Bariza Khiari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bariza Khiari
Image illustrative de l'article Bariza Khiari
Fonctions
Vice-présidente du Sénat français
En fonction depuis le 5 octobre 2011
Président Jean-Pierre Bel
Sénatrice de Paris
En fonction depuis le 1er octobre 2004
Biographie
Date de naissance 3 septembre 1946 (68 ans)
Lieu de naissance Ksar Sbahi (Algérie)
Parti politique PS

Bariza Khiari, née Debbah, le 3 septembre 1946 à Ksar Sbahi près de Constantine en Algérie[1],[2], est une personnalité politique française, sénatrice de Paris dans le groupe socialiste et 1re vice-présidente du Sénat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Bariza Khiari est mariée et mère de trois enfants. Elle possède la double nationalité française et algérienne.

Formation et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu DESS et un Master of Business Administration de gestion des entreprises auprès de l'Institut d'administration des entreprises de Paris (IAE Paris), de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 1981, elle est admise en formation continue à l'ENA.

Au niveau professionnel, Bariza Khiari a été déléguée régionale au tourisme de l'Île-de-France (1999-2004)[3],[4], commissaire du gouvernement du groupement d'intérêt public Bourse solidarité vacances (2000-2003)[5], membre du Comité national de réflexion et de propositions sur la laïcité à l'école (2002-2005), et déléguée départementale de l'Éducation nationale de Paris, pensionnée depuis le 1er octobre 2006.

Engagement politique et associatif[modifier | modifier le code]

Militante du MRAP, de la FCPE du lycée Janson-de-Sailly (dans lequel ses trois enfants ont effectué leur scolarité) et de la CFDT (dont elle a été secrétaire adjointe de la section du ministère du Tourisme), elle est engagée politiquement depuis la fin des années 1970. Farouche opposante des « statistiques ethniques »[6], elle est l'une des fondatrices du Club XXIe siècle (aux côtés de Rachida Dati ou Rama Yade).

Elle déclare : « Je suis musulmane sunnite de rite malékite et de tradition soufie. Et notre islam, comme celui de la grande majorité des musulmans en France, est un islam complètement apaisé, ouvert, tolérant, en cohérence avec la tradition laïque française[7]. » Bariza Khiari est membre du groupe sénatorial d'amitié France Maroc.

Au sein du Parti socialiste, elle est membre du Conseil national et du Bureau national. Elle est l'une des principales animatrices du mouvement « Rassembler à Gauche », qui fédère les fabiusiens.

Conseillère d'arrondissement de Paris (16e arrondissement), elle a été élue sénatrice de Paris le 26 septembre 2004. Franco-algérienne, elle était en 2004, avec Alima Boumediene-Thiery, la seule personne de culture musulmane de métropole élue au Sénat. En 2004, elle a été élue « sénatrice de l'année » par le jury du prix du trombinoscope.

Le 25 septembre 2011, le Sénat bascule à gauche pour la première fois dans l'histoire de la cinquième République. Bariza Khiari, réélue, devient vice-présidente du Sénat.

Elle est à l'origine d'une proposition de loi permettant aux étrangers certains emplois qui leur étaient auparavant fermés, elle fut adoptée à l'unanimité au Sénat le 11 février 2009[8].

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claire Digiacomi, Étienne Goetz, Anne Levasseur et Antoine Védeilhé, « Bariza Khiari. Vice-présidente du Sénat français », El Watan Week-end,‎ mai 2013, p. 4-5 (lire en ligne).
  2. Vincent Geisser et El Yamine Soum, Discriminer pour mieux régner : enquête sur la diversité dans les partis politiques, Éditions de l'Atelier,‎ 2008 (ISBN 9782708240025, lire en ligne), p. 230.
  3. Arrêtés du 24 septembre 1999 portant nomination de délégués régionaux au tourisme, JORF no 233 du 7 octobre 1999, p. 14895, NOR EQUZ9901341A, sur Légifrance.
  4. Arrêté du 27 février 2004 portant cessation de fonctions (délégués régionaux au tourisme), JORF no 68 du 20 mars 2004, p. 5422, texte no 79, NOR EQUZ0400219A, sur Légifrance.
  5. Arrêté du 2 février 2000 portant nomination d'un commissaire du Gouvernement auprès d'un groupement d'intérêt public, JORF no 35 du 11 février 2000, p. 2186, NOR EQUZ9901666A, sur Légifrance.
  6. Bariza Khiari, « Statistiques ethniques : Contre l'ethnicisation de la question sociale », Regards sur l'actualité, La Documentation française, no 327 « La démocratie électronique »,‎ janvier 2007 (ISSN 0337-7091).
  7. « Bariza Khiari (PS) : « La burqa, les minarets, l’identité nationale… ça suffit » », Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis,‎ 3 janvier 2010 (consulté le 3 janvier 2010).
  8. « Proposition de loi visant à supprimer les conditions de nationalité qui restreignent l'accès des travailleurs étrangers à l'exercice de certaines professions libérales ou privées - Première lecture - 11 février 2009 », Sénat (consulté le 3 janvier 2010).
  9. Décret du 14 novembre 2001 portant promotion et nomination, JORF no 265 du 15 novembre 2001, p. 18142, NOR PREX0105193D, sur Légifrance.

Liens externes[modifier | modifier le code]