Bar-le-Duc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bar-sur-Ornain)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bar et Leduc.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Baerle-Duc.
Bar-le-Duc
L'église Saint-Étienne et, à droite, le palais de Justice, sur la place Saint-Pierre.
L'église Saint-Étienne et, à droite, le palais de Justice, sur la place Saint-Pierre.
Blason de Bar-le-Duc
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse (préfecture)
Arrondissement Bar-le-Duc (chef-lieu)
Canton Bar-le-Duc-1
Bar-le-Duc-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse
Maire
Mandat
Bertrand Pancher
2014-2020
Code postal 55000
Code commune 55029
Démographie
Gentilé Barisiens
Population
municipale
15 759 hab. (2012)
Densité 667 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 19″ N 5° 09′ 37″ E / 48.771944, 5.16027848° 46′ 19″ Nord 5° 09′ 37″ Est / 48.771944, 5.160278  
Altitude Min. 175 m – Max. 327 m
Superficie 23,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Bar-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Bar-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bar-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bar-le-Duc
Liens
Site web www.barleduc.fr

Bar-le-Duc est une commune française située dans le département de la Meuse en région Lorraine. C'est la préfecture du département de la Meuse.

Ses habitants sont appelés les Barisiens. Toutefois, à l’image de ce qui était le nom du terroir autrefois, on pourrait tout aussi légitimement les appeler Barrois. Bar-le-Duc fut la capitale du duché de Bar. La ville est le point de départ de la Voie sacrée qui, lors de la Première Guerre mondiale, permettait un accès à Verdun pour ravitailler les troupes françaises engagées dans les combats.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Plan de Bar-le-Duc et ses environs.

Bar-le-Duc se situe dans le Grand Est de la France, au sud-ouest du département de la Meuse - dont elle est le chef lieu - et à l'ouest de la région Lorraine. La ville s'étend dans la vallée de l'Ornain et sur ses hauteurs, le long d'un axe est-ouest formé par la rivière l'Ornain, le canal de la Marne au Rhin, la voie ferrée, et l'ancienne voie romaine Reims-Metz. La commune se trouve au cœur du Pays du Barrois.

La ville de Bar-le-Duc est située à mi-chemin entre Paris (207 km) et Strasbourg (190 km). Dans la région, elle se trouve à 74 km de Nancy (Meurthe-et-Moselle), à 83 km de Metz (Moselle) et à 115 km d'Épinal (Vosges). Dans le département, elle est distante de 46 km de Verdun et de 31 km de Commercy, les deux autres plus grandes villes de Meuse. Elle est donc plus proche de Saint-Dizier (22 km), sous-préfecture de la Haute-Marne.

Communes limitrophes de Bar-le-Duc
Fains-Véel Behonne Naives-Rosières
Fains-Véel Bar-le-Duc Resson
Combles-en-Barrois Montplonne Savonnières-devant-Bar
Longeville-en-Barrois

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte géologique de la Lorraine.

La superficie de la commune est de 2 362 ha, son altitude varie de 175 m à 327 m[1].

Le département de la Meuse se situe dans la partie orientale du Bassin parisien, et est constitué d'un socle rocheux d’âge mésozoïque (jurassique et crétacé). Bar-le-Duc se trouve sur un sol constitué de Calcaires du Barrois datant du Tithonien. La couche de calcaire s'étend sur une surface de 1 200 km2 à l'ouest du département, et totalise une épaisseur de 95 m à 110 m au sud du département. On y note également une faible épaisseur d'alluvions anciennes dans la vallée de l'Ornain[2].

Les calcaires lithographiques ont été exploités dans différents sites autour de Bar-le-Duc et Ligny-en-Barrois tels que les carrières de Tannois et de Givrauval. Suffisamment durs, ils ont servi à la construction de maisons par le passé[3].

Dans les années 80, quelques forages d'exploration ont été réalisés autour de la ville, notamment dans les communes de Fains-Véel[4] et Culey[5], qui ont mis en évidence des indices de gaz mais n'ont conduit à aucune exploitation. Des essais de production, sans succès, ont été faits dans la forêt domaniale du Haut-Juré, où les forages ont atteint les couches du Trias inférieur[6],[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bar-le-Duc s'est construite sur les berges de l'Ornain, qui traverse la ville de part-en-part d'est en ouest. Cette rivière prend sa source de deux autres rivières, l'Ognon et la Maldite, au sud de Gondrecourt-le-Château, dans le département de la Meuse, et se jette finalement dans la Saulx à Étrepy, dans le département de la Marne[8].

La commune est traversé par un deuxième grand cours d'eau, cette fois-ci artificiel. À partir de 1838, le canal de la Marne au Rhin est construit parallèlement à l'Ornain. Long de 312 km, il relie la Marne (Vitry-le-François) au Rhin (Strasbourg)[9]. Plusieurs écluses et pont levants sont répartis le long du canal dans la ville. Un port de plaisance est situé dans la ville, au point kilométrique (PK) 47 du canal, à proximité des commerces[10].

Le canal des usines est une dérivation de l'Ornain. Construit au Moyen-Age, il permettait d'alimenter en eau le fossé des fortifications de la ville basse. Il a alors le nom de canal des moulins dû aux moulins construits le long du cour d'eau. Les nombreuses tanneries et filatures qui viendront s'installer par la suite finiront par donner au canal son nom définitif de canal des usines[11].

Le Naveton est un petit cours d'eau qui prend sa source au nord de Bar-le-Duc, dans la commune de Naives-Rosières. Il traverse la ville du nord au sud pour finir par se jeter dans l'Ornain[12]. Le trop plein du canal de la Marne au Rhin se déverse dans le Naveton[13].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type « tempéré océanique humide » (Cfb) d'après la Classification de Köppen. C'est un climat océanique dégradé, comme dans une grande partie de la France.

Bar-le-Duc jouit d'un climat chaud et sec en été avec parfois des températures très élevées, le printemps, en revanche, est assez doux et offre parfois une chaleur agréable. L'automne et l'hiver sont, à l'inverse, humides et pluvieux avec parfois des épisodes neigeux importants en hiver mais qui tendent à se raréfier au fil des années. La période hivernale peut parfois être sèche avec des températures froides et parfois négatives.

Les données climatiques de Bar-le-Duc viennent de la station météo la plus proche, celle de Saint-Dizier à 25 km. Le record de chaleur est de 40,4 °C le 12 août 2003, lors de la canicule de l'été 2003, et le record de froid est de -22,5 °C le 14 février 1956. La température moyenne annuelle sur la période 1981/2010 est de 10,9 °C[14].

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Saint-Dizier[15] 1682 826 24 25 54
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,3 0,3 2,8 4,9 9,1 12 14,1 13,7 10,6 7,7 3,6 1,3 6,7
Température moyenne (°C) 3,1 4 7 9,6 14 16,9 19,3 19,1 15,5 11,4 6,4 4,2 10,9
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,7 15,4 19,7 22,8 25,5 25,1 20,8 16 10 6,6 15,7
Ensoleillement (h) 66,4 80,3 136,8 174,2 210,7 220 228 220,5 166,3 117,7 58,4 47,6 1 726,9
Précipitations (mm) 71,8 60,5 66,2 60,2 72,4 65,9 70,4 68,8 74,2 78,6 69,5 85,2 843,7
Source : Le climat à Saint Dizier (Normales mensuelles sur la période 1981-2010)[16],[17]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Bar-le-Duc se trouve au croisement de plusieurs routes :

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Gare de Bar-le-Duc avec la statue de Raymond Poincaré en premier plan.

La gare de Bar-le-Duc, située près du centre ville, fait partie de la ligne de Paris-Est à Strasbourg-Ville, l'une des principales lignes du réseau ferroviaire français dans l'Est de la France. Elle est desservie par le TER Lorraine, permettant de rejoindre Metz (ligne 28) ou Nancy (ligne 29) en moins d'une heure. Le TER Vallée de la Marne permet de rejoindre Paris via Vitry-le-François, Châlons-en-Champagne, Épernay et Château-Thierry, entre h 45 et h 20 selon le nombre d'arrêts[18].

