Banzai (exclamation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Banzaï.

Banzai (万歳, ばんざい?), littéralement « 10 000 ans », est la prononciation et la forme simplifiée japonaise d'une exclamation chinoise, utilisée lors de célébrations, d'événements heureux, de réceptions pour souhaiter la longévité, le bonheur[réf. nécessaire] à une tierce personne, à une communauté.

L'expression vient du chinois (chinois simplifié : 万岁 ; chinois traditionnel : 萬歲 ; pinyin : wànsuì), la version traditionnelle chinoise était également utilisée autrefois au Japon dans l'écriture de type kyūjitai (旧字体).

Cette forme existe également en coréen, autrefois en hanja : 萬歲 et aujourd’hui sous la forme hangeul : 만세 (manse).

Elle était aussi utilisée en vietnamien mais retranscrite aujourd'hui muôn năm.

Origine[modifier | modifier le code]

Cette exclamation fut introduite au Japon au VIIIe siècle et se prononçait alors banzei (ばんぜい?) et était utilisé, comme en Chine, pour témoigner du respect à l'empereur. Cette prononciation dura jusqu'à la restauration Meiji. Elle reprend ainsi son utilisation en Chine pour souhaiter une longue vie à l'empereur, souvent lorsqu'on le salue ou pour marquer l'approbation d'une de ses décisions. On ajoute alors après le nom du chef de l'état la phrase « wànsuì wànsuì wànwànsuì » (万岁 万岁 万万岁), cette phrase est généralement criée à l'unisson par l'ensemble des personnes présentes. Cette coutume est restée jusqu'à la fin de l'Empire chinois en 1911 et sera encore utilisé sur certaines affiches à la gloire de Mao Zedong.

Utilisation au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, banzai servit de cri de guerre aux soldats japonais et en particulier aux kamikazes, qui le poussaient avant de s'écraser sur les bateaux ennemis, rappelant ainsi leur dévouement à l'empereur Hirohito. Elle était parfois prononcé dans sa forme complète « Tennō heika banzai » (『天皇陛下万歳!』), signifiant littéralement, « Longue vie à sa majesté l'empereur ».

Il est notamment utilisé en Corée du Nord, pour souhaiter une longue vie à Kim Jong-il.

Dans le Japon moderne comme dans la Chine moderne, ce terme a perdu sa connotation impérialiste et n'est désormais utilisé que comme expression courante pour féliciter une personne.

Entrée de la Cité interdite

À Pékin, sur la place Tian'anmen, est écrit en gros autour du portrait de Mao Zedong, au-dessus de l'entrée de la Cité interdite, sur la porte de la Paix céleste : 中华人民共和国万岁 (Zhōnghuá rénmín gònghéguó wànsuì : « Longue vie à la république populaire de Chine ») - 世界人民大团结万岁 (shìjiè rénmín dàtuānjié wànsuì : « Longue vie à la grande union des peuples de la Terre »).

Culture populaire[modifier | modifier le code]

« Salut, et banzai ! » est la phrase prononcée systématiquement par Jules-Édouard Moustic à la fin de l'émission humoristique Groland.

Ajoutons aussi que le cri « Banzaï ! » était utilisé par le catcheur-sumo samoan (japonais pour son personnage) de la WWE Yokozuna dans les années 1995.

Dans le film Banzaï sorti en 1983, réalisé par Claude Zidi et avec Coluche, un pilote japonais, sous l'emprise de drogue, crie à trois reprises « Banzaï ! », en se croyant dans un chasseur en pleine Seconde Guerre mondiale, réalisant ainsi loopings et larguant des valises en croyant que ce sont des bombes détruisant Pearl Harbor, alors que l'avion survole Hong Kong.

愛情萬歲, àiqíng wànsuì, le titre original du film Vive l'amour (1994) de Tsai Ming-liang

Notes[modifier | modifier le code]