Barbara Bodichon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Barbara Bodichon

alt=Description de l'image Barbara Bodichon.jpg.
Nom de naissance Barbara Leigh Smith
Alias
Madame Bodichon
Naissance 8 avril 1827
Décès 11 juin 1891 (à 64 ans)
Robertsbridge, Sussex
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Profession
féministe, éducatrice et artiste
Famille
Père : Benjamin Leigh Smith
Mère : Anne Longden

Barbara Leigh Smith Bodichon née le 8 avril 1827 et décédée le 11 juin 1891, est une éducatrice, une artiste et une des figures de proue britanniques du mouvement féministe au milieu du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Barbara Leigh Smith, dite Madame Bodichon, est la fille illégitime de Benjamin Leigh Smith et d'Anne Longden, une modiste de 25 ans originaire d'Alfreton. Son père venait d'une famille radicaliste bien connue. Le grand-père de Barbara avait travaillé au Parlement avec William Wilberforce et soutenait la Révolution française. Benjamin (Ben) a eu quatre sœurs; l'une d'entre elles, Fanny Smith, donna naissance à Florence Nightingale, une autre se maria dans la famille des Bonham Carter.

Mr. Leigh Smith habite tout d'abord à Marylebone, à Londres ; mais en 1816 il achète une propriété près de Hastings : la Ferme de Brown et le manoir de Crowham. Bien que fréquentant des gens de la haute société, Benjamin Leigh Smith reste attaché à ses idées radicales. Unitarien et défenseur du libre échange, il fait construire en 1826 une école pour les pauvres.

Lors d'une visite à sa sœur dans le Derbyshire, Benjamin rencontre Anne Longden, une modiste de 25 ans. Elle tombe enceinte de lui et Leigh Smith la conduit à Whatlington, un petit village dans le Sussex. Elle y vit comme étant "Mrs Leight", mais la naissance de Barbara fait scandale car le couple n'était pas marié. Anne a encore plusieurs enfants. Après la naissance de leur dernier enfant en 1833, Anne devient tuberculeuse et meurt en 1834 alors que Barbara n'a que sept ans.

Vie adulte[modifier | modifier le code]

Barbara fait très tôt preuve d'un caractère affirmé. Dans les années 1850, elle et ses amies commencent à se réunir régulièrement à Londres et forment bientôt un cercle appelé "The Ladies of Langham Place". C'est devenu l'une des premières organisations féminines de Grande-Bretagne. Elle se battent notamment pour le droit des femmes mariées à conserver leurs biens, pour le droit à l'éducation des petites filles et pour le droit au travail. En 1854 elle publie "Brief Summary of the Laws of England concerning Women", un bref ouvrage parlant des lois concernant les droits des femmes.

En 1857, elle épouse un éminent médecin français, Eugène Bodichon, et, bien que passant beaucoup de temps à Alger, elle continue à participer aux mouvements féministes anglais.

En 1858, elle fonde le "English Women's Journal" comme une agence où les femmes peuvent discuter emploi, égalité, réformes des lois... En 1866, en collaboration avec Emily Davies, elle se bat pour que l'université soit ouverte aux femmes et qu'elles aient accès aux études supérieures.

Barbara Bodichon était aussi une artiste qui peignait avec un certain talent. Ses œuvres, originales et audacieuses, reçurent l'approbation de Jean-Baptiste-Camille Corot et de Charles-François Daubigny. À Londres, dans son salon, elle recevait plusieurs personnalités littéraires et artistiques de son temps; et fut notamment l'amie de George Eliot.

Elle mourut le 11 juin 1891 à Robertsbridge, dans le Sussex.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]