Barentsburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barentsburg
Image illustrative de l'article Barentsburg
Administration
Pays Drapeau de la Norvège Norvège
Région Svalbard
Démographie
Population 461 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 78° 04′ 00″ N 14° 13′ 00″ E / 78.0667, 14.216778° 04′ 00″ Nord 14° 13′ 00″ Est / 78.0667, 14.2167  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Monde

Voir sur la carte administrative du Monde
City locator 14.svg
Barentsburg

Géolocalisation sur la carte : Svalbard

Voir la carte administrative du Svalbard
City locator 14.svg
Barentsburg

Géolocalisation sur la carte : Svalbard

Voir la carte topographique du Svalbard
City locator 14.svg
Barentsburg
Carte de l'archipel du Svalbard avec localisation de Barentsburg

Barentsburg (en russe : Баренцбург) est une ville de Norvège. Elle est située sur la côte ouest de l'île du Spitzberg à 55 km à l'ouest de Longyearbyen. C'est le second lieu le plus habité du Svalbard après Longyearbyen et compte environ 400 habitants, quasiment tous des Russes et Ukrainiens. Aucune route ne permet d'atteindre Barentsburg. On ne peut atteindre la ville que par bateau en été et motoneige en hiver. La principale activité économique de la ville est l'extraction de charbon par la compagnie russe Arktikougol (Арктикуголь), présente sur l'île depuis 1932.

Statut[modifier | modifier le code]

Le Svalbard est sous souveraineté norvégienne. Néanmoins, le Traité du Svalbard, signé en 1920, autorise tous les pays signataires à exploiter les ressources naturelles de l'archipel. La Russie est aujourd'hui le seul pays étranger à exercer ce droit, et ce uniquement à Barentsburg depuis la fermeture de la mine de Pyramiden en 1998. La Russie maintient d'ailleurs un consulat à Barentsburg.

Économie[modifier | modifier le code]

La compagnie Arktikougol, propriété de l'État russe, exploite des mines au Svalbard depuis 1932. La mine de charbon de Barentsburg est exploitée par Arktikougol et constitue la principale source de revenu de Barentsburg. La grande majorité de la population travaille à la mine ou dans les services liés (cantine, etc.).

Reste que les réserves de charbon s'épuisent et que la mine n'est plus rentable. Le charbon n'est d'ailleurs plus exporté et ne sert qu'à la consommation locale, notamment pour l'alimentation de la centrale thermique qui produit l'électricité et le chauffage de la ville.

Conditions de vie[modifier | modifier le code]

Époque soviétique[modifier | modifier le code]

À l'époque soviétique, Barentsburg servait de vitrine de l'URSS en Norvège et dans l'Arctique. La ville était très bien entretenue et ses habitants considérés comme privilégiés. On trouve d'ailleurs toujours à Barentsburg un centre sportif et une piscine olympique couverte. L'importance accordée à la ville n'était pas uniquement due à des questions de prestige, mais avait également des raisons stratégiques. Bien que territoire démilitarisé, le Svalbard n'en constituait pas moins un poste d'observation de choix pour les Soviétiques durant la Guerre froide. Barentsburg était ainsi un point d'espionnage stratégique.

Depuis la chute de l'URSS[modifier | modifier le code]

Depuis la chute de l'URSS, Barentsburg a été progressivement abandonnée par Moscou et est tombée en déliquescence. La ville se dépeuple progressivement (passant de 1 500 habitants, à l'époque soviétique, à environ 400, aujourd'hui) et les conditions de vie sont de plus en plus précaires. Les habitants, trop pauvres pour importer des marchandises de Russie, vivent aujourd'hui en quasi autarcie, comptant notamment sur la ferme et l'élevage bovin situé le plus au Nord du monde. La compagnie Arktikougol a d'ailleurs été très critiquée pour sa mauvaise gestion et les promesses faites aux travailleurs (qui voient, en arrivant sur place, leur salaire divisé par trois par rapport à ce qui leur avait été promis en Russie). Trop pauvres, ceux-ci n'ont plus les moyens de rentrer chez eux. Pour survivre, ils n'ont pas d'autre choix que de compter sur l'aide humanitaire fournie par des associations norvégiennes. Le tourisme est également aujourd'hui une nouvelle source de revenu.

En avril 2011, Arthur Tchilingarov, le représentant spécial du président russe pour la coopération internationale en Arctique et en Antarctique, a annoncé la création prochaine d'un centre scientifique à Barentsburg[1].

L'incendie de 2006[modifier | modifier le code]

Le 17 octobre 2006, des inspecteurs norvégiens ont détecté un feu souterrain couvant dans un dépôt de charbon. Ce feu aurait pu se transformer en incendie nécessitant l'évacuation de toute la ville. Il a finalement pu être maîtrisé le 3 novembre, mais la compagnie Arktikougol a été sévèrement critiquée pour son manque d'infrastructure et ses multiples négligences.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie et liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :