BRED Banque Populaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

BRED Banque populaire

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

« La banque qui donne envie d’agir »

Création 7 octobre 1919
Dates clés 1919, 1945, 1978, 1992, 1997
Forme juridique Société coopérative
Action Part sociale : 10,10 euros au 1er septembre 2014
Slogan « La banque qui donne envie d'agir »
Siège social Drapeau de France 18, quai de la Rapée
75012 Paris (France)
Actionnaires 140 000 sociétaires (2013)
Activité Banque, assurance
Société mère BPCE
Filiales Prepar-Vie, BCI, BIC-BRED, Promepar Gestion, Vialink, Click and Trust.
Effectif 5 000[1] (2013)
Site web www.bred.fr
Chiffre d’affaires 955 millions d'euros (2013)[1]
Résultat net 182,6 millions d'euros (2013)[1]
Code banque (BIC) BRED
Code établissement (IBAN) 10107

BRED est l'acronyme de Banque Régionale d'Escompte et de Dépôt, ancienne dénomination de la banque jusqu'à la fin des années 1970. Depuis, la raison sociale est BRED. La Bred est la plus importante banque régionale des Banques Populaires. Elle a été fondée en 1919, dans des communes de la petite couronne parisienne.

L'établissement comprend 330 agences en France métropolitaine : en Île-de-France, Haute-Normandie et dans les départements de l'Aisne et du Calvados. La Bred, très présente outre-mer, compte 74 agences réparties entre la Guadeloupe, la Martinique[2], Saint-Barthélemy, La Réunion et la Nouvelle-Calédonie, via sa filiale la BCI. L'établissement compte seize centres d'affaires dédiés aux PME, onze centres d'expertise patrimoniale. Son effectif total est de 5 000 salariés en 2013[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La BRED a été fondée le 7 octobre 1919 à Nogent-sur-Marne. Historiquement, son territoire s'étend sur des communes comprises aujourd'hui dans le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis : Bonneuil-sur-Marne, Bry-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Créteil, Fontenay-sous-Bois, Joinville-le-Pont, Montreuil-sous-Bois, Le Perreux-sur-Marne, Rosny-sous-Bois, Saint-Mandé, Saint-Maur-des-Fossés, Villemomble et Vincennes.

La banque connait un développement soutenu durant les années 1920, passant de trois salariés en 1919 à 365 en 1930.

En 1992, en pleine crise de l'immobilier en France, la Bred achète la majorité de Banque Pallas France, BPF, dans le giron de la Banque Pallas Stern[3]. Il en ressort des pertes considérables pour la Bred, qui devra être soutenue financièrement une première fois en 1996 par le fonds de solidarité des banques populaires[4].

Au total, les pertes immobilières se chiffreront comptablement à 1,4 milliards de francs[5].

La banque passe ainsi la fin du XXe siècle en s'illustrant dans l'un des scandales immobiliers de la dernière décennie.

Années 2000 à 2014[modifier | modifier le code]

De 2003 à 2012, la direction opérationnelle de la BRED a été confiée à Jean-Michel Laty, en qualité de directeur général. La présidence du Conseil d'administration est assurée par Steve Gentili.

2008 la BRED peu impactée par la crise[modifier | modifier le code]

Grâce à une gestion prudentielle, et nonobstant une forte activité sur les instruments financiers via sa salle des marchés, la BRED est une des rares banques européennes à n'avoir pas été impactée par la crise financière de 2008 ; pour autant, elle a subi, comme les autres banques populaires, les erreurs de gestion commises dans Natixis, présentant "une perte record", en 2008[6].

2008 - 2013 doutes et sanctions[modifier | modifier le code]

Le résultat net de la BRED continua à croître entre 2008 et 2010, bien que certaines pratiques aient pu susciter des interrogations[7],[8].

En 2010, la Bred-Banque Populaire est sanctionnée par la Commission bancaire (devenue Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, ACPR), pour défauts dans la lutte contre le blanchiment[9],[10].