La LGV Est européenne est mise en service en 2007. Les TGV relient alors la préfecture meusienne à Paris en h 40 environ, via Champagne-Ardenne TGV, Châlons-en-Champagne et Vitry-le-François. Cependant, la mise en place du TGV a entrainé la réduction du nombre de dessertes de la gare de Bar-le-Duc au profit de la nouvelle gare de Meuse TGV, située à 30 km. Des navettes ont été mises en place par le Conseil général de la Meuse pour rejoindre la nouvelle gare TGV, d'où l'on peut rejoindre Paris en h[18] et Strasbourg en h 40.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Depuis 1982, le réseau TUB (Transports Urbains du Barrois) dessert en transports en communs la ville de Bar-le-Duc, puis celles adjacentes de Fains-Véel et Savonnières-devant-Bar. En 2014, suite à la création de la communauté d'agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse, le réseau est étendu à toutes les communes de la communauté d'agglomération[19]. Le réseau, géré par Transdev, est constitué de quatre lignes régulières qui s'articulent autour de la ligne principale Bar-le-Duc - Ligny-en-Barrois (ligne 1)[20]. De plus, il existe neuf lignes scolaires[21], ainsi qu'un service de transport sur réservation pour les communes non desservies par les lignes régulières[22].

  • Ligne 1 : Libération (Bar-le-Duc) - Aouisses (Ligny-en-Barrois)
  • Ligne 2 : Petit Juré - Rochelle - Auchan (Bar-le-Duc)
  • Ligne 3 : Centre Hospitalier - Rochelle - Grande Terre (Bar-le-Duc)
  • Ligne 4 : Domaine du Golf (Fains-Véel) - Allende - Rochelle (Bar-le-Duc)
Gare routière du réseau RITM.

Le Réseau Intermodal des Transports de la Meuse (RITM), financé par le Conseil général de la Meuse, exploite plusieurs lignes reliant Bar-le-Duc aux autres grandes villes du département ou du département voisin de la Marne. Le réseau gère également le ramassage scolaire et possède un service de transport à la demande[23],[24].

Autres moyens de transport[modifier | modifier le code]

L'aérodrome le plus proche est celui de Bar-le-Duc - Les Hauts-de-Chée, situé sur la commune des Hauts-de-Chée à 13 km au nord de Bar-le-Duc. Il est utilisé par l'Aéroclub Sud-Meusien pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (survol du Pays Barrois, du quartier Renaissance de Bar-le-Duc...)[25]. L'aéroport régional le plus proche est celui de Metz-Nancy-Lorraine, située à 90 km de Bar-le-Duc. Pour partir vers des destinations internationales, il faut se rendre à Paris dans les aéroports Roissy-Charles-de-Gaulle ou Paris-Orly[18].

Pour la randonnée pédestre, le sentier de grande randonnée 14 (GR 14) qui relie Paris à Malmedy (Belgique), traverse la commune. Il est orienté sur un axe ouest/est de Paris à Bar-le-Duc, puis sur un arc sud/nord de Bar-le-Duc à Malmedy[26]. Le GR 714 relie la préfecture meusienne à Lignéville (au sud de Vittel dans les Vosges) et crée ainsi une liaison entre le GR 14 et le GR 7 (Ballon d'Alsace - Andorre-la-Vieille)[27].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Plan de Bar-le-Duc (avril 2015).

La ville de Bar-le-Duc peut se découper en trois grandes zones.

La Ville Basse se trouve au fond de la vallée sur les berges de l'Ornain. Partie la plus ancienne de Bar-le-Duc, elle est composée de plusieurs quartiers qui se sont construits successivement. On retrouve sur la rive droite, le quartier Notre-Dame où la ville a commencé à se bâtir au Ier siècle, le long de l'ancienne Voie romaine Reims-Metz (actuelle rue des romains), le quartier de Marbot qui est un ancien hameau situé plus loin au sud-est de Notre-Dame, et le quartier de Couchot situé juste au nord de Notre-Dame. Par la suite, de nouveaux édifices apparaissent au pied de la colline côté rive gauche et forment le Bourg. Les habitants viennent ensuite s'installer dans l'espace entre entre le Bourg et l'Ornain, lieu de l'actuel centre-ville. La ville continue à s'étendre en amont et en aval de l'Ornain[28].

La Ville Haute se trouve sur les hauteurs, au sud-ouest de la Ville Basse, côté rive gauche. Le quartier nait avec la construction du château-fort en 968 sur l'éperon rocheux dominant la ville. Des habitants, majoritairement de riches notables ou bourgeois, viennent ensuite s'installer autour formant ainsi le quartier d'aujourd'hui[29]. En 1670, Louis XIV ordonne la destruction de toutes les fortifications de la ville et d'une grande partie du château[30]. Elle contient le cœur historique de la ville : le quartier Renaissance.

La Côte Sainte-Catherine se trouve de l'autre côté de la vallée, sur la colline au nord de la Ville-Basse, côté rive droite. C'est le secteur le plus récent de la ville, construit à partir des années 1960[30], et composé majoritairement de grandes barres d'immeubles HLM.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, Bar-le-Duc comptait 9 209 logements, soit 631 de plus qu'au précédent recensement de 1999, et 2 434 de plus que quarante ans plus tôt (6 775 logements en 1968)[INSEE 1].

Parmi ces logements, 85,3 % étaient des résidences principales et 1,4 % des résidences secondaires. On dénombrait un nombre important de logements vacants, 1 227, représentant 13,3 % du parc de logements, en nette augmentation depuis 1999 (seulement 665 logements vacants, soit moitié moins). Ces logements étaient pour 35,0 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 63,4 % des appartements[INSEE 2]. Le nombre moyen de pièces par résidence principale était de 3,8[INSEE 3].

Le fait qu'il y ait plus d'appartements que de maisons individuelles expliquait en partie le nombre plus élevé de locataires (57,6 %) par rapport aux propriétaires (39,7 %). La part de logements HLM loués vides était de 30,0 % en 2009 contre 33,1 % en 1999[INSEE 4], en petite baisse mais toujours supérieure au taux minimum de 20 % fixé par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU) de décembre 2000.

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, la municipalité a lancé un projet de requalification du centre-ville de Bar-le-Duc, visant à le rendre plus dynamique et attractif. La première phase concerne le quartier Notre-Dame sur la rive droite de l'Ornain, les trois suivantes le centre-ville de la rive gauche et notamment le boulevard de la Rochelle, artère principale de la commune. Les travaux consistent à refaire l'eau et l’assainissement puis la voirie en pavés[31]. Les travaux se terminent fin 2014[32]. En avril 2015, de nouveaux travaux sont lancés rue et place des Minimes, à proximité de la zone des premiers travaux, pour garder une cohérence esthétique[33].

En février 2012, la municipalité a entamé des travaux pour rapprocher la gare routière (réseau RITM) de la gare SNCF et ainsi créer une gare multimodale. Les 14 mois de travaux d'un coût de 3 079 000 € ont vu la construction de quais avec abribus, la création d'un nouveau parking, et la rénovation complète du parvis devant la gare SNCF[34].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bar-le-Duc a connu plusieurs dénominations au cours de son histoire : Barrum, Barri-Villa, Barum Leucorum, Barum ducis, Barri-Dux ou Bar-sur-Ornain. Cette dernière étant le dernier changement de nom pendant la période révolutionnaire.

Certains affirment qu’elle aurait été fondée au Xe siècle par Frédéric Ier, duc de la Lorraine Mosellane. Ce duc commença par faire bâtir en ce lieu une forteresse qu’il nomma Barrum ou Barra, c’est-à-dire Barre, à cause de sa situation sur les frontières de France et de Lorraine, et aussi parce que cette forteresse servait de barrière aux Lorrains contre les Champenois.

