Banc du Geyser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Banc.
Banc du Geyser
Image satellite du banc du Geysir avec Mayotte au sud-ouest et Madagascar à l'est.
Image satellite du banc du Geysir avec Mayotte au sud-ouest et Madagascar à l'est.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Revendication par Drapeau des Comores Comores
Drapeau de Madagascar Madagascar
Localisation Océan Indien
Coordonnées 12° 21′ 00″ S 46° 26′ 00″ E / -12.35, 46.43333312° 21′ 00″ S 46° 26′ 00″ E / -12.35, 46.433333  
Point culminant Rocher dans le Sud du récif (8 m)
Administration
Collectivité d'outre-mer Terres australes et antarctiques françaises
District Îles Éparses de l'océan Indien
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Madagascar

(Voir situation sur carte : Madagascar)
Banc du Geyser
Banc du Geyser
Îles de France - Îles de l'Union des Comores - Îles de Madagascar

Le banc du Geysir (ou banc du Geyser) est un récif corallien rattaché ou non à l'archipel des Comores selon les sources, dans l'océan Indien.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il est situé à 110 km au nord-est de Mayotte et 122 km au sud-ouest des îles Glorieuses, ainsi qu'à 300 km à l'ouest de la pointe nord de Madagascar[1]. Le banc domine des fonds abyssaux de 3 500 m de profondeur qui le séparent de Mayotte.

En forme de croissant, les pointes tournées vers l'ouest, le banc du Geysir n'est émergé, à l'exception de quelques rochers au sud, qu'à marée basse. Il mesure approximativement 8 km de long et son ovale s'étale sur 5 km de large environ, occupant une surface de 175 km2. Le plus gros rocher de la partie sud s'élève à près de 8 m, les autres de 1 à 3 m et possèdent quelques herbes et arbustes.

Ces rochers sont un refuge naturel pour un bon nombre d'oiseaux et sont recouverts de guano.

Le banc du Geysir n'est pas le seul récif immergé de la zone:

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce récif qui doit dater de plus de 15 Ma[3], est très dangereux pour la navigation. Il a été découvert par les Arabes vers 700 et est représenté sur les cartes depuis l'an 800 environ. Les Espagnols ont redécouvert le récif vers 1650 et l'ont appelé Arecife de Santo Antonio. Le capitaine du vaisseau britannique Geysir a donné définitivement le nom de son bateau à ce récif le 23 décembre 1678.

Aspect économique[modifier | modifier le code]

Du point de vue français, ce récif fait partie des îles Éparses de l'océan Indien (et rattaché administrativement avec elles dans le cinquième district des Terres australes et antarctiques françaises) et agrandit la zone économique exclusive française de l'océan Indien (qui peut s’étendre à 200 miles soit 370,4 km des côtes depuis la ligne de base). De nombreux bateaux de pêche pirates ont été arraisonnés dans la zone[4].

Le récif a été revendiqué et annexé par Madagascar en 1976, probablement à cause de la possibilité de la présence de champs pétrolifères à proximité[réf. nécessaire] car il entre aussi dans la limite des 200 miles pour sa propre ZEE.

Le banc du Geysir est également revendiqué par les Comores comme partie intégrante de leur zone économique exclusive pour les mêmes raisons. Aucun arbitrage n’a été rendu pour définir les limites entre les ZEE française, comorienne et malgache dans cette zone.

Faune[modifier | modifier le code]

Le banc du Geysir est un site de plongée sous marine et de pêche reconnu. Les baleines à bosse y séjournent pendant l'hiver austral[5]. On peut y voir des mères avec leur baleineau.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Concombres de mer et autres échinodermes au Banc du Geysir, Mayotte (océan Indien). Pacific Islands Marine Resources Information System, août 2007. Contient une carte détaillée du Banc du Geysir et du Banc du Zélée voisin, et des récifs immergés des deux atolls.
  2. Pour plus d'information sur la géologie sous-marine de ces bancs, voir :
    • MAUGÉ LA, SEGOUFIN J, VERNIER E, FROGET C, 1982. Géomorphologie et origine des bancs du Nord-est du Canal du Mozambique – Océan Indien occidental. Mar. Géol., 47 : 37-55.
    • HARMELIN-VIVIEN M., 1979. Ichtyofaune des récifs coralliens de Tuléar (Madagascar) : écologie et relations trophiques. Thèse Doct. ès-Sci., Univ. Aix-Marseille II, 12 oct. 1979 : 165 pp. multigr. (Mayotte in : Chap. II.3A, N. Canal de Mozambique, pp. 31 et 33-37) (résultats de la campagne océanographique "Benthédi"-1977 pro parte) Micro-fiches, Ed. Musée de l'Homme & Mus. natn. Hist. nat., Paris. [Peuplement ichtyologique du Nord du Canal de Mozambique, recensement de 295 espèces sur les pentes externes et internes, 0-40 m].
    • EHNY F., 1987. Sédimentologie et diagénèse précoce en milieu récifal : les pentes de quelques îles volcaniques coralliennes Ouest-Indopacifiques : I. Mayotte, Bancs du Geyser-Zélée et du Leven (N.O. Canal de Mozambique, Océan Indien) et I. Chesterfield (Mer de Corail, Océan Pacifique). Thèse doct. Etat, Univ. Aix-Marseille II : 340 pp. [Étude des sédiments et des blocs gréseux des pentes insulaires de Mayotte, des bancs du Geyser-Zélée et du banc du Leven].
  3. Callmander, M.W. 2002. Biogéographie et systématique des Pandanaceae de l’Océan Indien occidental. Ph. D. Thesis, University of Neuchâtel. 253 pp..
  4. Arraisonnement d'un navire de pêche dans la zone exclusive par le patrouilleur français l'Albatros
  5. Mission conjointe OMM/DAF-SPEM/WCS/AMNH et l'Association Megaptera au Geysir en septembre 2002 dans le cadre du Réseau Océan Indien baleines à bosse