrage fait partie d’un complexe englobant une fonderie d'aluminium à Tema et un réseau de lignes à haute tension traversant le sud du Ghana. La fonderie devait fournir suffisamment de revenus pour permettre d’exploiter les mines locales de bauxite sans devoir se reposer sur les importations.

Le projet de fonderie fut supervisé par Kaiser Aluminium, et la fonderie elle-même est gérée par la Volta Aluminium Company (VALCO), toutes deux sociétés de capitaux américains.

Historique[modifier | modifier le code]

La première idée de construire un barrage sur la Volta remonte à 1915, par le géologue Albert Ernest Kitson, mais les premiers plans ne furent dessinés qu’en 1940. Le gouvernement du Ghana commença finalement sa construction en 1961 à l’initiative de Kwame Nkrumah, alors Premier ministre du jeune Ghana indépendant, afin de développer l’industrie et de réduire la dépendance du pays aux seules plantations de cacao. Le barrage fut financé conjointement par des prêts de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, de la Banque mondiale, des États-Unis et du Royaume-Uni à hauteur de 40 millions de dollars. Le Ghana apporta les 69 millions nécessaires à la construction de l’usine hydroélectrique. La plus grande partie (80 %) de l’électricité produite alimente la Volta Aluminium Company.

La fonderie fut quant à elle financée par des actionnaires de VALCO avec le soutien de l’Eximbank après avoir reçu des garanties sur les prix de l’électricité et les impôts de la part du gouvernement ghanéen. Le coût total du projet est estimé à 258 millions de dollars.

En 1961, le gouvernement ghanéen mit en place l’Autorité du fleuve Volta, chargée de superviser le développement du bassin de la Volta et de fournir l’électricité dont le pays a besoin.

Impact[modifier | modifier le code]

La centrale hydroélectrique.

Impact économique[modifier | modifier le code]

De manière générale, le barrage fut bénéfique aux activités industrielles et économiques. Il ouvrit de nouvelles voies navigables et augmenta le produit de la pêche et de la pisciculture. Il renforça l’offre énergétique du Ghana et des pays voisins, Bénin et Togo. La demande augmenta cependant plus vite que l’offre et un second barrage, plus petit, fut construit en 1981 près de la ville de Kpong, en aval d’Akosombo.

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

La production agricole diminua sensiblement après la mise en service du barrage, les rives du lac étant moins fertiles que les terres immergées. La régulation opérée par le barrage a fait disparaître les inondations périodiques sur lesquelles l’agriculture traditionnelle s’appuyait. L’usage massif de fertilisants a causé une eutrophisation du lac et permis l’invasion d’algues, qui menacent les espèces locales, dont des crevettes et des coquillages, et rendent la navigation difficile.

Impact humain[modifier | modifier le code]

La création du lac obligea les autorités ghanéennes à déplacer 80 000 personnes, qui perdirent leur source d’activité et leur tissu social, et exercèrent une pression démographique supplémentaire sur les régions où elles furent relogées. Deux ans avant la complétion du barrage, 52 nouveaux villages furent créés par l’Autorité du fleuve Volta pour accueillir les déplacés issus de plus de 700 villages.

L’apparition d’une grande surface d’eau stagnante a provoqué une recrudescence de maladies liées à l’eau comme la malaria et la bilharziose, en particulier chez les enfants et les pêcheurs. La raréfaction d’espèces faciles à pêcher, et donc bon marché, réduisit la part de protéines du régime alimentaire des populations les plus pauvres.

Notes et références[modifier | modifier le code]