D’autres opinions plus modernes et très fondées feraient remonter Bar à l’époque où les invasions commencèrent à menacer du côté du Rhin. Peut-être était-ce un village ; peut-être était-ce le camp romain établi sur les hauteurs de Fains, et dont on voit encore des restes. Ce camp servit plus d’une fois de refuge aux habitants du pays fuyant les hordes dévastatrices des barbares, et qui lui donnèrent, en souvenir de la « barrière » opposée à leurs ennemis, le nom gaulois de Bar.

Selon d’autres opinions encore, la ville doit son nom de Bar à un poisson, le barbeau, très commun dans l’Ornain. Cette étymologie s’appuie au besoin sur la composition des armoiries de la ville. Ses armes sont « d’azur semé de croix recroisetées, au pied fiché d’or ; à deux bars adossés de même, dentés et allumés d’argent, brochant sur le semé ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité : La naissance d'une agglomération[modifier | modifier le code]

Des vestiges archéologiques témoignent de l'occupation très ancienne du site[35], puisque des outils et des armes datant du paléolithique et du néolithique sont retrouvés dans la vallée. Mais ces trouvailles sont trop fragmentaires pour que l'on puisse affirmer qu'il y ait eu une vie organisée établie à cet endroit[36].

Caturiges (Bar-le-Duc) apparait sur la Table de Peutinger

À l'époque gauloise, une petite bourgade du nom de Caturiges est fondée au fond de la vallée, sur la rive droite de l'Ornain. Les habitants, de la tribu des Leuques, vivent de l'élevage et de la culture[37]. Cependant, les premières mentions d'une agglomération remontent au Ier siècle de notre ère, après l'invasion romaine. L'humble bourgade devient un relais routier/gîte d'étape (mutatio ou mansio) le long de la voie romaine reliant Reims à Toul (Divodurum - Tullum)[38]. La cité s'enrichit grâce au trafic routier, et de nombreux bâtiments sont construits, tels que des auberges pour les voyageurs, des entrepôts pour les marchandises, et des ateliers d'artisans pour réparer les attelages. La ville devait être importante car elle figure à la fois sur la Table de Peutinger, une ancienne carte romaine où figurent les routes et les villes principales de l'Empire romain[39], et sur l'Itinéraire d'Antonin, un guide de voyage de la Rome antique[38].

L'agglomération se trouvait au niveau de l'actuel quartier Notre-Dame, et la rue des Romains est un vestige de l'ancienne voie romaine[39]. Les travaux d'aménagement dans ce secteur, et notamment le chantier de la construction de la première usine à gaz au milieu du XIXe siècle, ont révélés des substructions conséquentes, des éléments de mobilier, des monnaies gauloises et romaines, des statuettes en bronze, des outils divers et d'autres objets[40].

Selon certaines sources, Childéric Ier, fils de Mérovée, ayant été obligé par la révolte des Francs de se retirer en Thuringe, aurait repris le chemin de la Gaule en passant par Caturiges. Les habitants lui auraient fait un si bon accueil, que pour leur témoigner sa reconnaissance, il les exempta d’impôts et les autorisa à établir une sorte de municipalité. De plus, cette fois-ci sans preuve bien certaine, en 496, Clovis serait passé par Bar en se rendant de Toul à Reims après sa victoire remportée sur les Alamans à Tolbiac[41].

Après quatre siècles de « paix romaine », les invasions barbares ruinent Caturiges et les habitants s'enfuient[42]. Une bourgade mérovingienne est reconstruite au même emplacement sous le nom de Barrivilla (Bar-la-Ville), et un nouveau quartier commence à se constituer sur l'autre rive de l'Ornain : Barrum Castrum ou Burgum Barri (le Bourg)[43]. En raison de l'insécurité qui règne, le Bourg s'entoure de murailles[44] et d'un fossé alimenté par une dérivation de l'Ornain, l'actuel canal des usines. La ville prend le nom de Bar et devient la capitale du Pays Barrois (Pagus Barrensis)[43].

Moyen Âge : Le comté puis le duché de Bar[modifier | modifier le code]

Le développement de Bar va connaitre un nouvel élan au milieu du Xe siècle[35]. Vers 951/970[45], Frédéric Ier (v.942-978), duc de Haute-Lorraine, cherchant à protéger son territoire des champenois, fait construire un château en rive gauche, sur l'éperon rocheux, le mont Bar, qui domine la vallée d'une cinquantaine de mètres. L'éperon, comme la ville, sont d'ailleurs usurpés au diocèse de Toul, que Frédéric Ier dédommage avec d'autres terres[43],[46]. Le château est primitif, constitué de quatre hautes tours et d'une double enceinte, mais il ne cessera d'être perfectionné tout au long du Moyen Âge[47]. Par sa situation et son rôle défensif, Bar sera la principale citadelle lorraine sur la route de France, et ce jusqu'au XVIe siècle[43]

Trois générations plus tard, en 1033, Frédéric III (v.1015-1033) meurt sans enfants, et le duché de Haute-Lorraine est partagé entre ses deux sœurs, Béatrice (†1076) et Sophie (v.1018-1093), mais aucune d'entre elles ne peut prétendre au titre[48], réservé à un homme. Elles sont alors élevées par leur tante maternelle, l'Impératrice Gisèle de Souabe (995-1043)[49]. Béatrice, mariée en 1037 au marquis de Toscane Boniface III (v.985-1052), est la mère de Mathilde (v.1045-1115), comtesse de Toscane, qui joua un rôle important dans la querelle des Investitures opposant le Saint-Siège au Saint-Empire romain germanique[41]. Quant à Sophie, qui a hérité de Bar et Saint-Mihiel, elle épouse en 1038 Louis de Mousson, comte de Montbéliard, qui devient le premier comte de Bar. Devenue veuve vers 1070, elle gouverne le nouveau comté de Bar avec beaucoup de sagesse[44] et de fermeté[49]. Elle fonde le prieuré Notre-Dame, dont l'église Notre-Dame est le vestige, et contribue à l'essor du Bourg[46].

Dès le XIIe siècle, la ville est dénommée Bar-le-Duc, en souvenir du duché de Bar et afin de la différencier des communes de Bar-sur-Seine et Bar-sur-Aube, toutes deux en Champagne[46].

Les successeurs de Sophie agrandissent leur territoire en une principauté importante, au dépens de leurs voisins, profitant de leur implantation à la frontière de la France et de l'Empire allemand, et de la faiblesse des deux souverains[48]. Les comtes de Bar, qui participent en outre aux Croisades, sont vus comme les plus habiles et les plus ambitieux en Lorraine. La région de Bar-le-Duc est considérée comme un alleu, c'est-à-dire une terre indépendante dont les comtes sont pleinement souverains[46]. Au début du XIIIe siècle, ces derniers fixent leur cour au château de Bar-le-Duc, aux dépens de Mousson et Saint-Mihiel[46].

L’expansion géographique et l'essor économique vont profiter à la ville. La bourgeoisie s'enrichit de la culture de la vigne, du tissage du drap, du travail de la peau et de la fabrication d'armes[50]. La morphologie urbaine de la cité est également impactée, avec notamment la création de deux nouveaux quartiers. Un quartier fortifié en amont du château, l'actuelle Ville Haute, voit le jour sous l'impulsion du comte Henri II. Il est majoritairement peuplé de nobles, religieux et autres privilégiés, et se voit octroyer le privilège du commerce de l'alimentation, au grand dam de la Ville Basse. Le deuxième nouveau quartier s'installe contre le Bourg, et est nommé la Neuve-Ville. Initialement non fortifié, le quartier se voit emmuré au XIVe siècle pendant la Guerre de Cent Ans. Des moulins s'installent le long de la dérivation de l'Ornain, dans le quartier du Bourg, et sont utilisés pour diverses activités économiques (forges, tanneries...). De nouveaux faubourgs, Véel et Marbot, apparaissent en dehors des limites de la ville, et de nombreux édifices religieux sont construits : la collégiale Saint-Max, la collégiale Saint-Pierre (actuelle église Saint-Étienne) et le couvent des Augustins (l'église Saint-Antoine en est le seul vestige)[51].

