Baraïta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shalom2.svg Cette page contient des caractères hébreux. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Baraïta (judéo-araméen ברייתא barayata, « extérieur » ; pl. baraïtot) est un terme générique désignant une tradition orale juive non incorporée dans la Mishna. Il peut s'appliquer à un ensemble des « enseignements extérieurs » (et s'écrit avec une majuscule) ou à l'un de ces enseignements lui-même (et s'écrit avec une minuscule).
Les baraïtot sont généralement énoncées par les Tannaïm (docteurs de la Mishna), mais certaines tirent leur origine des Amoraïm (docteurs du Talmud).

Baraïta et baraïtot[modifier | modifier le code]

Dans le responsum que rédige Sherira Gaon à l'intention des Juifs de Kairouan qui l'ont interrogé sur le processus d'élaboration de la Mishna, le Gaon évoque longuement les traditions orales qui n'y ont pas été incluses.

Il existe d'une part des mishnayot (traditions[1]) éparses, nées du morcellement du savoir qui a lieu lors de la destruction du second Temple pendant trois générations. Alors que la science orale était, à l'époque du Temple, connue dans l'ensemble de ses domaines et dans le moindre de ses détails[2], les écoles se multiplient, et chacun enseigne selon ce qu'il a entendu de son maître, mêlant les opinions de divers Sages dans une même sentence, occultant les opinions contradictoires, etc.[3]. L'étude de ces baraïtot est rapidement négligée (mais pas totalement oubliée) après la compilation de la Mishna par Rabbi (Juda Hanassi), qui établit clairement les traditions et opinions à suivre, en se basant sur l'enseignement de Rabbi Meïr, qui l'a lui-même reçu de Rabbi Akiva[4].

D'autre part, des recueils de traditions avaient été entrepris, en dehors de la Mishna. Certains lui sont antérieurs, comme la Mekhilta, midrash (exégèse) halakhique du Livre de l'Exode attribué à l'académie de Rabbi Ishmaël, la Meguilat Taanit attribuée à Hananya ben Hizqiya ben Gourion[5] qui indique les jours où il est interdit de jeûner, le Seder Olam Rabba, traité de chronologie biblique et juive, attribué à Rabbi Yosse ben Halafta[6], etc. D'autres, comme le Sifra et les Sifrei (qui regroupent des lois tirées par midrash halakhique du Lévitique et des Nombres, respectivement), et la Tossefta, qui se veut complémentaire à la Mishna, sont contemporains de son élaboration[7]. Tous ces traités sont également appelés Baraïtot, n'ayant pas été inclus dans la Mishna, mais ils semblent avoir eu un statut différent des autres baraïtot[8].

L'étude du Sifra, des Sifrei et de la Tossefta s'est imposée dans les maisons d'étude[9], où des traditions propres à chaque maison, dont certaines étaient plus anciennes que la Mishna, étaient enseignées outre celles-ci[10].

Selon Jastrow et Ginzberg, les baraïtot pourraient avoir été dénommées ainsi par référence aux sefarim ha-ḥiṣonim (« livres extérieurs »), désignant les apocryphes bibliques[11], et auraient ce statut d'« apocryphes » par rapport à la Mishna « canonique. » Alternativement, elles pourraient avoir été appelées ainsi parce qu'elles n'étaient pas dispensées dans les grandes académies de Galilée et de Babylonie, mais dans les écoles satellites à ces académies, appelées bara dans le Talmud[12].

Autorité de la Baraïta[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. lorsqu'il écrit הנך משנאות כולהו הויין בריתא (« toutes ces mishnayot sont devenues braïta »), Sherira utilise ce terme dans son sens général de « tradition orale répétée, » et non dans son sens restreint d'unité littéraire de la Mishna — cf. Iggeres Rav Sherira Gaon, p.30
  2. Cf. T.B. Soucca 28a.
  3. Iggeres, p.30
  4. Iggeres, p. 42.
  5. T.B. Chabbat 13b.
  6. T.B. Yevamot 82b ; Niddah 46b.
  7. Iggeres, p.39 ; cf. T.B. Sanhédrin 86a.
  8. Iggeres, p.42: והויין כגון בריתא (« elles [les baraïtot] devinrent comme la Baraïta. ») Selon N. Rabinowich, le mot « comme » pourrait indiquer que les baraïtot acquirent le statut de la Tossefta, du Sifra et des Sifrei.
  9. Iggeres, p.58 ; cf. T.B. Chevouot 41a.
  10. Iggeres, p.55 ; cf. T.B. Berakhot 14a, Yoma 24a, Baba Batra 52b (& commentaire de Rashbam sur ce folio, note sur bekiddouchin), et T.J. Horayot 3:5.
  11. Cf. Mishna Sanhédrin 10:1
  12. Jastrow & Ginzberg, Baraita, in Jewish Encyclopedia.

Cet article comprend du texte provenant de la Jewish Encyclopedia de 1901–1906, article « BARAITA » par Marcus Jastrow & Louis Ginzberg, une publication tombée dans le domaine public.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]