Banque électronique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lecteur sécurisé de carte bancaire

Une banque électronique (parfois appelé e-banking en Suisse) est l'accès aux services bancaires depuis une interface interactive, par exemple un Navigateur web. Sa disponibilité permet l'accès aux comptes, d'effectuer des transactions ou d'obtenir des informations financières récentes. Son accès peut s'effectuer depuis un Guichet Automatique de Banque (GAB), par téléphone, via un ordinateur ou grâce à un assistant personnel (PDA) ayant l'Internet. La connexion se fait généralement par accès sécurisé. La banque électronique est un mode d'accès interactif à des banques ayant des agences bancaires, se distinguant de la banque directe qui est une banque sans guichet totalement en ligne.

Services[modifier | modifier le code]

Le besoin de mobilité grandissant, un accès des utilisateurs au réseau financier mondial par la technologie sans-fil : téléphone cellulaire, ordinateurs portables, etc. est devenu nécessaire. Les informations publiés sont soit publiques, soit privées (ex : numéros de carte de crédit, courtage…). Les services bancaires offrent aux clients la possibilité de payer leurs factures et de transférer des fonds de compte à compte.

Les institutions financières doivent adopter une interopérabilité des standards et des protocoles comme le Extensible Markup Language (XML) afin de faciliter les échanges de données entre utilisateurs diverses. Les mécanismes de commerce électronique fournis sont les procédures de débits et crédits, la facturation, les chèques électroniques… gérés par l'Automated Clearing House (ACH). Puisque l'identification papier réduit la vitesse des transferts électronique, il a été mis en place les numéros d'identification personnels (PIN), associé à des infrastructures à clés publiques (PKI) et les cartes à puce. La syndication peut aider la représentation, la gestion et l'analyse de différents comptes à partir d'ID et mots de passe.

Les premières banques en ligne en France furent, dès le milieu des années 1990, Banque Directe, créée par la Compagnie bancaire (Groupe Paribas) puis en 2001 Zebank, BiPop, AGF Banque. La deuxième vague de e.banking a assez largement été le fait des compagnies d'assurance (Axa acquiert Banque directe en 2002, rebaptisée Axa banque) Groupama est lancée en collaboration avec la Société Générale. La 3° vague est en fait l'absorption du modèle de e.banking par les banques classiques qui, à partir de 2002/2003 et lors que les banques en ligne "pure player" ont été sorties du marché, commencent effectivement à s'affranchir du modèle minitel et développent des fonctionnalités web plus ergonomiques, permettant à leurs clients de se passer des agences. En pratique cette intégration d'internet par les compagnies d'assurance et les banques classiques n'a pas permis au modèle low cost initial de s'imposer : la banque en ligne est donc en France totalement corsetée dans la stratégie dite multicanal des banques et compagnies d'assurance.

Risques[modifier | modifier le code]

Comme toute application dans un navigateur, les clients d'une banque en ligne peuvent théoriquement être exposés à une usurpation d'identité grâce à la technologie des key logger.

Voir aussi[modifier | modifier le code]