Du XIe au XIIIe siècle, les comtes de Bar ont bénéficié de deux facteurs favorables : la situation de la principauté entre la France et le Saint-Empire, et l'absence de problèmes dans la succession. Mais à partir du XIVe siècle, les choses vont changer. Devant l'essor de la puissance française, le comte de Bar Henri III (1259-1302), gendre du roi d'Angleterre Édouard Ier, prend part à une alliance contre le roi de France Philippe le Bel[52]. Vaincu, il est fait prisonnier pendant plus de deux ans. En 1301, il est relâché mais doit signer le traité de Bruges[41], dans lequel il se reconnaît vassal du roi de France pour toutes ses terres à l'ouest de la Meuse. Ces terres constituent désormais le Barrois mouvant[50].

En 1354, le comté est élevé en duché, et Robert Ier (1344-1411) prend le titre de Duc de Bar, mais le contexte n'est plus au développement, une partie du Barrois étant désormais sous tutelle de la France[51]. La présence française est d'ailleurs bien visible. De 1475 à 1483, les troupes du roi de France Louis XI occupent le château de Bar-le-Duc[53], et le souverain fait réparer les fortifications sous prétexte que le duc de Bourgogne Charles le Téméraire pourrait pénétrer la Champagne avec son armée via le Barrois[41].

En 1420, René d'Anjou (1409-1480), duc de Bar, est marié à Isabelle (1400-1453), fille du duc de Lorraine Charles II[51], avec dans l'idée l'union des deux duchés[54]. Soixante ans plus tard, en 1480, René II (1451-1508) recueille son héritage[35] et les deux duchés, de Bar et de Lorraine, sont unis. Chaque duché conserve sa propre administration mais sont désormais sous l'autorité d'un même duc[51]. Pour Bar, qui rivalisait jusque-là avec Nancy, c'est un coup d'arrêt, les futurs ducs privilégiant Nancy[55].

XVIe siècle : Une cité Renaissance[modifier | modifier le code]

Le principat de René II de Lorraine ouvre en 1480 la plus brillante période de l'histoire de la cité. Elle durera près d'un siècle et demi[35]. Bar-le-Duc bénéficie d'une conjoncture économique favorable dans cette période de la Renaissance, confortée par l'habile politique des ducs Antoine le Bon (1489-1544) et Charles III (1543-1608) dans un contexte de conflits entre la France et le Saint-Empire[51]. Une véritable fièvre constructrice s'empare de la cité, aussi bien à la Ville Haute qu'à la Ville Basse[56]. La femme de René II, Philippe de Gueldre (1467-1547), trace un jardin à l'italienne dans la cour du palais[57]. Charles III fait construire un nouveau château dans la cour intérieur du château fort, le Neuf-Castel, où la Chambre des comptes du duché vient s'installer. Le collège Gilles-de-Trèves est construit à partir de 1573[56]. La ville s'enrichit de beaux hôtels Renaissance[58], et les maisons en torchis et à encorbellement sont reconstruites en pierre de taille[59].

Même si les ducs résident peu à Bar-le-Duc, le château est le théâtre de fêtes somptueuses et des tournois sont organisés sur la place Saint-Pierre à l'occasion d'évènements spéciaux, comme les baptêmes, les mariages et les visites royales ou princières. En 1555, Charles III reçoit son beau-frère le roi de France François II et sa femme Marie Stuart, reine d’Écosse. Cette dernière aurait particulièrement apprécié la confiture de groseilles épépinées, spécialité de Bar-le-Duc. En 1564, le baptême d'Henri II, fils et héritier de Charles III, est l'occasion de grandes célébrations en présence du roi Charles IX et de la reine-mère Catherine de Médicis[56].

Du XVIIe au XVIIIe siècle : La perte de son indépendance[modifier | modifier le code]

La Tour de l'Horloge, l'un des rares vestiges des fortifications du château.

Le XVIIe siècle est une période tragique pour Bar-le-Duc[35], qui subit les conséquences désastreuses de la guerre de Trente Ans (1618-1648) : pillage, occupation par les troupes, famines et épidémies (notamment de peste en 1636)[60], s'ajoutent à une politique financière désastreuse du duc Henri II (1563-1624)[61]. Mais c'est surtout la position anti-française du duc Charles IV (1604-1675) qui va causer du tort à la cité. En 1632, le roi de France Louis XIII vient en personne prendre possession de la ville, à l'initiative du cardinal Richelieu. L'agglomération restera occupée jusqu'en 1661, changeant quatre fois de maître pendant la Fronde (1648-1653) et subissant un siège de l'armée royale menée par le cardinal Mazarin en décembre 1652[56],[60].

Finalement, en 1670, lassé des intrigues ducales, le roi Louis XIV ordonne le démantèlement des fortifications du château et de la ville. Ne sont conservés que le château-neuf, inoffensif, la Tour de l'Horloge, pour son cadran, et la Tour Heyblot. Les murailles subsistent autour de la ville, mais, sans tours, n'ont plus aucune fonction militaire. Elles servent désormais à contrôler les accès à des fins fiscales et à protéger la population des épidémies[56]. Ainsi, de 1632 à 1697, Bar-le-Duc a été presque continuellement occupé par les troupes françaises[61].

En 1697, le traité de Ryswick rend le duché à Léopold Ier (1679-1729), petit-fils de Charles IV[61], mais l'influence française reste forte[62]. En 1737, le duc François III (1708-1765), fils de Léopold Ier, accepte de céder son duché à l'ancien roi de Pologne Stanislas Leszczynski, sur ordre du roi de France Louis XV[62],[63].

Sous les règnes de ces ducs, Bar-le-Duc connait une nouvelle ère. Trois grands boulevards sont tracés en dehors des remparts : la rue de Clouyères (actuel boulevard Raymond Poincaré), la rue (actuel boulevard) de la Rochelle, et l'avenue des Tilleuls. Les portes de la ville sont élargies et remaniées dans le style de l'époque. Des habitants construisent de nouvelles demeures, comme l'hôtel de Salm ou l'hôtel Désandroins, d'autres refont leurs façades. Le vignoble, notamment celui de la côte Sainte-Catherine, connait une période faste, le Pinot de Bar s'exportant vers le Luxembourg et l'actuelle Belgique. L'activité cotonnière se développe[62].

À la mort de Stanislas Leszczynski en 1766, les duchés de Lorraine et de Bar sont définitivement rattachés à la France[63]. C'est un nouveau coup dur pour Bar-le-Duc, puisque la grande route Paris-Nancy voit son trajet modifié, passant désormais par Saint-Dizier et Ligny-en-Barrois et non plus par la capitale du Barrois[64].

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

Statue du maréchal Oudinot, duc de Reggio, sur la place éponyme.

Sous la Révolution, Bar-le-Duc, comme la plupart des villes françaises, va connaître une vie politique tumultueuse, en particulier de 1789 à 1795[65]. De nombreuses transformations ont lieu. Premièrement, d'octobre 1792 à juillet 1814, la ville prend le nom de Bar-sur-Ornain, plus républicain[66]. Elle devient également le chef-lieu du nouveau département du Barrois (futur département de la Meuse)[67], au grand dam de ses rivales Saint-Mihiel et Verdun[62]. Deuxièmement, l'abolition des privilèges du 4 août 1789 est traduit en une mesure hautement symbolique : l'Hôtel de Ville est transféré de la Ville Haute à la Ville Basse. Jusque là, le quartier de la Ville Haute avait conservé la puissance politique, administrative, judiciaire et commerciale. Troisièmement, la ville est laïcisée, ce qui se traduit par la disparition des sept communautés religieuses présentes depuis le Moyen Age. Le couvent des Carmes est transformé en prison, celui des Minimes en marché couvert, le jardin du couvent des religieuses de la congrégation de Notre-Dame devient la place Reggio, première place publique en Ville Basse[68],[66].

