Baptiste Giabiconi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Baptiste Giabiconi

Description de cette image, également commentée ci-après

Baptiste Giabiconi à la cérémonie des NRJ Music Awards 2011.

Informations générales
Naissance 9 novembre 1989 (24 ans)
Marignane
Bouches-du-Rhône
Activité principale Mannequin, chanteur
Genre musical Pop
Années actives Depuis 2007
Labels Be 1st Media
My Major Company
Sony Music France
Site officiel baptiste-giabiconi.eu

Baptiste Giabiconi est un mannequin et chanteur français, né à Marignane[1] (Bouches-du-Rhône) le 9 novembre 1989[2].

Il a posé pour différentes photographes comme Mert and Marcus ou Xiang Sun[3], défilé et posé pour de grandes maisons de luxe tels que Chanel, Just Cavalli, Fendi ou encore Giorgio Armani[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Marignane, Baptiste Giabiconi est issu d'une famille corse[1] : son père vient de Bastia, tandis que sa mère, Marie-France, est originaire de Calvi. Il passe son enfance en Corse, à Moriani, puis à Marseille[5].

Après l’obtention d’un BEP restauration et un baccalauréat professionnel accueil et service, il se réoriente et suit une formation de six mois pour devenir monteur ajusteur en aéronautique. Il est engagé chez Eurocopter[2].

De Marseille à Paris[modifier | modifier le code]

En janvier 2007, c'est dans un club de sport marseillais qu'une cliente lui conseille le mannequinat et le dirige vers un photographe marseillais[4]. Baptiste constitue alors un book[1] pour démarcher les agences de mannequins à Paris en septembre 2007[2]. Ne réussissant pas à gagner sa vie à Paris, il retourne à Marseille où il travaille quelques semaines dans une usine de surgelés[2].

Mannequinat[modifier | modifier le code]

En novembre 2007, il pose pour le magazine Têtu[3].

En 2008, il pose pour Numéro Homme[6], Frankie Morello et Polaroid Corporation. Karl Lagerfeld le repère dans le magazine italien Slurp[4] et en fait l'égérie de Chanel et de sa ligne KL[7], marquant ainsi le début de sa carrière. En octobre, il fait son premier défilé pour Chanel[2]. L'affiliation du mannequin avec la maison Chanel laissa pourtant sceptiques quelques-uns. Le magazine Les Inrockuptibles[8] souligna son « côté bling-bling emprunté au directeur artistique de Chanel comme beaucoup de ses fringues, qu’il n’hésite pas à mixer avec son style tout personnel de cagole au masculin probablement hérité de son enfance marseillaise ».

En 2009, il pose pour Vogue Paris, Vogue Japon[6], Harper's Bazaar[4], Vogue Germany, V Man, Interview, Elle Italia[6], Purple Fashion[9], V Magazine, Marie Claire Italy, les marques Karl Lagerfeld et Just Cavalli, et fait la couverture de Wallpaper*[6] et de Wound Magazine[6].

En 2010, il fait la couverture du magazine 'L'Officiel Homme Chine[10], il pose pour Envy, Elle Belgique et Paris, Grazia, Vogue Deutschland, etc. Il joue aux côtés de Lara Stone dans le court-métrage Vol de jour réalisé par Karl Lagerfeld pour la « collection croisière » Chanel 2010[11].

Il prête son image à la collection Printemps-Été 2011 de H&M.

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Publicités[modifier | modifier le code]

En 2010, il apparaît à la télévision dans la publicité Schwarzkopf, et dans la rue pour la publicité Coca Light by Karl Lagerfeld[10]. En 2011, il apparaît à la télévision dans la publicité du constructeur allemand Volkswagen au côté de Karl Lagerfeld.

Apparitions télévisées[modifier | modifier le code]

Du 8 octobre au 19 novembre 2011, Baptiste Giabiconi fait partie des candidats de la saison 2 de l'émission Danse avec les stars sur TF1, aux côtés de la danseuse Fauve Hautot ; il arrive en finale de l'émission et termine 3e de la compétition, derrière Shy'm et Philippe Candeloro.

Le 28 janvier 2012, il apparaît à la 13e cérémonie des NRJ Music Awards, aux côtés de Laurent Ournac pour un medley des chansons du groupe LMFAO. Il participe également à l'émission Tous ensemble diffusée sur TF1 le 4 février 2012[12], à l'émission Fort Boyard [13] diffusée le 7 juillet [14], puis à La nuit nous appartient diffusée le 18 octobre sur NRJ 12[15], et au ONDAR Show (France 2) diffusée le 20 octobre[16]. Le 22 décembre de la même année, il participe, le temps d'une soirée, à l'émission spéciale « Danse avec les stars » fête Noël.

Débuts d'acteur[modifier | modifier le code]

Il apparaît dans Mère et Fille, une série Disney Channel diffusée en juin 2012 ainsi que dans un épisode de Scènes de ménages.

