Bangor (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bangor.
Bangor
L'église de Bangor
L'église de Bangor
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Belle-Île
Intercommunalité Communauté de Communes de Belle-Île-en-Mer
Maire
Mandat
Annaïck Huchet
2014-2020
Code postal 56360
Code commune 56009
Démographie
Gentilé Bangorins
Population
municipale
939 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Population
aire urbaine
5 158 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 57″ N 3° 11′ 14″ O / 47.315834, -3.18722347° 18′ 57″ Nord 3° 11′ 14″ Ouest / 47.315834, -3.187223  
Altitude Min. 0 m – Max. 58 m
Superficie 25,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Bangor

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Bangor

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bangor

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bangor

Bangor [bɑ̃gɔʁ] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bangor est une des quatre communes situées sur l'île de Belle-Île-en-Mer. Situé sur la côte ouest exposée aux vents dominants, le village possède les sites les plus sauvages de l'île. Il tire son nom de l'abbaye de Bangor (Irlande du Nord) qui fut l'une des plus célèbres de l'Occident chrétien et d'où sont venus les premiers moines celtiques installés sur l'île au VIe siècle.

Localisation de la commune de Bangor dans le département du Morbihan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est Bangor.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Bangor était bien occupée dès la préhistoire comme en témoigne un menhir : La Pierre Sainte Anne.

Situé à Bangor, sur la côte ouest de Belle-Île, le Grand phare de Kervilahouen entre en service en 1836. Sa tour mesure 52 mètres[1].

Le sémaphore du Talut est mis en service en 1862[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Belle-Île-en-Mer administrative map-fr.png
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1797 Pierre Paul Séchant    
1797 1799 Pierre Vincent Le Matelot    
1799 1809 Pierre Paul Séchant    
1809 1810 Jean Martin Labado    
1810 1818 Jean Jacques Hippolyte Le Dru    
1818 1839 Pierre Vincent Le Matelot    
1839 1844 Jean Jacques Hippolyte Le Dru    
1844 1852 G. Séchant    
1852 1874 Jean Patern Brière    
1874 1876 Louis Marie Maleous    
1876 1896 Mathurin L'Hermite    
1896 1900 Pierre Marie L'Hermite    
1900 1919 François Marie Le Bihan    
1919 1925 Onésime Bénoni L'Hermite    
1925 1935 Hervé    
1935 1946 François Le Marec    
1946 1960 Jean Marie Le Bihan    
1960 1971 Paul Bedex    
1971 1977 Adolphe Olieric    
1977 1983 Paul Meunier    
1983 1989 Jean Yves Daniel    
1989 2001 Lucien Maho    
2001 2014 Pierre-Yves Desard    
2014 en cours Annaïck Huchet[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 939 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 218 1 183 1 005 1 418 1 638 1 762 1 742 1 712 1 820
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 813 1 801 1 868 1 862 1 807 1 665 1 615 1 565 1 541
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 454 1 484 1 342 1 074 1 017 988 929 809 670
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
578 550 563 637 735 738 875 894 939
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre et Saint-Paul.
  • Le Grand Phare : Situé sur la commune de Bangor, c'est l'un des plus puissants phares des côtes françaises. Construit de 1826 à 1833, il est mis en service en 1835, c'est une construction en granit de 47 m qui culmine à 84 m au-dessus du niveau de la mer. Son faisceau lumineux passe à la cadence de 3 et 7 secondes. Grâce au système optique actuel, il est visible à 28 milles.
  • Un menhir : la Pierre Sainte Anne.
  • les Aiguilles de Port-Coton.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Tableaux représentant la commune[modifier | modifier le code]

De nombreux peintres ont représenté des paysages de la commune. Parmi eux :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le peintre australien John Peter Russell (en anglais et en français sur Wikipedia)] arrivé à Belle-Île-en-Mer en 1883. Il séjournera d'abord dans un gîte loué à Envag avant de faire construire un manoir, surnommé le « Château de l'anglais » à Goulphar.
  • Le peintre Claude Monet séjourna au village de Kervilahouen
  • La première femme peintre à Belle-Île, Françoise Bangor[7], séjourna à Envague. Elle y venait souvent en vacances chez ses beaux-parents et succombant à la beauté de l’île, elle n’a cessé de peindre la côte sauvage, les villages et croquer les pêcheurs (1935 à 1953).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Office de tourisme de Belle-Île-en-Mer, Le Grand Phare, consulté le 13 septembre 2014
  2. Office de tourisme de Belle-Île-en-Mer, Les Sémaphores de Belle-Ile, consulté le 13 septembre 2014
  3. « Municipales à Bangor. Annaïck Huchet, élue maire de Bangor », Ouest-France, 29 mars 2014.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. Aero-club Belle-Ile Charles Robin
  7. Françoise Oury « Bangor » 1905~1983

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]