Sous le Consulat (1799-1804), la fonction administrative de la Ville Basse est renforcée avec la nomination du premier préfet de la Meuse par le Premier Consul Napoléon Bonaparte en 1800. L'Hôtel de préfecture est installé dans l'ancien couvent des Antonistes[62],[69].

Le Premier Empire (1804-1814) va couvrir de gloire deux militaires barisiens au service de Napoléon : Nicolas-Charles Oudinot (1767-1847), premier duc de Reggio et maréchal d'Empire, et Rémy Joseph Isidore Exelmans (1775-1852), général puis maréchal de France[69]. Oudinot se fait construire en Ville Basse un bel hôtel particulier avec parc et jardins, qui abrite depuis sa mort l'Hôtel de ville[70].

Sous l'Empire, la ville connait également des changements architecturaux. Les quais de l'Ornain sont aménagés et plantés d'arbres, les portes des anciennes fortifications sont détruites, l'hospice-hôpital de la rue du Bourg est fermé, une halle au grain et un nouveau pont sur l'Ornain sont construits[71].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La gare de Bar-le-Duc mise en service en 1851 (carte postale de 1916).

À la suite des défaites napoléoniennes, Bar-le-Duc va connaître plusieurs occupations militaires. De janvier à avril 1814, elle est occupée par les troupes prussiennes ; puis, après les Cent-Jours (1815), par les troupes russes jusque 1818[72],[69].

La ville connait malgré tout un développement économique, profitant de la révolution industrielle. L'industrie textile, puis la métallurgie et la brasserie se développent[70], et de nouveaux axes de transport et de communication passent par la cité : le canal de la Marne au Rhin (1845) puis le chemin de fer Paris-Strasbourg (1851)[72]. La population passe de 9 600 habitants en 1804 à 17 000 en 1911[69]. En 1861, le barisien Pierre Michaux (1813-1883) et son fils Ernest inventent le vélocipède à pédales : la michaudine[70].

Cet essor concerne également l'urbanisme. De nombreuses constructions voient le jour : le théâtre de la Comédie et le café des Oiseaux en 1852, le lycée impérial en 1857 (actuel lycée Raymond Poincaré), la Caisse d'épargne, l'Église Saint-Jean à partir de 1876, et le château Varin-Bernier de 1903 à 1905 (renommé depuis château de Marbeaumont). Le couvent des Dominicaines, à la Ville Haute, s'agrandit d'une chapelle et d'une statue de la Vierge dominant la ville[70]. Un nouvel hôtel de préfecture est construit avec une façade sur la place Reggio, et l'aménagement de l'avenue du château facilite l'accès à la Ville Haute[71].

Après la défaite française dans la guerre franco-allemande de 1870, la ville est de nouveau occupée jusqu'au 23 juillet 1873. Devenue ville frontière avec l'Empire allemand, elle abrite à partir de 1880 une garnison importante de 2 000 hommes[69].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Mémorial du kilomètre zéro de la Voie sacrée à Bar-le-Duc.

Bar-le-Duc n'est que peu touchée par les combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918)[70]. Elle échappe à l'occupation ennemi au début de la guerre, alors que les allemand se dirigent vers elle en septembre 1914. Ces derniers, arrivés au niveau de Revigny-sur-Ornain, sont contraint de se replier au-delà de Clermont-en-Argonne par la bataille de la Marne. Située non loin de la ligne de front, elle va quand même subir de 1915 à la fin de la guerre des bombardements occasionnels. Près de 600 bombes font 80 morts civils et militaires, et 70 immeubles sont gravement endommagés en Ville Basse. Les dégâts ne sont cependant en rien comparable à ceux de Verdun ou des autres villages du front, parfois complètement rasés[73].

Placée en arrière des lignes, la ville joue un rôle stratégique important[74], servant de point de départ pour le ravitaillement de la ville de Verdun lors de la bataille de Verdun de 1916. Troupes, vivres et matériel empruntent le chemin de fer local « Le Meusien » (appelé également « Le Varinot » du nom de son constructeur Charles Varinot), et des milliers d'hommes et de camions circulent sans interruption sur la route reliant Bar à Verdun, baptisée après le guerre « Voie sacrée »[73].

Le monument aux morts est érigé en Ville Basse[70], et un cimetière militaire de 5 000 tombes voit le jour[75]. En 1920, la ville est décorée de la croix de guerre 1914-1918 en présence du député de la Meuse André Maginot (1877-1932) et du Président de la République Raymond Poincaré (1860-1934), enfant de la ville[73].

Pendant l'entre-deux-guerres (1919-1939), la vie barisienne ne connait pas de grands changements. Les usines de moulage de la fonte emploient plus de 400 salariés, deux brasseries tournent toujours mais aucune nouvelle entreprise ne vient s'installer. La population est quasi stable, passant de 16 261 habitants en 1921 à 16 725 en 1936[75].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Quelques mois après le début de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), les combats se rapprochent de plus en plus de Bar-le-Duc. Le 12 juin 1940, la Luftwaffe bombarde le dépôt de la SNCF et le boulevard de la Rochelle. Les habitants s'enfuient, et lorsque, le 15 juin, l'ennemi prend possession de la ville, celle-ci est pratiquement vide. Bar-le-Duc, comme le reste du département, se retrouve dans la zone interdite, là où le régime est le plus strict, sous contrôle de la Feldkommandantur, la Feldgendarmerie et la Gestapo[76].

Malgré les risques, la résistance est très active, portant aide aux évadés et aux pilotes alliés abattus. Peu de gens soutiennent l'action du maréchal Pétain. Les défaites allemandes successives et le succès du débarquement de Normandie en juin 1944 vont pousser les allemands aux pires exactions. Dans la semaine qui précède la libération, 18 hommes sont exécutés dans le quartier de la Fédération et dans les villages environnant. Mais c'est le massacre de la vallée de la Saulx et ses 86 victimes, le 29 août 1944, qui restera dans les esprits. Enfin, le 31 août 1944 à 18 h, la Troisième armée des États-Unis (Third United States Army) entre en ville[76].

De l'après guerre à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Immeubles de la Côte Sainte-Catherine au fond, surplombant la Ville Basse en 2011.

Dans les années 1960, un programme de réhabilitation s'amorce au cours duquel est notamment aménagé le secteur de la Côte Sainte-Catherine, situé sur le versant droit de la vallée, à l'opposé de la Ville Haute[35]. L'expansion de la ville crée de nouveaux quartiers, comme celui de la Libération[77].