Musique[modifier | modifier le code]

À l'âge de seize ans, Baptiste Giabiconi participe à la saison 5 de Nouvelle Star et se qualifie jusqu'à l'épreuve du théâtre[17],[18].

En 2010, il fait ses premiers pas dans la musique. Lors d'un reportage télévisé qui lui est consacré, il rencontre Side Hajjaji[5], le producteur de ce programme, et lui fait part de son désir de chanter. Ensemble, ils préparent alors son premier album electro[19].

Le 9 décembre 2010, il sort un premier single qui s'intitule Showtime[2] et dont il a réalisé le clip vidéo. La presse se montre très réservée. Les Inrockuptibles parlent d'un « pénible premier single eurodance » dans lequel rien ne ressemble « de près ou de loin à un air de guitare »[20]. Voici y voit une « énième soupe électro-dance qui va vivoter quelques mois sur les chaînes musicales du câble[21]. » L'Express note que le morceau « ne brille pas par son originalité, mais qu'il devrait facilement trouver son public[22]. » Libération remarque son timbre de voix agréable mais ironise sur les paroles de la chanson ainsi qu'au sujet de son clip[23].

Polémique sur les ventes de l'album « Oxygen »[modifier | modifier le code]

Le premier album de Baptiste Giabiconi, Oxygen, cofinancé par les internautes via le site de financement participatif My Major Company, sort en vente en ligne le 24 septembre 2012. Alerté par le décalage entre les ventes effectuées par le site vente-privee.com (99,4 % des ventes) et donc l'échec commercial sur les autres plates formes de téléchargement concurrentes plus connues comme iTunes ou Amazon, le SNEP exclut l'album du top albums français dès la semaine suivant[24] son classement direct à la 1re place[25],

Ouest-France relate que la décision du SNEP a été prise à l'unanimité, ce syndicat professionnel excluant toujours les albums vendus en exclusivité chez un seul distributeur ; et que le label My Major Company, qui produit l'album, considèrerait la position du SNEP comme arbitraire, affirmant que les albums de Patricia Kaas et Jean-Roch auraient également été vendus sur vente-privee.com sans qu'il n'y ait eu de contestations[26].

Le Point décrit un coup marketing raté destiné à créer du buzz, et explique qu'un écart des ventes aussi important entre distributeurs (99,4 % des ventes réalisées sur vente-privee.com, donc juste 0,6 % sur des plateformes réellement représentatives[27] comme iTunes ou Amazon) révèle que le budget communication - destiné à promouvoir l'album - a été tout simplement utilisé par ses propres promoteurs pour acheter eux-mêmes le disque à prix de gros sur le site vente-privee.com, et gonfler artificiellement le volume des ventes[note 1],[28].

Le principal producteur de l'album Oxygen poursuit sa politique de communication en remettant un disque d'or symbolique - non certifié par le SNEP, le seul organisme habilité à le décerner[29] - lors d'un concert le 22 octobre 2012 au Divan du Monde à Paris, déclarant au journal Metro avoir demandé un arbitrage auprès du ministère de la Culture[30].

Des médias[31] remettent une nouvelle fois en cause les ventes réelles, l'opprobre se jetant cette fois sur les ventes « matérielles » du disque : en effet, un tiers des ventes réalisées ont été effectuées sur un seul magasin. Une nouvelle « combine » marketing est évoquée, à savoir un achat en bloc réalisé à Fnac des Champs-Elysées à Paris[32].

Après la décision du SNEP excluant les 21 000 premières ventes, l'observation des statistiques de vente réellement validées par Charts in France fait apparaître une chute vertigineuse du classement, l'album disparaissant du top album dès le 3 novembre 2012[33]. Enfin, le label My Major Company informe ses adhérents que Baptiste Giabiconi a quitté le label, et qu'ils n'auront pas de retour financier sur leur investissement[34], les « retours caisse » (c'est à dire les retours d'invendus par les distributeurs) étant supérieurs au nombre d'albums vendus, confirmant ainsi définitivement la réalité de l'échec commercial de l'album.

Discographie[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]
Singles[modifier | modifier le code]
  • 2010 : Showtime
  • 2011 : One Night In Paradise
  • 2012 : Speed of Light (L'Amour et les Étoiles)
  • 2012 : Là-Bas avec Marie-Mai
  • 2012 : New York
  • 2014 : Je te aime
  • 2014 : Je t'emmène avec moi

