Baltchik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baltchik
Каварна
Blason de Baltchik
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Municipalité Balčik
Oblast Dobrič
Maire Nikolaï Anguélov (Indépendant)
Code postal 9600
Démographie
Population 12 913 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 43° 25′ 24″ N 28° 09′ 42″ E / 43.423253, 28.16165 ()43° 25′ 24″ Nord 28° 09′ 42″ Est / 43.423253, 28.16165 ()  
Altitude 199 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bulgarie

Voir sur la carte Bulgarie administrative
City locator 14.svg
Baltchik

Balčik ou Baltchik ([bɐɫˈtʃik], en bulgare : Балчик, en turc : Balcık et en roumain : Balcic) est une ville située dans le nord-est de la Bulgarie, sur la côte de la mer Noire. Elle est le chef-lieu de la commune de Balčik qui fait partie de la région de Dobrič. La ville est la deuxième de l’oblast par sa population, après Dobrič. Elle est souvent appelée « la ville blanche » (en bulgare : Белият град, Béliyat grad).

Géographie[modifier | modifier le code]

Balčik se trouve dans une large baie de la mer Noire, à proximité des stations balnéaires d’Albena, Kranevo, Sables d'Or ainsi que des villes de Varna, Dobrič et Kavarna.

La base géologique de la région est constituée de calcaire blanc.

À cause du phénomène de remontée d'eaux profondes, dues aux courants locaux, la température moyenne de l’eau est dans cette région de 2 à 3 degrés inférieure à celle qu’on observe au sud de la côte bulgare.

Nom[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs hypothèses concernant l’étymologie de Balčik, nom actuel de la ville. L’une d’entre elles fait dériver le nom de la langue des Coumans, balikčik (« petite ville »). Une autre se réfère au voïvode bulgare de la Dobroudja : Balko. Une troisième le fait dériver du turc : balık, « poissons ». Enfin, une quatrième hypothèse le fait provenir du turc : balçuk, « boueux », par allusion au ruissellement des sources au pied des falaises calcaires. Sous la domination ottomane, la ville était surtout peuplée de Gagaouzes, de Grecs Pontiques, de Tatars et de Turcs. Après la libération de la Bulgarie en 1878, la composition de la population changea et l’élément bulgare s’imposa peu à peu. Une minorité turque significative y reste toujours présente (selon les chiffres du recensement de 2001, elle représente près de 13 % de la population de l’oblast de Dobrič[1]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Thraces furent les premiers habitants de la région de Balčik, où l’on a trouvé des objets vieux de plus de 3000 ans. À l’époque de la colonisation grecque antique de la mer Noire, la ville s’appelait Dionysopolis (ville de Dionysos)[2]. En 2007, les archéologues ont mis au jour les fondements d’un temple de Cybèle d’époque hellénistique, ainsi que des statues et ornements.

Au Moyen Âge (XIVe siècle), à l’époque du despotat de Dobroudja, fondé par les voïvodes Balko et Dobrotitch, la ville apparaît dans les chroniques grecques et génoises sous les noms de Karvouna, Carbona ou Krounoi (Καρβούνα - Karvouna, Κρούνοι - Krounoi). Mais si Karvouna/Carbona était l'actuelle Kavarna, comme le pensent des auteurs tel Josef Sallanz, alors le nom médiéval de Balčik était bien l'étymon bulgare Krouni. Le despotat de Dobroudja, peuplé de Grecs pontiques, de Bulgares, de Tatars nogaïs et de Valaques, réussit à se maintenir plusieurs décennies en jouant sur les rivalités entre Génois, Byzantins, Amédée VI de Savoie et Vladislav I de Valachie, après quoi il est d’abord absorbé en 1389 par la Valachie, puis conquis 1396 (sud) et 1418-1422 (nord) par l’Empire ottoman. Krounoi tombe aux mains des Turcs en 1400[3].

De 1913 à 1916 et de 1918 à 1940, la ville fit partie de la Roumanie, qui avait annexé la Dobroudja du Sud au détriment de la Bulgarie, suite à la Seconde guerre balkanique. En 1940, par le Traité de Craiova, elle fut définitivement rendue à la Bulgarie. À l’époque de l’administration roumaine, Balčik, alors orthographiée Balcic, devint la principale résidence d’été de la reine Marie de Roumanie, qui s’y fit construire une villa en forme de mosquée turque, avec de grands jardins au-dessus de la mer, entre 1926 et 1937. Les habitants du lieu surnommèrent cet étrange palais « Dvoritsa » (diminutif de Дворец : « palais »). La reine y recevait peintres, écrivains et artistes de toute l’Europe, ainsi que des théosophes et des adeptes de la religion baha'ie qui y tenaient cénacle. Après la guerre, ce complexe fut transformé en maison de repos pour cadres du Parti, puis en musée d’art, tandis que le jardin botanique attenant était rattaché à l’université de Sofia).

