Bari (peuple d'Afrique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bari (homonymie).

Bari

Populations significatives par région
Drapeau du Soudan du Sud Soudan du Sud 503 000 (2012)
Drapeau de l'Ouganda Ouganda 67 000 (2012)
Drapeau de la République démocratique du Congo RD Congo 21 000 (2012)
Population totale 595 000 (2012)[1]
Autres
Langues

bari, logoti

Religions

Christianisme, animisme

Les Bari sont un peuple d'Afrique de l'Est et du Centre, surtout présent à l'est du Soudan du Sud, dans la vallée du Nil, mais également en Ouganda et en République démocratique du Congo.

Dans le sud du Soudan, ils ont été victimes de la guerre civile, qui a duré 21 ans.[réf. nécessaire]

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

On rencontre plusieurs variantes de l'ethnonyme, telles que : Bai, Baris, Béri ou Pari[2].

Langue[modifier | modifier le code]

La plupart des Bari parlent le bari, une langue nilotique. Le nombre total de locuteurs a été estimé à 480 000, dont 420 000 au Soudan (2000) et 60 000 en Ouganda[3]. Cependant les Bari de la République démocratique du Congo ne parlent pas le bari, mais un dialecte du logo (ou logoti)[3].

Culture[modifier | modifier le code]

La population bari est relativement sédentaire. Leur habitat est dispersé et ils pratiquent surtout l'agriculture, l'élevage du bétail et la chasse[4]. Ils vivent au sein d'une société tribale et patrilinéaire qui compte environ 150 clans. L'exercice de l'autorité n'est pas centralisé. Il appartient à un petit groupe d'hommes[4] (matat).

La majorité des Bari sont attachés aux religions traditionnelles. Ils pratiquent le culte des ancêtres et font des sacrifices aux « esprits des morts »[4]. Les rites d'initiation restent vivaces et concernent à la fois les hommes et les femmes. On y pratique notamment l'extraction des incisives inférieures et les scarifications[4].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Les Bari ont été photographiés notamment au XIXe siècle par l'explorateur autrichien Richard Buchta (1845-1894)[5] et par le Tchèque Richard Štorch (1877–1927)[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Joshua Project
  2. Source RAMEAU [1]
  3. a et b (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue
  4. a, b, c et d (en) Mohamad Z. Yakan, « Bari », in Almanac of African Peoples & Nations, Transaction Publishers, New Brunswick, N.J., 1999, p. 217-218 (ISBN 9781560004332)
  5. (en) Richard Buchta (1845-1894) [2]
  6. (en) Richard Storch (1877-1927) [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) A. C. Beaton, « Bari: Clans and Age-class system », in Sudan Notes and Records, Vol. XIX, 1936, p. 107–124
  • (en) F. J. Finch, « Bari child naming », in Sudan Notes and Records, Vol. XX, 1937, p. 166-168
  • (en) Bureng G.V. Nyombe, Some aspects of Bari history : a comparative linguistic and oral tradition reconstruction, University of Nairobi Press, 2007, 166 p. (ISBN 9966-846-97-2)
  • (en) Charles-Gabriel et Brenda Z. Seligman, « The Bari », in Journal of the Royal Anthropological Institute, Vol. LVIII, juillet-décembre 1928, p. 409-479

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :