Barbi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Barbie.

Carrozzeria Barbi SpA est une société italienne fondée en 1905 par Galileo Barbi, à Concordia sulla Secchia dans la province de Modène, région de l'Émilie-Romagne au nord-est de l'Italie.

L'histoire de la Carrosserie Barbi[modifier | modifier le code]

À l'origine, la société a commencé par fabriquer des voitures à traction animale et a obtenu, vu la très grande qualité de ses productions, le 1er prix de l'Exposition Internationale de Paris en 1911. Ce type de fabrication se poursuivit jusqu'en 1927, lors de l'apparition de la motorisation de masse dans les transports collectifs.

C'est alors que son fondateur, Galileo Barbi, veut convertir ses ateliers pour lancer la fabrication de ces nouveaux véhicules et décide de construire une nouvelle usine sur la commune voisine de Mirandola. Il commence avec la fabrication de carrosseries spéciales pour voitures, mode très prisée à l'époque où les constructeurs ne livraient que des châssis nus. La Carrozzeria Barbi produit de nombreuses voitures sur les châssis des principaux constructeurs italiens : Alfa Romeo, Ansaldo, Fiat, Lancia ou OM. Un de ses illustres clients a été Tazio Nuvolari, fameux pilote de voitures de course qui était un passionné de voitures et qui a commandé quantité de modèles avec des carrosseries très variées.

À partir de 1930, l'activité de carrosserie automobile se laisse progressivement remplacer par celle des carrosseries pour véhicules industriels comme les fourgons, les aménagements de camions de vente ambulante ainsi que les véhicules spéciaux comme les ambulances. Mais le secteur qui mobilisera le plus l'entreprise à cette époque sera celui des autocars et autobus qui connaissent un très fort développement. La Carrozzeria Barbi travaillera sur des châssis des constructeurs italiens réputés : Alfa Romeo Industrie, Fiat V.I., Lancia V.I. ou OM.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la production d'autocars et autobus sera suspendue pour fabriquer les véhicules militaires pour le compte du ministère italien de la Marine. L'entreprise reprendra son activité de base de construction d'autocars et autobus dès la fin du conflit. La Carrozzeria Barbi devient rapidement une valeur sûre parmi les constructeurs européens du secteur et participe à de nombreux salons nationaux et internationaux spécialisés.

Après le décès du fondateur Galileo Barbi, c'est son fils, Sirner Barbi, qui prend la direction de l'entreprise au début des années 1970. Il engage un grand programme d'investissements pour répondre aux nouvelles demandes du marché italien très exigeant en la matière, mais aussi pour devenir un constructeur novateur en proposant de nouveaux concepts de transports en commun. Il lance des modèles innovants comme l’autobus avec toit ouvrant, l’autobus avec plancher haut panoramique, la mode des autocars avec les montants des vitres latérales inclinés, qui est toujours à la mode aux États-Unis sur les bus de ligne.

Barbi lancera d'autres nouveautés comme l'air forcé dans l'habitacle pour supprimer les vitres descendantes des autocars, l'ouverture des portes télécommandée, l'isolation thermique et acoustique renforcée, les sièges couchettes, etc.

Avec l'abolition progressive des droits de douane en Europe, la Carrozzeria Barbi travaille, à partir de 1980, sur des châssis non plus uniquement italiens mais de divers constructeurs qui incluent dans leur catalogue la version carrossée par Barbi : Iveco Bus, Mercedes, Volvo, Renault, Man ou Daf. Mais à partir de 1985, c'est le constructeur suédois Volvo qui signe un contrat de fournisseur privilégié avec Barbi. Volvo obtiendra durant les années 1990 un contrat de fournisseur exclusif de châssis pour Barbi et s'obligera à distribuer les autocars de luxe Barbi dans son réseau.

Au début des années 1990, ce sont les petits-fils du fondateurs qui reprennent les rênes de l'entreprise, Carlo et Alberto Barbi. Ils lanceront les modèles Barbi Echo et Italia 99, tous construits sur un châssis et une motorisation Volvo. Ces deux véhicules de très grand tourisme haut de gamme contribueront à affirmer le prestige de la Carrozzeria Barbi partout dans le monde.

En 1997, l’entreprise doit à nouveau s'agrandir pour faire face aux commandes et une nouvelle unité de production voit le jour aux portes de Mirandola, tout près de l'ancienne usine.

En 2000, un nouveau véhicule de grand tourisme est lancé : le Genesis. Son succès commercial renforce le constructeur dans ses choix de qualité de ses productions.

L'année 2007 sera l'année de grands bouleversements. Les jeunes dirigeants de la Carrozzeria Barbi négocient la reprise de leur indépendance en voulant redevenir libres d'utiliser les châssis d'autres constructeurs plus modernes et plus compétitifs, mais aussi ils s'engagent dans l'élaboration de Vans pour le transport de chevaux de course et de cabines de téléphériques.

L'entreprise Barbi aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Barbi est un carrossier indépendant qui a repris son rôle d'inventeur de carrosseries pour répondre à la demande d'une clientèle diverse et variée. Ses nouveautés concernent les modèles, en 2008, le lancement du "Galiléo", un autobus touristique GT haut de gamme, d'une longueur de 10,20 m, encore proposé sur une base Volvo et un nouveau "Genesis" trois essieux de 13,80 m de longueur, proposé sur un châssis Irisbus et motorisé par Iveco, dont la commercialisation débutera en 2009.

Barbi dispose de son propre réseau de commercialisation et d'assistance.

Production actuelle[modifier | modifier le code]

  • Galileo 10,2 m ;
  • Genesis 12,0 m ;
  • Genesis 13,8 m à partir de 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]