Bamena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bamena (Làh Mèh'nóh)
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Ouest
Département Ndé
Démographie
Population 7 055 hab. (2005)
Densité 147 hab./km2
Géographie
Coordonnées 5° 09′ 47″ N 10° 25′ 57″ E / 5.162924, 10.4326345° 09′ 47″ Nord 10° 25′ 57″ Est / 5.162924, 10.432634  
Altitude Min. 1 300 m – Max. 2 000 m
Superficie 4 800 ha = 48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Bamena (Làh Mèh'nóh)

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Bamena (Làh Mèh'nóh)

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Bamena (Làh Mèh'nóh)

Bamena est un village de l'ouest Cameroun, en 'pays' Bamiléké.

D'environ 17 000 habitants et situé dans le département du Ndé, le village est à 10 km de Bangangté sur la route nationale Bangangté-Bafang. Bamena est dans l'arrondissement de Bangangté.

Bamena se trouve sur la base du triangle des routes qui relient trois villes importantes de la région des Hauts Plateaux de la province de l'Ouest. Bandjoun et Bafoussam se trouvant à environ35 km de 45 km plus au nord.

Bamena fait partie des treize chefferies traditionnelles Bamiléké du département du Ndé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bamena : une création de deux jumeaux[modifier | modifier le code]

D'après un document publié par Nji Ouaffeu Ngongang André, les villages Bamena et Bangoulap auraient été créés par deux frères jumeaux : Ouandmegni (pour Bamena) et l'autre Nzouémi (pour Bangoulap). Ces deux frères jumeaux avaient pour aîné le chef qui a fondé Baloumgou (dans l'Arrondissement de Bangou). Les trois frères venaient d'un village de Penka-Michel, Baloum (en Bamena Lepkiep).

Toujours selon cette source, contrairement aux pratiques courantes dans le Ndé où le chef fondateur d'un village marque son histoire d'une empreinte indélébile, à Bamena, le nom du chef fondateur a disparu et a été remplacé par Tchaptchop. Or ce nom désigne plutôt une statuette représentant le chef fondateur Ouanmegni.

À la suite de son analyse, l'auteur de l'article établit la liste des différents chefs Bamena comme présenté dans le tableau sur la lignée des Rois et des Reines mères (Mèh Feuh).

Quelques remarques s'imposent à la lecture de cet article :

  • La première relève de ce que l'histoire du premier chef à Bamena ne doit pas se confondre avec celle de la création du village. Ainsi, même si Ouandmegni était le premier chef, il ne serait pas le fondateur de Bamena comme cela sera expliqué par la suite;
  • La deuxième est relative à leurs noms : Ouandmegni est un nom Bamena (Ouandji megni). Nzouémi est un nom en langue Medumba. S'ils sont venus de Lep-Kiep avec ses noms, cela signifie que leurs parents étaient Bamena ou du département du Ndé.

La deuxième piste serait-elle alors la moins controversée ?

Bamena : une propriété de quatre notables ?[modifier | modifier le code]

Certaines sources révèlent que Bamena, en des temps immémoriaux, était une vaste étendue de terre dominée par la savane et la forêt. Quatre chefs de famille, sans origine précise s'y étaient installés, sans doute attirés par le gibier abondant. C'était par ordre d'importance: Zawang, Zacheu, Zafeng, Zossougang. Ils s'étaient répartis le vaste territoire. Plus tard, ils seront rejoints par un groupe de chasseurs venus de Lep-Kiep (Baloum). Sous la conduite de Tchaptchop, ils s'installeront à Lep, au lieu-dit Touh-Nah. C'est de ce groupe que sortira le premier chef Bamena.

Bamena ou l'usurpation du pouvoir par Tchaptchop[modifier | modifier le code]

D'autres investigations montrent que Bamena n'était habité vers le XIIIe siècle que par une très faible population dominée par trois personnes : Zafang, Zafeng et Zossougang. Leurs origines restant imprécises.

Les trois résidents vivant en harmonie dans leur indépendance, avaient baptisé le milieu "Lah Meno", c'est-à-dire « le village où l'on trouve du gros gibier. »

Situation[modifier | modifier le code]

Bamena est située dans l’arrondissement de Bangangté, département du Ndé, région de l'Ouest au Cameroun. Elle est traversée par la route nationale Bangangté-Bafang.