Religions[modifier | modifier le code]

Il y a aujourd’hui dans la ville 5 églises orthodoxes bulgares, dont 4 sont encore utilisées pour le culte. La plus ancienne est l’église Saint-Nicolas, construite au milieu du XIXe siècle, initialement grecque et gagaouze. Dans la tradition orthodoxe ancienne, Saint-Nicolas est le patron des marins et des pêcheurs. Une mosquée turque y est également en service.

Économie[modifier | modifier le code]

L’économie de la ville est essentiellement dominée par le tourisme estival, la clientèle traditionnelle venant surtout de Bulgarie, Roumanie, Ukraine et Russie. Cependant, cette activité est limitée par le fait qu’il n’existe pas de grande plage sur le territoire de la commune. Les revenus issus de la pêche sont de plus en plus limités. Le port, qui peut abriter une soixantaine de bateaux, a en revanche développé la navigation de plaisance. Plus récemment, deux terrains de golf ont été construits.

Curiosités touristiques[modifier | modifier le code]

Les anciens bains de la « Dvorica »

Balčik est inscrit sur la liste des 100 objets touristiques nationaux, (initiative touristique nationale de l’Union touristique bulgare, Bǎlgarski turističeski sǎjuz, BTS). Les curiosités touristiques suivantes ont fait la réputation de Balčik :

Résidence de la reine Marie de Roumanie[modifier | modifier le code]

Dénommé en bulgare : Дворец в Балчик, en translittération scientifique internationale Dvorec v Balčik: château de Balčik, (en roumain : Palatul de la Balcic : « palais de Balčik » et surnommé par la reine en anglais : Quiet nest palace : « palais du nid tranquille » car à cette époque la famille royale roumaine était anglophone en privé), ce complexe a été construit entre 1926 et 1937, à l’époque où la Dobroudja du Sud était roumaine. Il s’agit d’un complexe résidentiel comprenant une villa en forme de mosquée turque, des villas plus petites pour les invités, un cellier, une station électrique, un monastère, une fontaine, une chapelle et de nombreux autres bâtiments, ainsi qu’un vaste parc aujourd’hui géré sous forme de jardin botanique par l’Université Saint-Clément d'Ohrid de Sofia.

La reine visita Balčik pour la première fois en 1921 et fut séduite par le lieu. Elle ordonna de faire acheter des propriétés (vignes, jardins maraîchers, moulins) pour y construire une résidence. Les bâtiments, conçus par les architectes italiens Augustino et Alberti, combinent des influences balkaniques et orientales. Le bâtiment principal, orné d’un minaret, est proche d’une église orthodoxe, mélange qui illustre l’attirance de la reine (officiellement orthodoxe comme son mari le roi de Roumanie) pour la religion bahá’íe[4].

En août 1940 la Dvoritsa devînt la propriété de la famille régnante de Bulgarie, les Saxe-Cobourg-Gotha : elle restait ainsi dans la famille, puisque la reine Marie de Roumanie en descendait elle aussi. Elle fut occupée et pillée par les troupes soviétiques en septembre 1944 et resta fermée quelques années avant d’être restaurée par le Comité central du Parti communiste bulgare pour être aménagée en maison de repos pour ses cadres dirigeants. Dans les années 1960, alors que le tourisme s’était beaucoup développé à Albena et aux Sables d’Or, la Dvoritsa fut transformée en musée, avec des meubles et des icônes anciennes collectées en raison de leur similitude avec le mobilier de la Reine Marie, tel qu’il apparaît sur les photos. La plupart des bâtiments du complexe ont été réaménagés pour les besoins du tourisme. Certains anciens moulins ont été conservés et reconstruits. D’autres bâtiments ont été transformés en restaurants ou hébergements touristiques. Aux pieds des jardins, qui jadis baignaient dans la mer, une digue, un chemin et une esplanade ont été construites pour empêcher que la puissance des vagues, lors des tempêtes, ne les fasse s’ébouler : des restaurants s’y sont installés. C'est aujourd’hui la principale attraction touristique de la ville.