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La technique marketing consistant à acheter ses propres disques par achat groupé pour faire croire à un succès et tenter de créer un phénomène d'achat par effet buzz est possible sur une plateforme comme le site vente-privee.com qui ne différencie pas les achats réalisés en gros volume et les ventes à l'unité, contrairement à des sites comme iTunes ou Amazon.com qui en font la compatibilité stricte et rendent compte aux professionnels du Syndicat national de l'édition phonographique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) Lauren Bastide, « Un esprit sain dans un corps sain », sur elle.fr,‎ 2 février 2010
  2. a, b, c, d, e et f (fr) Chloé Aeberhardt, « Baptiste Giabiconi, beau et simple à la fois », sur next.liberation.fr,‎ 3 janvier 2011
  3. a et b (fr) « Baptiste Giabiconi, le modèle qui se prend pour Lady Gaga », sur tetu.com,‎ 25 mars 2010
  4. a, b, c et d (fr) Marie Desnos, « Baptiste Giabiconi : dans la vie, tout est possible », sur parismatch.com,‎ 25 décembre 2010
  5. a et b (fr) « Si Baptiste m’était conté ou la fureur de vivre », sur baptiste-giabiconi.eu
  6. a, b, c, d et e (fr) « Baptiste Giabiconi », sur essentialhomme.fr,‎ 17 novembre 2009
  7. (fr) Lauren Bastide, « Karl ? Une sorte de parrain », sur elle.fr,‎ 2 février 2010
  8. (fr) « Baptiste Giabiconi, l’homme cagole », sur lesinrocks.com,‎ 14 janvier 2011
  9. (fr) Valentine Pétry, « Baptiste Giabiconi nu pour Lagerfeld », sur lexpress.fr,‎ 4 septembre 2009
  10. a et b (fr) Bertrand Monnard, « Le triomphe de Baptiste, 20 ans, muse de Lagerfeld », sur lematin.ch,‎ 1er mai 2010
  11. (fr) « La polémique : Karl Lagerfeld réalisateur », sur grazia.fr,‎ 29 décembre 2010
  12. http://www.acausedesgarcons.com/2012/02/baptiste-giabiconi-fait-tomber-le-haut-dans-tous-ensemble.html
  13. http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/people/68858/baptiste-giabiconi-dans-fort-boyard.html
  14. http://www.youtube.com/watch?v=1RsL7uxqFQU
  15. http://www.youtube.com/watch?v=pDjSDM1jgGs
  16. http://www.programme-tv.net/news/tv/35965-baptiste-giabiconi-ondar-show-parodient-bachelor/
  17. « Baptiste Giabiconi, recalé au casting de la Nouvelle Star », Closer,‎ 12 novembre 2011 (consulté le 12 mai 2012)
  18. Accès Privé, diffusé le 12 mai 2012
  19. « Karl Lagerfeld : son égérie Baptiste Giabiconi sort un single », sur voici.fr,‎ 21 octobre 2010
  20. Baptiste Giabiconi, l'homme cagole par Diane Lisarelli, sur lesinrocks.com du 14 janvier 2011
  21. Karl Lagerfeld : son égérie Baptiste Giabiconi sort un single sur voici.fr du 21 octobre 2010
  22. [1] Le mannequin Baptiste Giabiconi se lance dans la chansonpar Géraldine Dormoy, sur lexpress.fr du 12 octobre 2010
  23. Baptiste Giabiconi, beau et simple à la fois par Chloé Aeberhardt, sur next.liberation.fr du 3 janvier 2011
  24. http://www.chartsinfrance.net/Baptiste-Giabiconi/news-82230.html%7Cdate= 5 octobre 2012
  25. Charles Decant, « Top Albums : Baptiste Giabiconi crée la surprise en détrônant Mika et devançant Garou », Charts in France,‎ 3 octobre 2012 (consulté le 3 octobre 2012)
  26. « En tête des ventes Baptiste Giabiconi exclu du Top albums », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France,‎ octobre 2012 (consulté le 10 octobre 2012)
  27. AFP, « Apple cartonne sur la musique », sur www.liberation.fr, Libération,‎ 24 juin 2004 (consulté le 27 juillet 2014).
  28. « Baptiste Giabiconi : le premier est devenu dernier », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ octobre 2012 (consulté le 14 octobre 2012)
  29. « Baptiste Giabiconi reçoit un disque d'or non certifié », sur www.20minutes.fr,‎ 23 octobre 2012 (consulté le 25 novembre 2012)
  30. « Baptiste Giabiconi voit la vie en or », sur www.metrofrance.fr, MetroFrance,‎ octobre 2012 (consulté le 23 octobre 2012)
  31. Michel NEDMIC, « Son album « OXYGEN » cartonne uniquement à la FNAC ELYSÉE », sur Alloprod.com,‎ 24/10/2012 (consulté le 23/02/2013)
  32. Emmanuel Torregano, « Baptiste Giabiconi, des ventes suspectes à la FNAC Elysée », sur electronlibre.info
  33. « Baptiste Giabiconi », sur www.chartsinfrance.net (consulté le 22 novembre 2012)
  34. « Baptiste Giabiconi/Comments », sur www.mymajorcompany.com, My Major Company (consulté le 27 juillet 2014) : « Pour le cas Baptiste Giabiconi : malheureusement les retours caisse ont été supérieurs au nombre d'albums vendus, occasionnant un résultat d'exploitation négatif. C'est pourquoi vous n'avez, à ce jour, pas reçu de retours financiers sur cet exercice. ».