Carte des quartiers du Ndé
Communes limitrophes de Bamena
Bangou Bangou, Bangoua Bangoua
Batchingou Bamena Bangangté,
Batchingou Batchingou, Balengou Balengou, Bangangté

Sous l'angle des découpages administratifs, Bamena est limité par les villages :

Climat[modifier | modifier le code]

Pluies[modifier | modifier le code]

Période : de 1969 à 1980 Ref. Station = 105 00058 00[1]
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Précipitations (mm) 2,8 19,6 77,9 140,1 152,4 123,2 138,8 201 260,2 252,4 46,8 4,2 1 419,4
Source : « Précipitations journalières » (consulté le 27 mai 2013)


Coordonnées GPS des chefferies voisines[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

  • L’exploitation du sol associe l’agriculture et l’élevage du petit bétail.
  • Les sommets les plus importants de Bamena se trouvent à Lah' Ngweuh : 1,425 mètres et Fetap : 1,513 mètres. Selon peakery.com[2],[3], il serait les 79e et 69e sommets du Cameroun. Le flanc du mont Batcha / Batchingou est visible depuis Bamena.
  • Pozou (Bamena) a un relief un peu plat bien qu'on y trouve quelques collines dont l'altitude moyenne est de 1 400 m.
  • La vaste plaine de "Houlap" est le lieu favorable aux cultures motorisées de choux et des condiments verts. C’est un bassin saisonnier, car le maraîchage ne s’y fait que pendant la saison des pluies. Mais il reste non exploité.
  • Les rivières de Tchouplan (Houlap), de Mbangwe - Lagwe (Diegnou) arrosent le village tout entier.


Découpage administratif de Bamena
Route communale
Une vue de Bamena

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Bamena est celui qu'on rencontre sur tous les hauts plateau de l’Ouest Cameroun; malgré quelque singularités, il se classe bien dans le type Cameroun d'altitude avec ses 2 saisons.

  • La saison sèche (3 mois) va de décembre à février.
  • La saison de pluies (9 mois) va de mars à novembre.

Pluies & ensoleillement: Il est doux le matin et le soir, accablant en mi-journée; cependant en saison de pluie on note des jours sans soleil dont le ciel reste entièrement couvert faisant ainsi apparaître le brouillard qui entrave la circulation.

Il faut signaler que l'an 1983 a été exceptionnel car la saison sèche s'est prolongée jusqu'en mi-avril à Pozou (Bamena)[réf. nécessaire]

Le poste agricole de Bamena possède un pluviomètre depuis mars 1965.

Il n'existe pas de station météorologique dans le département du Ndé.

Faune, flore[modifier | modifier le code]

Les sols de Bamena, moins fertiles que d'autres de la région sont couverts de savanes herbeuses, des forêts galeries sacrées des chefferies, de raphias (caractéristique de la région), formations hydrophiles, des îlots de forêts primaires, et des arbres fruitiers autour des concessions[4].

La forte pression démographique, les déboisements, l’abandon des bocages et la dégradation des sols expose les populations à l’insécurité alimentaire et aggrave la pauvreté. L’exploitation exagérée des raphias engendre l’érosion de la biodiversité locale : Raphia vinifera, Dacryodes edulis, Irvingia gabonensis, Ricinodendron heudelotii, Kola sp, Canarium scheinfurtii[4].

Un comité travaille contre la désertification et la dégradation des terres et pour des bonnes pratiques agricoles dans le village. Le replantage du raphia est motivé par ses vertus écologiques. La clémence du climat et le tropisme hydrique de ces essences qui peuplent les habitats hydromorphes des bas fonds permettent ainsi une persistance du système hydrique de la région par absorption d'eau[4].

Les replantages se feront sur deux sites sacrés où une case sera construite pour chaque site et servira d’abris aux touristes :

  1. la forêt sacrée de Pouh seuh, et
  2. le lieu sacré Kassang singulier par ses chutes d’eau et sa grotte sacrée
Culture du piment à Bamena

L’introduction d'essences médicinales comme le Pygium africanum, Sebania, Voacanga, les bois d’œuvre comme pinus serviront à la préservation de la biodiversité des sites choisis[4].