Depuis le départ du précédent dirigeant, la direction opérationnelle est assurée depuis le 28 septembre 2012 par Olivier Klein, directeur général[11], assisté d'Éric Montagne, directeur général adjoint[12].

2014 L'affaire Guiot-Dorel & suicide d'une salariée[modifier | modifier le code]

Le 23 avril 2014 une salariée de la BRED saute du 14ème étage du siège de la BRED à Paris (quai de la Rapée dans le 12ème), la direction met en avant un contexte personnel difficile[13].

En juin 2014, Jérôme Guiot-Dorel, ancien trader de la BRED dénonce les pratiques d'une banque imaginaire dans un livre-fiction intitulé Le vaillant petit trader[14]. L'auteur décrit dans le détail les manipulations comptables ayant permis l'enrichissement personnel de certains dirigeants, ainsi que les menaces et pressions psychologiques exercées sur le personnel.

Un article du JDD du 20 juillet 2014[15] confirme que les allégations du trader lanceur d'alerte concernent bien la BRED, se basant également sur un rapport d'inspection interne de 2012, resté sans suite. D'après le JDD cette affaire aurait également servi de monnaie d'échange à la réélection de François Pérol à la tête de la BPCE.

Organisation[modifier | modifier le code]

Une banque coopérative[modifier | modifier le code]

La BRED est régie, essentiellement comme coopérative, par la législation coopérative édictée par la loi de 1947[16], et en tant que banque, par le Code monétaire et financier. La banque se réfère aux principes édictés par l'Alliance coopérative internationale, notamment sur la déclaration sur l’identité coopérative[17].

Selon l'Association internationale des banques coopératives (AIBC), une banque coopérative est « une entité bancaire qui appartient à ses sociétaires. Ces derniers ont la double qualité d’associé et d’usager, de propriétaires et de clients de leur banque. »[18]

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Banque coopérative, la BRED compte, en 2013, 140 000 sociétaires. Son capital est de 573 260 254,10 euros en 2013.

Siège social[modifier | modifier le code]

Agence BRED au sein du centre commercial Les Quatre Temps (La Défense)

Son siège social se trouve à Paris, au 18 quai de la Rapée, dans le 12e arrondissement. La plupart des services centraux se situent à Créteil dans le Val-de-Marne, territoire historique de l'établissement. Le siège central sera transféré sur la commune de Joinville-le-Pont au cours de l'année 2015[19] .

Activités[modifier | modifier le code]

La banque est une banque coopérative tournée vers une clientèle de particuliers, professions libérales, et de petites entreprises. En 2013, elle revendique 1 000 000 particuliers, 62 000 professionnels, 26 000 associations, et 6 900 entreprises et institutionnels[1].

La salle des marchés de la banque est active sur le marché des fixed income (en), des obligations, des swaps de taux et sur le marché de l'inflation[20].

Données financières[modifier | modifier le code]

Au titre de l'exercice 2013, elle affiche un résultat courant de 282 millions d'euros , en croissance de + 9.5%, et un produit net bancaire de 955 millions d'euros la même année. En 2010, le bénéfice net représentait 25 % du résultat du Groupe Banque populaire, et fut également le plus important de son histoire.

Implantations internationales[modifier | modifier le code]

