Banque universelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La banque universelle est le terme général qui désigne les établissements qui exercent toutes les opérations des domaines bancaire et financier.

Dans certains pays, le système bancaire est régi par une séparation stricte des domaines d'activités.

Aux États-Unis, par exemple, entre 1933 et 1999, le Glass-Steagall Act instaurait une incompatibilité entre les métiers de banque de dépôt et de banque d'investissement. Il a été abrogé le 12 novembre 1999 par le Financial Services Modernization Act, ce qui permet désormais de proposer le service de banque universelle aux États-Unis.

La plus grande banque universelle, en 2008, est la Deutsche Bank.

Défauts et avantages[modifier | modifier le code]

Le principe de banque universelle est souvent décrié et présenté comme responsable des dernières crises financières  : en permettant d'injecter les sommes provenant de l'"économie réelle" (argent des particuliers et entreprises, et intérêts des prêts) dans les activités spéculatives, il amplifierait les phénomènes de spéculations et surtout, mettrait en péril l'argent déposé par les épargnants, notamment en incitant ces derniers à retirer en masse leur épargne de leur banque lors de mouvements boursiers brusques.

En revanche la banque universelle présenterait l'intérêt d'adosser, à la fragilité des activités d'investissement, la solidité financière des banques de dépôt, qui disposent généralement théoriquement d'importants fonds propres permettant de faire face à de potentielles pertes boursières.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]