Baltiisk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baltiisk
Балтийск
Blason de Baltiisk
Héraldique
Baltiisk : phare et statue de Pierre le Grand.
Baltiisk : phare et statue de Pierre le Grand.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Kaliningrad
District fédéral Nord-Ouest
Sujet fédéral Flag of Kaliningrad Oblast.svg Oblast de Kaliningrad
Maire Fiodor Iarochevitch
Code postal 238510 — 238521
Code OKATO 27 405
Indicatif (+7) 40145
Démographie
Population 32 778 hab. (2013)
Densité 668 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 39′ N 19° 55′ E / 54.65, 19.917 ()54° 39′ Nord 19° 55′ Est / 54.65, 19.917 ()  
Superficie 4 910 ha = 49,1 km2
Fuseau horaire UTC+03:00 (USZ1)
Heure de Kaliningrad
Divers
Fondation 1626
Statut Ville depuis 1725
Ancien(s) nom(s) Pillau
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Baltiisk

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Kaliningrad

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Kaliningrad
City locator 14.svg
Baltiisk

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Baltiisk

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Baltiisk
Liens
Site web www.baltisk.ru
Sources
Liste des villes de Russie

Baltiisk (en russe : Балтийск ; en allemand : Pillau ; en polonais : Piława ; en lituanien : Piliava), est une ville de l'oblast de Kaliningrad, en Russie. Sa population s'élevait à 32 778 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Baltiisk est située sur la rive du détroit de Baltiisk, à 45 km de Kaliningrad (anciennement Koenigsberg), dans la partie nord de la presqu'île de la Vistule qui sépare la lagune de la Vistule de la baie de Gdańsk. Baltiisk est la ville la plus à l'ouest de la Russie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village prussien[modifier | modifier le code]

Un village de pêcheurs prussien se développa au XIIIe siècle, en prenant le nom de pils, mot vieux prussien mot pour « fort ». Une forte tempête créa la lagune navigable en face du village le 10 septembre 1510, ce qui favorisa la transformation de Pillau en un port important du duché de Prusse. Un blockhaus a été construit en 1537, suivi par un système d'entrepôts en 1543 et la première fortification en 1550.

Pendant la guerre de Trente Ans, les Suédois occupèrent le port à la suite de leur victoire sur les Polonais-Lituaniens. Le roi Gustave Adolphe y débarqua avec ses renforts en mai 1626. Après le cessez-le-feu d'Altmark (1629), les Suédois conservèrent Pillau et améliorèrent ses fortifications. Ils bâtirent un fort en étoile, qui reste un des monuments de la ville. En 1635, les habitants de Pillau payèrent une rançon de 10 000 thalers, après quoi les forces suédoises remirent la ville à l'électeur de Brandebourg.

La ville allemande[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIe siècle, la ville se développa considérablement. Un phare et une église de pierre furent construits. Le tsar Pierre le Grand visita Pillau à trois reprises, la première en 1697, dans le cadre de sa Grande Ambassade en Europe occidentale. Une statue du tsar se trouve à côté du phare. L'hôtel de ville de style baroque fut inauguré en — il fut détruit à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les forces russes occupèrent la ville pendant la guerre de Sept Ans et y construisirent une petite église orthodoxe. L'événement est commémoré par la statue équestre de l'impératrice Élisabeth (2004). En , Pillau fut envahie par la Grande Armée de Napoléon et libérée par le général von Sievers, le 27 janvier 1813. Aucun autre événement significatif n'eut lieu pendant le reste du XIXe siècle. Le phare fut construit jusqu'à une hauteur de 31,38 mètres et toute la forteresse fut mise à jour et reconstruite par les Prussiens en 1871.

Le , le canal de Koenigsberg (de) fut ouvert entre Pillau et Koenigsberg. Construit pour le coût exorbitant de 13 millions de marks, le canal permettait aux navires d'un tirant d'eau de 21 pieds de s'amarrer à côté de la ville ou de faire route vers la capitale de la Prusse-Orientale sans s'arrêter à Pillau. Cela porta un coup sévère à l'économie de la ville.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Pillau comptait un centre de formation de la Kriegsmarine pour les équipages des U-boote (sous-marins).

La ville soviétique puis russe[modifier | modifier le code]

Évacuation de réfugiés en janvier 1945.

En 1945, l'Armée rouge entra en Prusse-Orientale et plus de 450 000 réfugiés furent déplacés de Pillau vers le centre et l'ouest de l'Allemagne. Après la guerre, cette partie de la Prusse-Orientale passa sous la souveraineté de l'Union soviétique, et les habitants allemands furent expulsés. Au cours de la campagne de russification, la ville fut rebaptisée Baltiisk.

En 1952, les autorités soviétiques inaugurèrent la base navale de la flotte de la mer Baltique à Baltiisk. En conséquence, elle devint une ville fermée : l'accès en était interdit aux étrangers et aux personnes non autorisées. Pendant la guerre froide, elle était desservie par la base aérienne de Baltiisk. Comme Kaliningrad, la ville est un des deux seuls ports russes de la mer Baltique, qui reste libre de glace toute l'année.

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[1]

Évolution démographique
1782 1875 1890* 1933 1939
1 300 3 196 3 303 7 577 10 980
1959* 1970* 1979* 1989* 2002*
17 378 20 300 23 568 27 100 33 252
2010* 2012 2013 - -
32 670 32 899 32 778 - -


Patrimoine[modifier | modifier le code]

La ville compte des bâtiments et sites historiques :

  • La citadelle de Pillau, en forme de pentagone, fondée par les Suédois en 1626 et achevée par les Prussiens en 1670. Elle fut rénovée en 1870 et abrite aujourd'hui un musée naval.
  • Les ruines du château de Lochstadt du XIIIe siècle.
  • Un labyrinthe de fortifications navales du XIXe siècle.
  • La cathédrale navale de Saint-Georges (1866).
  • Le phare expressionniste haut de 32 mètres (1932).
  • Le bâtiment néo-gothique du Musée de la flotte de la Baltique (1903).
  • Un phare élégant, datant de 1813–16.
  • Une croix de pierre, érigée en 1830 pour signaler le lieu supposé du martyre de saint Adalbert. Détruite par les Soviétiques, elle a été rétablie un millénaire après l'événement, en 1997.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :