Baltic Dry Index

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BDI.

Le Baltic Dry Index (BDI) est un indice des prix pour le transport maritime en vrac de matières sèches. Créé en 1998[1], cet indice est géré par la société britannique Baltic Exchange (en) à Londres. Il est établi sur une moyenne des prix pratiqués sur 24 routes mondiales de transport en vrac de matières sèches, tels que les minerais, le charbon, les métaux, les céréales, etc.

Description[modifier | modifier le code]

L'indice est détaillé en plusieurs indices en fonction de la capacité des navires : indices Baltic Supramax (en), Panamax et Capesize. Ces indices sont fondés sur les évaluations faites par plusieurs courtiers maritimes internationaux.

Sous-indices composant le BDI[2]
Classification du navire Tonnage à vide % de la flotte mondiale % du trafic de matières sèches[note 1]
Capemax 100 000+ 10 % 62 %
Panamax 60 000-80 000 19 % 20 %
Supramax 45 000-59 000 37 % 18 % avec Handysize
Handysize 15 000-35 000 34 % 18 % avec Supramax[note 2],[3],[4]

L'évolution en temps réel de cet indice est accessible par abonnement auprès de Baltic Exchange, mais fait désormais[Quand ?] également partie des informations financières majeures des services de données et d'informations que proposent Thomson Financial, Reuters et Bloomberg.

Comme le coût du fret maritime varie avec la quantité de marchandises transportées et que le vrac sec constitue habituellement des marchandises précurseurs d'une production (comme le ciment, le charbon ou l'acier), cet indice est aussi vu comme un bon indicateur d'une croissance future de la production[5].

Selon l'un des vice-directeurs de BHP Billiton, le BDI est un indice volatil[6]. Par exemple, de mai 2008 à octobre 2008, il a perdu 85 % de sa valeur[6]. En septembre 2006, le BDI atteignait 8 270 points[1], les prix ayant doublé en un an faute de navires suffisants à la demande suite à l'explosion du trafic maritime avec la Chine. À la fin de mai 2008, il a atteint son plus haut niveau : 11 793 points[6].

Routes[modifier | modifier le code]

Le Baltic Exchange est un organisme dont le siège se trouve à Londres et qui a pour but de définir les coûts de transport maritime. Il existe depuis plus de 250 ans. Les coûts de transport sont définis en fonction du type de cargaison. Ainsi, il existe le Baltic Dry Index, qui définit les coûts de transports de la cargaison sèche.

Le Baltic Dry Index est un indice servant à déterminer le coût du fret maritime international. Il est réparti sur 26 espaces maritimes et est calculé en USD. Les 26 espaces maritimes sont définis comme suit :

  • 4 routes pour les Capesizes :
    1. Gibraltar / Hamburg trans Atlantique
    2. Mediterranée vers Far Est
    3. Pacifique
    4. Chine / Japon vers Méditerranée
  • 4 routes pour les Panamax :
    1. Transatlantique
    2. SKAW-GIB / FAR EST
    3. Japon - SK/Pacifique
    4. FAR EST / NOPAC / SK-PASS
  • 6 routes pour les Supramax :
    1. Anvers - Skaw vers Far Est
    2. Canakkale vers Far Est 25 %
    3. Japon - SK / NOPAC or Australie
    4. Japon - SK vers Gib-Skaw
    5. US Golf - Squaw - Passero
    6. Squaw - Passero - US Golf
  • 6 routes pour les Handysizes
    1. Skaw / Passero-Recalada / Rio de Janeiro
    2. Skaw / Passero-Boston / Galveston
    3. Recalada/ Rio de Janeiro - Skaw / Passero
    4. US Golf / NC Amérique du Sud - Skaw / Passero
    5. SE Asie via Australie - Singapour / Japon
    6. S Corée / Japon - Singapour / Japon incl. China
  • 6 autres routes importantes à travers le monde
    1. Brésil (Tubarao) – Rotterdam
    2. Brésil (Tubarao) – Chine
    3. Richards Bay / Rotterdam
    4. Ouest Australie / China
    5. Colombie / Rotterdam
    6. Gladstone / Rotterdam

Le Baltic Dry Index (BDI) est le successeur du Baltic Freight Index (BFI). Il est opérationnel depuis le 1er novembre 1999. L'index a été réaménagé plusieurs fois, et depuis le 1er juillet 2009, il est composé de Capesize, Panamax, Supramax et Handysize.

Jusqu'au 30 juin 2011, les calculs se faisaient en fonction de la masse de la cargaison. En fonction des capacités des navires, on avait les indices suivants :

  • Baltic Capesize Index (BCI)
  • Baltic Panamax Index (BPI)
  • Baltic Handysize Index (BHSI)
  • Baltic Supramax Index (BSI) qui a remplacé le (BHMI) le 3 janvier 2006.

Tous les calculs se font en fonction du Baltic Freight Index (BFI) introduit en 1985.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le BDI dépassait 11 000 points en juin 2008. En décembre de la même année, il était à 663 points. Au début de mai 2009, il vaut environ 2 000 points[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce pourcentage se calcule en multipliant le tonnage du cargo par la distance parcourue.
  2. Les données sont un peu dépassées, car il y a eu augmentation de construction de navires de la classe Capemax de 2005 à 2008.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La Chine fait exploser les prix du fret maritime », L'Expansion,‎ 7 septembre 2007
  2. (en) Composition du Baltic Dry Index, Wikinvest
  3. (en) Thomas Lamb, Ship Design and Construction, Society of Naval Architects and Marine Engineers (ISBN 0939773406)
  4. (en) CIA World Factbook, édition 2005.
  5. (en) « The best economic indicator you've never heard of », Slate magazine,‎ 24 octobre 2003 (lire en ligne)
  6. a, b et c (en) « Hurting the real economy », The Economist,‎ 15 octobre 2008 (lire en ligne)
  7. La Presse canadienne, « Le trafic maritime chute à Montréal », Le Devoir,‎ 7 mai 2009 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]