Quelques arbustes et herbes les plus abondants
Nom local Nom scientifique Usage Observation
Fiham Garginia Juntata Fabrication de tabouret en bambou Herbes
Feuken Dracena Delis Telliana Sert aux cérémonies coutumières Herbes (de paix)
Ketcho Afromomun
Pie Persea Armerica, Gratissima Plante fruitière Arbre avocatier
Zop Dacrydesedudis Plante fruitière Arbre safoutier
Theumeke Ecaluptus Saligna Charpente, chauffage poteaux électriques Arbre à reboiser
Kieu Raphia Vignifera Produit du vin blanc + bambous construction greniers
Neu Imperata Cylindrica Couverture de toitures Plantes à rhizome
Tiosseu Curcuba Produit de calebasse

Populations[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1650 1850 1900 1925 1950 1975 1982 1992 2005 2013 2025 2050
- --- - --- - --- - --- - --- - --- 3 970[5] 3 551[5] 7 055 8 000 -- --- -- ---

Importante diaspora[modifier | modifier le code]

Beaucoup (la majorité ?) de Bamena (chiffres et estimations non connues) sont installés dans des grandes villes (Douala, Yaoundé…) où ils sont étudiants, travailleurs… Certains s'investissent au village en y construisant une maison. D'autres reviennent en vacances pour se reposer, visiter, saluer ou encore en week-end enterrer des proches.

Ces dernières années, la diaspora Bamena s'est illustrée par des projets de développement réalisés au village. Citons :

Éducation, Sport & Santé[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Ecoliers Bamena

La présence de plusieurs établissements scolaires réduit l'exode.
Les élites et parents Bamena participent - comme dans le reste du pays - à la création, à la construction des bâtiments et à l'équipement des établissements. Bien qu'encore sous équipées, c'est une habitude que les écoles soient fréquentées par un grand nombre d'écoliers.

Classement du lycée de Bamena Rang / total(% de réussite)
---- 2009 2010 2011 2012 2013
--- e / --- (--, --%) --- e / --- (--, --%) 262 e / 749 (46,42 %)[6],[7]  230e/ 749 (40,24 %) 360e / 810 (37,50 %) [8] --- ième / --- (--, --%)

Écoles[modifier | modifier le code]

Lycéenne et écolières Bamena
  • École publique de Touh'lah,
  • École publique de Kontap,
  • École publique de Ngnou,
  • École publique de Ntchou' Ntah,
  • École CEBEC de Ntchou' Ntah,,
  • École primaire évangélique de Louh
  • École catholique de Bamena (Pozou)

Collèges et lycées[modifier | modifier le code]

  • CES de Louh-Tougwe, créé en 2007 et ouvert en 2009
  • Lycée de Bamena, créé en 1994 et ouvert en 1994
  • Lycée technique de Louh, créé en 2006 et ouvert en 2007

Sport[modifier | modifier le code]

Des parties de football se pratiquent régulièrement sur le terrain au milieu de l'École au centre à Ntchou'Ntah.

Hôpitaux[modifier | modifier le code]

Le centre de santé du village répond à la volonté des Bamena d'avoir à proximité une unité de soins. Le centre de santé Intégré de Bamena assure les soins des habitants de Bamena. Les cas les plus graves sont transférés à Bangangté.

Organisation sociale[modifier | modifier le code]

En dehors Ntchou'Ntah au centre et au Carrefour Bangou, le long de la route nationale, où les cases sont serrées, les habitations à Bamena sont dispersées. Comme ça se fait partout en 'pays' Bamiléké. Chaque lot de terre, attribué par le chef à une famille nouvelle, est clôturé. C'est la tâche des hommes d'entretenir ces clôtures. L'activité humaine fait reculer la forêt qui ne subsiste qu'au fond des vallées, où poussent les bambous utilisés pour la construction des haies de clôture, des battants, montants et charpentes des cases. Les champs recouvrent les pentes, la terre y est maintenue par les haies et des arbres dispersés.

À la mort du père, la famille se segmente. Seul reste l'héritier désigné par le défunt pour le remplacer sur sa terre. L'aîné n'a pas plus droit qu'un autre fils à la succession. C'est à l'héritier qu'incombe le culte des crânes des ancêtres, gages de l'ancienneté du lignage, et le soin de la terre familiale (concession) qui n'est jamais divisée. Les femmes du père, qui font partie de l'héritage, continueront à cultiver la concession, à y loger, chacune dans sa case, et recevoir protection de l'héritier. Les autres frères quittent la concession pour fonder ailleurs un autre groupe de descendance. Tout comme les filles qui sont supposées rejoindre la concession de leur conjoint. Le chef, qui est maître de la terre, assigne une parcelle non cultivée ou abandonnée, vraisemblablement assez loin. Ceci n'empêche à l'héritier d'autoriser un frère, une sœur, un ami a cultiver et exploiter un lopin de terre sur sa concession. La soumission chef assure la cohésion de la vie rurale[9].