Outre la France, la Bred est présente à Djibouti, aux Fidji[21], au Vanuatu et au Laos[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Données sur le site officiel de la BRED
  2. « Nous avons la prétention d’être la banque de l’outre-mer », sur www.martinique.franceantilles.fr,‎ 25/02/2014
  3. La Tribune Un scandale venu de très loin http://www.latribune.fr/journal/archives/enquete/divers/id54881b9366586dd7c1256b6200605145/un-scandale-venu-de-tres-loin-.html
  4. Les Echos 150 millions pour la Bred http://www.lesechos.fr/06/02/1996/LesEchos/17080-067-ECH_banques-populaires--le-fonds-de-garantie-apportera-150-millions-a-la-bred.htm
  5. Les Echos La bred ajuste la couverture de ses risques immobiliers http://www.lesechos.fr/02/04/1997/LesEchos/17368-077-ECH_la-bred-ajuste-la-couverture-de-ses-risques-immobiliers.htm
  6. Perte record chez Natixis http://www.lefigaro.fr/societes/2009/02/27/04015-20090227ARTFIG00266-malgre-une-perte-record-natixis-veut-rassurer-sur-son-avenir-.php
  7. Petit trader en savait trop http://www.humanite.fr/histoire-du-petit-trader-qui-en-savait-trop-552875
  8. AGEFI Actifs Inspection à la BRED http://www.agefi.fr/articles/un-rapport-d-inspection-tend-les-relations-entre-la-bred-et-la-bpce-1232379.html
  9. Bred condamnée par la Commission bancaire http://www.leparisien.fr/economie/la-bred-condamnee-a-une-amende-de-200-000-eur-21-03-2010-856974.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F
  10. Bulletin du CECEI, sanction BRED, page 4 http://acpr.banque-france.fr/fileadmin/user_upload/acp/publications/Bulletin%20officiel%20du%20CECEI%20et%20CB/Bulletin-officiel-du-cecei-et-de-la-commission-bancaire-fevrier-2010.pdf
  11. LT Caisse d'épargne de Lyon pratiques managériales http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120905trib000717987/une-caisse-d-epargne-sommee-de-changer-ses-pratiques-manageriales.html
  12. « La bonne stratégie pour la BRED n'est pas de supprimer des agences », sur www.lesechos.fr,‎ 17/01/2014
  13. « Une cellule psy à la Bred après le suicide d'une salariée », Le Parisien,‎ 23 avril 2014 (lire en ligne)
  14. Jérôme Guiot-Dorel, Le vaillant petit trader Conte éthique d'un lanceur d'alerte, Lignes de Repères,‎ 2014, 200 p. (ISBN 9782366090116)
  15. Pechberty, « À la Bred, les faux comptes font les bons amis », Journal du Dimanche,‎ 20 juillet 2014 (lire en ligne)
  16. (fr) « Loi de 1947 sur les coopératives », sur http://www.alternatives-economiques.fr, Alternatives Économiques,‎ 2006 (consulté le 12 mars 2012)
  17. (fr) « [PDF]Principes adoptés en [[1895]] par l’ACI », sur http://www.ica.coop, Alliance Coopérative Internationale (consulté le 12 mars 2012)
  18. (fr) « Qu'est-ce qu'une banque coopérative ? », sur http://www.aibc.coop, Association Internationale des Banques Coopératives (AIBC),‎ 2009 (consulté le 12 mars 2012)
  19. « La BRED n'arrivera qu'en 2015 », sur www.leparisien.fr,‎ 04/09/2014 (consulté le 10/09/2014)
  20. « Nous exerçons sur des niches avec une expertise et une technicité très reconnues », sur www.agefi.fr,‎ 28/02/2013 (consulté le 10/09/2014)
  21. (fr) « La BRED ouvre ses portes à Fidji », sur tahiti-infos.com (consulté le 12 mai 2013).
  22. (en) « Banking in Laos a thriving business », sur asianewsnet.net (consulté le 12 mai 2013).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Anaïs Legendre, La Bred une banque de son temps,‎ 2010 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • S. Boudoulec, Les Banques populaires : des origines à la mise en place de la loi du 13 mars 1917, Actuel n°45,‎ 1984
  • J. Bret, De la Centren à la Casden-BP (1951-1981), L'avenir graphique,‎ 1981
  • P. Champey, Les Banques populaires françaises, Les presses modernes, Paris,‎ 1938
  • E. Albert, Les Banques populaires en France (1917-1973), Economica, Paris,‎ 1997
  • J. Desvergnes, Histoire d'une banque pas comme les autres, Casden-BP,‎ 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]