Francis Ford Coppola a passé 11 jours fin 2005 au château de Balčik pour le tournage de scènes du film L'Homme sans âge.

Jardin botanique[modifier | modifier le code]

Jardin botanique universitaire de Balčik
Jardin botanique universitaire de la « Dvorica »

Après le retour de la Dobroudja du Sud à la Bulgarie par les accords de Craiova, le parc du château, conçu par le paysagiste suisse Jules Jany, fut aménagé en jardin botanique à partir de 1946. Sa surface est de 6,5 ha. Il abrite environ 2 000 variétés de plantes, appartenant à 85 familles et 200 genres. L’une des attractions principales du jardin botanique est sa collection de grands cactus présentés en extérieur, sur une surface de 1 000 m², la seconde d’Europe après celle du jardin exotique de Monaco. Parmi les espèces rares représentées, on notera le Métasequoia, l’hévéa et le Ginkgo biloba.

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée historique : il présente notamment le résultat des fouilles archéologiques réalisées dans la ville, notamment sur le site du temple de Cybèle découvert au centre-ville. On peut ainsi y voir huit statues de marbre blanc représentant la déesse mère ainsi que de nombreuses inscriptions grecques.
  • Galerie d’art : ouverte il y a plus de 40 ans, elle possède notamment dans son fonds des œuvres du peintre bulgare Vladimir Dimitrov-Maïstora (1882-1960).

Festivals[modifier | modifier le code]

Balčik est le cadre de nombreux festivals. Le plus important d’entre eux est Balfest, qui a lieu vers la fin de l’année : il s’agit d’un festival international de cinéma documentaire et de reportage.

La fête de la ville est célébrée le 24 mai et est l’occasion de proposer un important programme culturel et de divertissement, ainsi qu’une importante manifestation commerciale.

Aérodrome[modifier | modifier le code]

Une piste d'atterrissage avait été tracée en 1935 sur le plateau au-dessus de Balčik pour la reine Marie de Roumanie. Autour de cette piste, un aérodrome a été construit pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1941, par la Luftwaffe[5], pour atteindre des objectifs militaires soviétiques entre 1941 et 1944, en particulier des sous-marins croisant dans la mer Noire. Par sa situation (200 mètres d’altitude, distance à 400 mètres de la côte), il possédait pour l’armée allemande une certaine importance stratégique. Il n’est plus utilisé, mais il existe aujourd’hui des projets visant à le rouvrir comme aérodrome civil d’intérêt local[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article utilise le système de l'Organisation des Nations unies de translittération de l'alphabet cyrillique (également appelé « système scientifique de translittération »), le seul qui constitue une norme scientifique internationalement reconnue.

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (bg) (en) Chiffres de l’appartenance ethnique par oblast, Institut National de la Statistique de Bulgarie (consulté le 30 juillet 2009).
  2. Pline l’Ancien, Histoire naturelle, IV, 11, 44.
  3. Dimitrina Aslanian, Histoire de la Bulgarie, de l'antiquité à nos jours, Trimontium, Sofia 2004, 2e éd. (ISBN 978-2-9519946-1-4) (LCCN 2005431004); Adrian Rădulescu, Ion Bitoleanu, Histoire de la Dobrogée, Constanţa, Ed. Ex Ponto, 1998, 2e éd. (ISBN 9789739385329) (LCCN 2002499401); Josef Sallanz (ed.), Die Dobrudscha : ethnische Minderheiten, Kulturlandschaft, Transformation, Potsdam, Allemagne, Universitätsverlag Potsdam, 2005, 2e éd., poche (ISBN 978-3-937786-76-6); R. L. Wolff, The Second Bulgarian Empire. Its origin and history to 1204, ed. Kroraina, Sofia, 2008.
  4. (en) INTERNATIONAL STUDENTS’ ARCHITECTURAL COMPETITION AND WORKSHOP ‘THE BALCHIK PALACE’, (site de l’Université libre de Varna, consulté le 31 juillet 2009).
  5. Cf. carte sur wikimapia.org (site consulté le 3 août 2009).
  6. La société Albena AD souhaite rénover et rouvrir l'aérodrome pour l'utiliser pendant une durée de 35 ans, afin d'attirer les compagnies aériennes à bas coût. Des négociations ont commencé début 2009 avec le ministère bulgare de la défense, propriétaire du site. Cf. Albena wants to take Airport Balchik on concession for 35 years (site News Guide Bulgaria, consulté le 3 août 2009).