Dans les années 1970, Bar-le-Duc entame la restauration de la vieille ville. Ainsi, en 1973, la Ville Haute et le château sont classés « secteur sauvegardé ». Des visites et des animations sont mises en place pour faire redécouvrir aux barisiens ce quartier[35],[78]. Au printemps 2003, la ville reçoit le label « Ville d'art et d'histoire » du Ministère de la Culture[78]. Ce label est attribué aux villes qui valorisent et animent leur patrimoine, et garantit la compétence des guides conférenciers et la qualité de leurs actions[79]. La cité fait également partie du réseau « Les Plus Beaux Détours de France »[80].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
22 décembre 1736 30 septembre 1747 Hyacinthe Henriot    
Les données manquantes sont à compléter.
6 octobre 1853[Note 1] 25 décembre 1860 Louis Sainsère[Note 2]    
Les données manquantes sont à compléter.
1879 1882 Ernest Bradfer (1833†1882)   Conseiller municipal
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 juin 1995 Jean Bernard PS Député (1973-1978, 1981-1986)
Conseiller général du canton de Bar-le-Duc-Nord (1973-1992)
juin 1995 mars 2001 Bertrand Pancher UDF Conseiller général du canton de Bar-le-Duc-Nord (1992-2004)
mars 2001 21 mars 2008 Martine Huraut UMP  
21 mars 2008 4 avril 2014 Nelly Jaquet PS Conseillère régionale
Président de la CC de Bar-le-Duc (2008-2013)
Président de la CA Bar-le-Duc Sud Meuse (2013-2014)
4 avril 2014 en cours Bertrand Pancher UDI Député (depuis 2007)
Président de la CA Bar-le-Duc Sud Meuse (depuis 2014)

Administration territoriale[modifier | modifier le code]

Les environs de Bar-le-Duc se sont associés en une communauté de communes appelée CODECOM, qui compte quinze membres : Bar-le-Duc, Behonne, Beurey-sur-Saulx, Chardogne, Combles-en-Barrois, Fains-Véel, Longeville-en-Barrois, Naives-Rosières, Resson, Robert-Espagne, Rumont, Savonnières-devant-Bar, Trémont-sur-Saulx, Val-d'Ornain et, depuis le 1er janvier 2004, Vavincourt.

En janvier 2013, la CODECOM fusionne avec la Communauté de communes du Centre Ornain pour former la Communauté d'agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse appelée Meuse Grand Sud.

Bar-le-Duc est divisée en deux cantons :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 15 759 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9 111 8 961 9 970 11 432 12 496 12 383 12 526 13 191 14 816
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
13 835 14 922 15 334 15 175 16 728 17 485 18 860 18 761 18 249
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
17 693 17 307 17 068 16 261 16 365 16 550 16 697 15 460 16 609
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
18 346 19 159 19 288 18 471 17 545 16 944 16 041 15 895 15 759
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[81] puis Insee à partir de 2004[82].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Début juillet, le festival RenaissanceS anime la vieille ville avec du théâtre de rue, de la musique, de la danse, du cirque, un marché artisanal… Ce festival vise d'abord à faire vivre le quartier de la Ville-haute, aussi appelé quartier renaissance et ainsi montrer le patrimoine de la ville. Ce festival est en majeure partie gratuit et se veut écologique (gobelets consignés, toilettes sèches, mise en place de navettes gratuites...).
  • Pour le sport, chaque année, le championnat de France des 200 kilomètres de marche athlétique a lieu au cœur de la ville.
  • Début juillet, le marché du terroir et des confitures accueille, depuis 2002, le championnat du monde d’épépinage de groseilles (à la plume d’oie), héritage d’une tradition dont les écrits les plus anciens datent de 1339.
  • Bar-le-Duc a remporté la finale 1979 des Jeux sans Frontières.
  • Le Wild West Circus de Buffalo Bill a donné une représentation à Bar-le-Duc le 18 juillet 1905. (Buffalo Bill Museum & Grave, Golden, Colorado)

Économie[modifier | modifier le code]

Bar-le-Duc est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de la Meuse. Elle gère l’aérodrome du Rozelier.

Bar le Duc est le berceau de la société Bergère de France

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bar-le-Duc : vue de la Ville Basse et de la Côte Sainte Catherine depuis le belvédère des Grangettes en Ville Haute.
Bar-le-Duc : vue de la Ville Haute depuis la Côte Sainte Catherine.
La tour de l'horloge.
Façades renaissance, rue du Bourg.
Pont Notre-Dame au-dessus de l’Ornain.

La plupart des monuments ou bâtiments remarquables sont édifiés en pierre de Savonnières, donnant à la ville cette couleur blonde caractéristique. De nombreux hôtels particuliers de style Renaissance se trouvent dans la Ville Haute et son quartier Renaissance où demeuraient les riches familles de l’époque :

  • La Place Saint-Pierre sur laquelle donne l’église Saint-Étienne mais également le Palais de Justice et les anciennes halles,
  • Le Château des ducs de Bar (XVe et XVIe siècles), sur le bord de la ville haute, avec ses belvédères dominant la vallée de l’Ornain et la ville basse. Un musée est installé dans la dernière aile du château des ducs de Bar encore debout.

L’avenue du château longe les anciens remparts du château dont une seule tour (la tour Heyblot) est encore debout, admirer le belvédère sur le collège Gilles de Trèves (Renaissance).

L’avenue permet d’accéder à la ville basse, qui est certes moins attractive (maisons plus populaires et plus récentes) mais elle abrite l’essentiel des commerces et des bâtiments administratifs ainsi que quelques monuments remarquables :

  • l’hôtel de Ville, ancienne résidence d’Oudinot construite en 1803. Dans le parc statues dont Hydrorrhage d’Ipoustéguy.
  • la rue du Bourg et ses magnifiques maisons Renaissance.
  • la préfecture de la Meuse située entre le 40-42 rue du Bourg et la place Reggio. Le bâtiment a été construit à l'emplacement de l'ancienne commanderie des Antonistes datant du début du XVIIe siècle dont il subsiste la façade donnant sur le jardin. Le bâtiment est agrandi par l'architecte départemental Dubois en 1821. Il crée la façade sur la rue. La préfecture est de nouveau agrandie entre 1904 et 1908 par l'architecte départemental Charles Royer. Il conçoit la façade donnant sur la place Reggio réalisée par l'entreprise France-Lanord et Bichaton[83].
  • Maison de La Gabbe, (XVIe siècle), 37 rue des ducs de Bar, (XVIe siècle), classée monument historique.( propriété privée),
  • Le pressoir seigneurial des Combles du XVe siècle au 75 7 place de la Fontaine .

Un ensemble de monuments commémoratifs des guerres et surtout de la Première Guerre mondiale :

  • en mémoire de la voie sacrée;
  • en mémoire de la Guerre franco-prussienne, un monument aux morts dans le cimetière de la ville et un autre pour les morts allemands;
  • une Nécropole nationale qui regroupe des tombes de soldats tombés entre 1914 et 1918 tant malgaches, indo-chinois, britanniques, africains et français avec un monument du 16 octobre 1927 inauguré par Raymond Poincaré, ainsi que des tombes de 1939-1945 françaises, belge et soviétique; quatre des cinq fusillés de l'esplanade de la fédération du 28 août 1944.

En été, une scénographie lumineuse permet de redécouvrir totalement certains monuments à la nuit tombée : Église Saint-Étienne, Préfecture.

  • Le château de Marbeaumont, aujourd'hui Médiathèque Jean Jeukens, a été construit par l'architecte barrisien Jules Renard pour le banquier Paul Varin-Bernier entre 1903-1905.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

l'église Saint-Étienne
  • L’Église Saint-Étienne (avec Le Transi, et, derrière le maître autel, Le Christ en Croix entre les deux Larrons, sculptures de Ligier Richier).
  • le pont Notre-Dame surmonté de la chapelle-oratoire Notre-Dame-de-la-Paix.
  • l’Église Notre-Dame, la plus ancienne de la ville.
  • l’Église Saint-Antoine, ornée de fresques du XIVe siècle dont la nef enjambe un cours d’eau.
  • L'Église Saint-Jean XIXe siècle.
  • L'Église Saint-Charles à Marbot.
  • La Chapelle du collège de la Croix.
  • La Chapelle Saint Louis XIXe siècle.
  • La chapelle du cimetière.
  • La chapelle Saint-Joseph-du-Chêne construite en 1893.
  • Ancienne chapelle Notre-Dame-de-Lourdes (La Libération).
  • L'ancien temple protestant de l'église Réformée (désaffecté) rue du Gué.
  • Nouveau temple, grande bâtisse qui fait à la fois lieu de culte et presbytère, rue du Docteur Nève.
  • La synagogue (1870-1872) de style romano-byzantin (15, Quai Sadi Carnot). architecte : Charles Demoget[84]. L'inscription en hébreu sur la façade est le verset biblique Genèse 28,17 : "Ce lieu n'est autre que la maison de Dieu, et c'est la porte du ciel", le même que sur le fronton de la Synagogue de la Victoire à Paris ainsi que sur la Synagogue de Reims. Il ne reste plus que quelques familles juives à Bar-le-Duc et la synagogue n'est plus utilisée. Il existe un petit cimetière israélite datant du XIXe siècle, en lisière de forêt, qui comporte 126 tombes. celui-ci a été vandalisé le 29 octobre 2010 (fête de Halloween) et 49 tombes ont été profanées, les stèles ont été renversées et les pierres tombales ont été brisées[85].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bar-le-Duc et les arts[modifier | modifier le code]

La sculpture Transi de René de Chalon attribuée à Ligier Richier, dans l’église Saint-Étienne de Bar-le-Duc.

