Bang-Bang Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bang-Bang Club (homonymie).

Le Bang-Bang Club est un groupe de quatre photojournalistes actifs dans les townships d'Afrique du Sud entre 1990 et 1994, pendant la transition entre l'apartheid et les premières élections générales multiraciales, alors que l'ANC et l'IFC étaient en lutte l'un contre l'autre.

Kevin Carter, Greg Marinovich, Ken Oosterbroek et João Silva sont les quatre photographes associés au label Bang-Bang Club, bien qu'ils aient travaillé aux côtés de nombreux autres photographes et photojournalistes comme James Nachtwey ou Gary Bernard.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom « Bang-Bang Club » vient d'un article du magazine sud africain Living, « Bang-Bang » étant le nom que les habitants des townships utilisaient pour parler de la violence perpétrée au sein de leurs communautés.

Le 18 avril 1994, pendant un échange de tirs entre la National Peacekeeping Force et l'ANC, un tir ami tua Oosterbroek et blessa grièvement Marinovich. Une enquête fut lancée sur la mort d'Oosterbroek en 1995, et le magistrat décida qu'aucune des parties n'étaient responsable. En 1999, le casque bleu Brian Mkhize dit à Marinovich et Silva qu'il pensait que la balle qui avait tué Oosterbroek venait de la National Peacekeeping Force.

Le 27 juillet 1994, Carter se suicida.

Le 23 octobre 2010, Silva marcha sur une mine pendant une patrouille avec les forces armées des États-Unis à Kandahar. Il perdit ses deux jambes au-dessous des genoux[1].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Deux membres du Bang-Bang Club reçurent un prix Pulitzer pour leurs photos :

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rowan Philp, « War photographer maimed in blast », Sunday Times, Johannesburg,‎ 24 octobre 2010 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]