Dictionnaire / Éléments de patois[modifier | modifier le code]

Les Bamena parlent le Bamena ou la langue NDA'NDA' plus précisément. Leur patois, le Hôh Mèh Noh ou Hoah Mèh Noh appartient à la famille des langues Bamiléké. Malgré sa proximité géographique avec Bangangté, le patois Bamena a une consonance éloignée duMe dùmba (langue de la même famille parlée par leurs voisins Bangangté)[10].

[réf. à confirmer]

  • Hêh kôh = Qu'est-ce qu'il y a ?
  • Mèh kà'h tchôh = Je m'en fous
  • Lâh = Le village
  • Schîh = Dieu
  • Tchà'h = La terre
  • Nkon'nîh = L'amour (Mèh kon hou tèh = je t'aime beaucoup)
  • Mh-jh = Femme (Être féminin) Juîh hà = Femme de moi (ma femme)
  • Meùh-ban'ha = Homme (Être masculin) Ban'hà = Homme de moi (mon homme)
  • Meùh(Peùh)-Nteùh = Homme(s) (Être humain)
  • Nsêu'h= L'eau
  • Mèh Pip / Mèh Lapse'h = OK ou Ainsi soit-il / Merci
  • (Peùh)Hôh Mepông = Sois (Soyez) la bienvenue
  • Ooh'h = Au revoir ou Bye
  • Feù'h = chef du village


Voir les ressemblances et différences avec le Bandenkop et le Bangang-Fondji

La Chefferie[modifier | modifier le code]

Dynastie (s)[modifier | modifier le code]

Bamena Place du Palais

Lignée des rois et des reines mères (Mèh Feuh)

Rang Souverain Période Reine mère Notes Portrait
1 Ouandmegni Boubihii
2 Kouagoung Blingoung
3 Meufeu
(Albinos)
Tchoutchie
4 Ngongang I Noundo
5 Ouandmepo

(Ouandji II)

Mefeupokep
6 Kombou ________
7 Ouandguep
(Ouandji III)
Kouasseu
8 Toukep Djanga
9 Ngongang II
(Ngopayong)
Payong
10 Ouandji Ngongang
(Ouandji IV)
1er mars 19397 décembre 1968
29 ans, 9 mois et 6 jours
Kouadio Fils du précédent roi des Bamena, est à la tête du royaume depuis le 1er mars 1939[11]. Il est le père d'André Ngongang Ouandji, ministre d'État et diplomate camerounais.
11 Nietcho Jacques[12] 7 décembre 19689 juillet 1995
26 ans, 7 mois et 2 jours
Tchakoundieu Fils du précédent roi des Bamena, est à la tête du royaume depuis le 7 décembre 1968.
Il laissa 71 enfants[11]. Il est le père de l'actuel chef des Bamena. Il est le frère d'André Ngongang Ouandji, ministre d'État et diplomate camerounais.
12 Njoukwe Nietcho Alexandre[13] Depuis le 9 juillet 1995
19 ans, 2 mois et 22 jours
Mbatchou Fils du précédent roi des Bamena, est à la tête du royaume depuis le 9 juillet 1995.

Qui est Sa Majesté Njoukwe Alexandre?[modifier | modifier le code]

Le nouveau chef supérieur des Bamena est né le 23 juillet 1975 (39 ans, 2 mois et 8 jours).

Il effectue ses études primaires à l’École Protestante de Bamena, sanctionnées par l'obtention du certificat d’études primaires élémentaires (CEPE) en juin 1987. Il poursuit ses études secondaires au collège protestant Noutong de Bangangté; il y obtient son brevet d’études du premier cycle (BEPC) en juin 1992. Après une année passée en classe de seconde au Lycée de Bangangté en 1993, il décide de se consacrer à la mécanique automobile.

C'est en plein apprentissage professionnel à Yaoundé qu'il est surpris par le décès brutal de son père, et encore plus par le choix qui est porté sur lui pour présider aux destinées du Groupement Bamena.