Transi de René de Chalon.

La majorité de l’œuvre artistique de Maréchal de Metz et ses élèves. Entièrement consacrée au vitrail, cette œuvre a démarré dès 1872. Aujourd’hui, c’est une histoire qui fait partie de la vie des Barisiens et de leur quotidien.

La verrière l’Artiste conservée au musée de Metz.

La ville de Bar-le-Duc apparaît sur un DLC du jeu Call of Duty : Black Ops 2

La ville de Bar -le-Duc est citée dans le film "Un long dimanche de fiançailles" et dans le livre "Le Wagon" d'Arnaud Rykner

Le Train de 8h47 film français réalisé par Henry Wulschleger en 1934 d'après le roman de Georges Courteline du même titre, publié en 1888 se déroule à Bar-le-Duc.

La ville est citée à plusieurs reprises dans le roman de Georges Bernanos : sous le soleil de Satan

La ville est également citée plusieurs fois dans le roman L'Âge de raison de Jean-Paul Sartre.

Décoration française[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le « Caviar de Bar »[modifier | modifier le code]

La ville de Bar-le-Duc connaît une renommée mondiale grâce à sa spécialité gastronomique : la confiture de groseilles épépinées à la plume d'oie. Sa qualité d’exception lui vaut le surnom de « Caviar de Bar » ainsi qu’une notoriété mondiale.

Autour de la valorisation de la groseille[modifier | modifier le code]

Le groseillier, plante identitaire[modifier | modifier le code]

À la suite de la réalisation d’un guide identitaire sur le territoire de Bar-le-Duc et le Barrois, le groseillier est apparu comme étant un élément fort du territoire utilisé notamment pour la fabrication de la célèbre confiture épépinée à la plume d’oie. Aussi, depuis 2008, l’Office de tourisme et la Société Horticole ont entamé une démarche sur la Codecom (Communauté de Communes) de Bar-le-Duc visant à promouvoir le groseillier comme étant la plante identitaire du territoire.

Un groseillier pour chaque commune[modifier | modifier le code]

À l'échelle de la Codecom (Communauté de Communes) de Bar-le-Duc, chaque commune a été invitée à choisir et à planter une espèce. Bar-le-Duc a inauguré ce nouveau concept le 4 juin 2010 et a opté pour le groseillier à fleurs « London Market ».

Vie militaire[modifier | modifier le code]

Unités militaires ayant été en garnison à Bar-le-Duc :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Maison où Bernanos vécut et écrivit Sous le soleil de Satan, rue des Ducs de Bar

