Barbacane (Cracovie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barbacane
La Barbacane de Cracovie.
La Barbacane de Cracovie.
Présentation
Nom local Barbakan
Période ou style gothique
Date de construction 1498 - 1499
Géographie
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Petite Pologne
Localité Cracovie
Localisation
Coordonnées 50° 03′ 55″ N 19° 56′ 29″ E / 50.065278, 19.941389 ()50° 03′ 55″ Nord 19° 56′ 29″ Est / 50.065278, 19.941389 ()  

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne)
Barbacane

Géolocalisation sur la carte : Cracovie

(Voir situation sur carte : Cracovie)
Barbacane

Géolocalisation sur la carte : centre de Cracovie

(Voir situation sur carte : centre de Cracovie)
Barbacane

La Barbacane (en polonais: Barbakan) est la forteresse qui protégeait jadis l'entrée de la ville de Cracovie. Encore en parfait état, Elle se situe dans un parc au nord de la Brama Fiorańska (Porte Saint-Florian). Elle est de style gothique et est un exemple unique se ce type d'architecture en Pologne[1],[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Barbacane a été construite entre 1498 et 1499, remplaçant une tour ancienne dont il reste encore des traces. Elle est construite sur un plan circulaire de plus de 30 m de diamètre. Elle est surmontée de pinacles circulaires et octogonaux. Ses murs sont très épais et percés d'ouvertures réparties en quinconce qui recevaient à l'époque les bouches d'artillerie. Ils mesurent en 300 et 365 cm de largeur, dans la partie la moins épaisse[1].

La barbacane, représentation datant du XIXe siècle
L'entrée de la Barbacane
La Barbacane vue de la Ulica Basztowej

L'édifice était jadis reliée à la Porte Saint-Florian par un mur deux fois plus épais nommé "le col", dont une partie est encore visible aujourd'hui. Il avait pour fonction de protéger le pont surmontant les douves. Ces dernières communiquaient avec le fossé entourant le centre-ville. Un mécanisme servant à réguler le niveau d'eau était situé à l'intérieur[1],[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c p 47 du Livre d'or de Cracovie (Éditions Bonechi-Galaktyka), 2012
  2. (en)Ministère des Affaires étrangères 2002-2009, Le site sur la liste de l'UNSECO, Cracovie, sur Poland.gov.pl
  3. (en)Jane Perlez, Cracow Emerges From the Shadows (Cracovie émerge de l'ombre) dans le New York Times, le 18 juillet 1993.
  4. (en)Beata Moore, Cracovie, cité de trésors, 112 pages. Published by Frances Lincoln, ISBN 0-7112-2571-0
  5. (en)Kraków – City portrait at Compress VerlagsgesmbH, Vienne, Autriche