Notables & S/chefferies[modifier | modifier le code]

Chefferies de troisième degré et quartiers constituants Bamena

Mban'ngweuh, Chouplang, Foplouh, Lah'ngweuh, Louh et Pouh'zouh.

Économie[modifier | modifier le code]

Bamena fait face à un vaste exode rural, même si on estime la densité de sa population à 147 habitants au km2. L’économie du village repose sur le petit élevage, les cultures vivrières et le petit commerce; dans une espèce de marché périodique et rotatif, lieu par excellence des échanges[14].

Le (jour du) marché[modifier | modifier le code]

Le marché de Bamena, à proximité d’une route nationale, est un marché rural phagocyté par sa coïncidence avec le jour du marché de Bangangté et la proximité du marché permanent de Bangou.

D'après Nganso Emmanuel, Bamena de Louh 1 et socio-géographe, En pays Bamiléké, et particulièrement dans le Ndé, le grand marché traditionnel porte le nom de la Chefferie.
Ntah Leng à Balengou, ; Ntah Ze à Bazou .

Le marché traditionnel de Bamena est Ntah Louh en référence au village d’antan de Louh. Ce fut le prix à payer pour que Louh accepte de coopérer avec la coalition des autres villages, dirigée par l’un des chasseurs venu de Baloum dans la Menoua".

Les fêtes[modifier | modifier le code]

  • Meudjiong Lah'lih

Églises et vie religieuse[modifier | modifier le code]

Bamena compte quelques bâtiments religieux.

  • La paroisse du Centenaire de l'Église évangélique du Cameroun
  • La paroisse Sainte Famille de l'Église catholique de Bamena à Ntchou'Ntah

Tourisme, Cultures & Traditions[modifier | modifier le code]

Éloges et compliments[modifier | modifier le code]

La société Bamiléké en général et Bamena en particulier se veut fortement hiérarchisée. Les civilités diverses, immuables et séculaires, y régissent la vie du groupe. Les Ndab et les titres de noblesse en constituent la quintessence.

Les curiosités[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • La danse du Nkam.
  • Le congrès annuel de la CEEBC.
  • Le défilé du 11 février sur la route principale de Bamena.
  • Le Kouh Ngang
  • Le festival nzwue
Chutes de Bamena à Mbangweuh

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Personnalités liées au village[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un nouveau chef ! Un nouvel avenir ! Dr Emmanuel NGANSO, Groupement Bamena (Ouest Cameroon), février 1996

Références[modifier | modifier le code]

  1. Relevés des précipitations journalières de 1973 à 1980 République du Cameroun CIEH-ASECNA-ORSTOM, 1990 page 43 [1]
  2. Peakery.com
  3. [2]
  4. a, b, c et d Undp.org UNDP Biodiversity Land Degradation
  5. a et b Source : "Le retour au village. Une solution à la crise économique au Cameroun ?", Patrick Gubry, Samson B. Lamlenn, Emmanuel Ngwé, Jean-Marie Tchégho, Joseph-Pierre Timnou, Jacques Véron.- Paris: L'Harmattan, MINREST, IFORD, CEPED, 1996.- 210 p. ; 24 cm Tableau p. 36 [3]
  6. Classement général des établissements selon leurs résultats aux examens d'enseignement général et technique - session 2010[4]
  7. Source : "Classement général 2010 des établissements aux examens gérés par l'OBC[5]
  8. Source : "Classement général 2010 des établissements aux examens gérés par l'OBC [6]
  9. - Universalis
  10. Essai de description phonologique du Bamena, mémoire présenté en vue de l'obtention de la maîtrise en linguistique par : NGUEYEP Justin, licencié es lettres & sous la direction de Jacqueline LEROY, chargée de cours, université de Yaoundé[7]
  11. a et b Histoire de Bamena
  12. Rois et sculpteurs de l'Ouest-Cameroun, La panthère et La mygale par L. Perrois & J.-P. Notué 1997, éditions Karthala, Paris ISBN 2-865 3 7-744-X, Éditions de I'Orstom Paris ISBN 2-709 9 1-361-5 [8]
  13. Worldstatesmen.org
  14. [9], Localisation des marchés et variation des prix des produits maraîchers dans l’arrondissement de Bangangté, mémoire présenté en vue de l’obtention du DIPES II par Djinang Yimgang Suzanne


Lien externe[modifier | modifier le code]