par ordre chronologique

Statue du maréchal Oudinot duc de Reggio

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti, en 1 d'azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d'or aux deux bars adossés d'argent brochant sur le tout, et en 2 aussi d'argent aux trois pensées tigées et feuillées au naturel.
Commentaires : Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes. Devise de la ville : plus penser que dire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • François Alexis Théodore Bellot-Herment, Historique de la ville de Bar-le-Duc, Bar-le-Duc,‎ 1863, 552 p. (notice BnF no FRBNF30081219, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Georges Weill et Jean Schmitt, Bar-le-Duc : ville haute, ville basse : guide touristique : notices historiques et archéologiques, Bar-le-Duc, Société des lettres, sciences et arts,‎ 1966, 95 p. (notice BnF no FRBNF33221497) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Charles Richez, Bar-le-Duc, Colmar, SAEP Colmar-Ingersheim,‎ 1971, 100 p. (notice BnF no FRBNF35319283) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Morette, Chez nous en Lorraine : Bar-le-Duc, Metz, Le Républicain Lorrain,‎ 1976, 78 p. (notice BnF no FRBNF34610346) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ville de Bar-le-Duc, Bar-le-Duc, Bar-le-Duc, Saint-Paul France,‎ 1997 (1re éd. 1988), 277 p. (notice BnF no FRBNF37036573) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Pierre Harbulot (introduction) et al., Bar-le-Duc : Ville d'art et d'histoire, Bar-le-Duc, Serge Domini,‎ 2003, 160 p. (ISBN 2-912645-57-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Études sur le budget de la ville de Bar-le-Duc (Meuse) 1837-1846, Bar-le-Duc, N. Rolin,‎ 1849, 253 p. (notice BnF no FRBNF36388268)
  • Léon Maxe-Werly et al., Comptes rendus de l’académie des Inscriptions et Belles-lettres, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1896 (notice BnF no FRBNF34110849), « Un sculpteur italien à Bar-le-Duc en 1463 », p. 54-62
  • Jean Dubois, L’Assistance dans le district de Bar pendant la Révolution, Paris, Imprimerie nationale, E. Leroux,‎ 1930, 162 p. (notice BnF no FRBNF32047566)
  • Georges Weill et Jean Schmitt, Bar-le-Duc : ville haute, ville basse : guide touristique : notices historiques et archéologiques, Bar-le-Duc, Société des lettres, sciences et arts,‎ 1966, 95 p. (notice BnF no FRBNF33221497)
  • Jean Collot, Quelques clichés sur Bar-le-Duc, Bar-le-Duc, Imprimerie du Barrois,‎ 1982, 51 p. (notice BnF no FRBNF34672248)
  • Dr Anne Masson, L’hôpital Saint-Denys de Bar-le-Duc : de sa fondation à nos jours, Bar-le-Duc, Université de Nancy 1 (Thèse de médecine),‎ 1985, 193 p. (notice BnF no FRBNF34867197)
  • Lt-Cl Henri L’Huillier, Bar-le-Duc : ses rues, places, ponts et cours d’eau, Haironville, Georges Duménil,‎ 1987 (réédition), 285 p. (notice BnF no FRBNF35030422)
  • Pierre Marizier, Le Coup de Bar : chronique d’une époque, 1958-1970, Montmédy, Nouvelle imprimerie meusienne,‎ 1988, 167 p. (ISBN 2-9503047-0-2, notice BnF no FRBNF37060961)
  • Georges Poull, La maison souveraine et ducale de Bar, Nancy, Presses universitaires de Nancy,‎ 1994, 455 p. (ISBN 2-86480-831-5, notice BnF no FRBNF35717006)
  • Georges Fréchet et al., Les Trois-Évêchés et l'ancien duché de Bar : Congrès archéologique de France, 149e session, 1991, Paris, Société française d’archéologie,‎ 1995, 574 p. (notice BnF no FRBNF36153465), « Bar-le-Duc, église Saint-Étienne », p. 33-47
  • Catherine Grosjean, Le château de Marbeaumont à Bar-le-Duc : la demeure éclectique d’un riche banquier au début du XXe siècle, Strasbourg, Université de Strasbourg (Mémoire de Maîtrise),‎ 1996
  • Jérôme Montchal (dir.), Le trait et le portrait : de Boucher à Camille Claudel : les plus beaux dessins du musée de Bar-le-Duc, Paris et Bar-le-Duc, Somogy et la ville de Bar-le-Duc,‎ 2004, 103 p. (ISBN 2-85056-825-2, notice BnF no FRBNF39916337)
Catalogue édité à l’occasion de l’exposition créée dans le cadre de la démarche Sortez de votre réserve !, présentée au Musée Barrois de Bar-le-Duc, du 15 décembre 2004 au 3 avril 2005
  • Mgr Charles Aimond, L'église prieurale et paroissiale Notre-Dame de Bar-le-Duc : histoire, description, rôle et importance dans l'histoire et la vie de la cité ducale, Nîmes, C. Lacour, coll. « Rediviva »,‎ 2006, 119 p. (ISBN 2-7504-1183-1, notice BnF no FRBNF40194127)
  • Ahmet Aydin, Bar-le-Duc pendant la Grande Guerre, Metz, Université de Metz (Mémoire de Master),‎ 2009, 299 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Louis Sainsère est nommé maire par l'empereur.
  2. Une rue Louis Saincere existe à Bar-le-Duc (avec une faute au nom Sainsère qui s’écrit en réalité avec un « s »), il est le père de l'homme politique Olivier Sainsère
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T4 - Nombre moyen de pièces des résidences principales.
  4. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Notice communale de Bar-le-Duc ».
  2. « Présentation géologique du département de la Meuse » [PDF], sur meuse.gouv.fr.
  3. Didier Zany et Claudette Didierjean, « Calcaires du Barrois : Description », sur Académie de Nancy-Metz (consulté le 11 avril 2015).
  4. « Fiche Forage Pétrolier Saint Joseph », sur BRGM (consulté le 11 avril 2015).
  5. « Fiche Forage Pétrolier Culey », sur BRGM (consulté le 11 avril 2015).
  6. « Fiche Forage Pétrolier Montplonne 1 », sur BRGM (consulté le 11 avril 2015).
  7. « Fiche Forage Pétrolier Montplonne 2 », sur BRGM (consulté le 11 avril 2015).
  8. « Vallée de l'Ornain », sur tourisme-barleduc.fr (consulté le 11 avril 2015).
  9. « Canal de la Marne au Rhin », sur tourisme-meuse.com (consulté le 11 avril 2015).
  10. « Port de plaisance de Bar-le-Duc », sur VNF (consulté le 11 avril 2015).
  11. École Gaston Thiébaut, « Le canal des usines », sur Académie Nancy-Metz,‎ 12 décembre 2014.
  12. École Gaston Thiébaut, « Qu’est-ce que le Naveton ? », sur Académie Nancy-Metz,‎ 12 décembre 2014.
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Naveton (F5687000) »
  14. « Climat - Station Saint Dizier (1806-2015) », sur meteo-climat-bzh.dyndns.org (consulté le 11 avril 2015).
  15. « Donnée climatiques de Saint-Dizier », sur linternaute.com (consulté le 18 octobre 2009).
  16. « Normales mensuelles - Saint-Dizier », sur Météo France (consulté le 11 avril 2015).
  17. « Climat - Station Saint Dizier (1981-2010) », sur meteo-climat-bzh.dyndns.org (consulté le 11 avril 2015).
  18. a, b et c « Venir en Meuse », sur tourisme-meuse.com (consulté le 12 avril 2015).
  19. « Historique des TUB », sur bus-tub.com (consulté le 12 avril 2015).
  20. « Le réseau TUB », sur bus-tub.com (consulté le 12 avril 2015).
  21. « Les lignes scolaires », sur bus-tub.com (consulté le 12 avril 2015).
  22. « TUB sur réservation », sur bus-tub.com (consulté le 12 avril 2015).
  23. « Transports », sur Conseil général de la Meuse (consulté le 12 avril 2015).
  24. « Le Réseau Intermodal des Transports de la Meuse », sur rapidesdelameuse.fr (consulté le 12 avril 2015).
  25. « Aéroclub Sud-Meusien », sur tourisme-meuse.com (consulté le 12 avril 2015).
  26. « Tracé du GR 14 de Vitry-en-Perthois à Varennes en Argonne », sur gr-infos.com (consulté le 12 avril 2015).
  27. « Le sentier GR714 », sur randonnees-pedestres.fr (consulté le 12 avril 2015).
  28. Bellot-Herment 1863, p. 23-27
  29. Bellot-Herment 1863, p. 25-27
  30. a et b « Bar-le-Duc, des origines à nos jours », sur barleduc.fr (consulté le 13 avril 2015)
  31. « Requalif' du Centre-Ville : c'est parti ! », sur barleduc.fr,‎ 2009
  32. P.Na, « Bar-le-Duc : un mois de décembre très animé dans les rues de la ville », sur L'Est républicain,‎ 26 novembre 2014
  33. « La rue et place des Minimes bientôt en travaux », sur L'Est républicain,‎ 29 mars 2015
  34. Pascal Isch, « La gare multimodale en route », sur L'Est républicain,‎ 15 février 2012
  35. a, b, c, d, e, f et g « Bar-le-Duc, des origines à nos jours », sur barleduc.fr (consulté le 13 avril 2015).
  36. Bar-le-Duc 1997, p. 19
  37. Morette 1976, p. 10
  38. a et b Bar-le-Duc 1997, p. 20
  39. a et b Morette 1976, p. 11
  40. Bar-le-Duc 1997, p. 22
  41. a, b, c et d « Bar-le-Duc (Meuse) », sur france-pittoresque.com,‎ 16 janvier 2010.
  42. Richez 1971, p. 18
  43. a, b, c et d Weill et Schmitt 1966, p. 13
  44. a et b Morette 1976, p. 12
  45. Dates différentes selon les sources.
  46. a, b, c, d et e Bar-le-Duc 1997, p. 24
  47. Richez 1971, p. 19
  48. a et b Harbulot 2003, p. 7
  49. a et b Richez 1971, p. 8
  50. a et b Morette 1976, p. 13
  51. a, b, c, d et e Harbulot 2003, p. 9
  52. Bar-le-Duc 1997, p. 27
  53. Morette 1976, p. 16
  54. Bar-le-Duc 1997, p. 28
  55. Bar-le-Duc 1997, p. 30
  56. a, b, c, d et e Harbulot 2003, p. 11
  57. Morette 1976, p. 17
  58. Morette 1976, p. 18
  59. Bar-le-Duc 1997, p. 31
  60. a et b Bar-le-Duc 1997, p. 36
  61. a, b et c Morette 1976, p. 22
  62. a, b, c, d et e Harbulot 2003, p. 13
  63. a et b Morette 1976, p. 23
  64. Bar-le-Duc 1997, p. 37
  65. Bar-le-Duc 1997, p. 39
  66. a et b Bar-le-Duc 1997, p. 40
  67. Morette 1976, p. 24
  68. Harbulot 2003, p. 13-15
  69. a, b, c, d et e Bar-le-Duc 1997, p. 41
  70. a, b, c, d, e et f Harbulot 2003, p. 15
  71. a et b Bar-le-Duc 1997, p. 42
  72. a et b Morette 1976, p. 25
  73. a, b et c Bar-le-Duc 1997, p. 49
  74. Morette 1976, p. 26
  75. a et b Bar-le-Duc 1997, p. 51
  76. a et b Bar-le-Duc 1997, p. 53-54
  77. Weill et Schmitt 1966, p. 18
  78. a et b Harbulot 2003, p. 17
  79. « Ville d'art et d'histoire », sur barleduc.fr (consulté le 19 avril 2015)
  80. « Bar-le-Duc, ancienne capitale du duché de Lorraine », sur tourisme-meuse.com (consulté le 19 avril 2015)
  81. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  82. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  83. Sous la direction de Bernard Toulier, Mille monuments du XXe siècle en France, p. 269, Éditions du patrimoine (collection Indicateurs du patrimoine), Paris, 1997 (ISBN 2-85822-190-1)
  84. Dominique Jarrassé, Une histoire des synagogues françaises, p.230
  85. BAR-LE-DUC - 49 tombes profanées dans un cimetière juif