Ballon de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ballon de rugby.
Ballon de rugby à XV Gilbert
Ballon de rugby à XV Mitre de la Fédération italienne de rugby à XV

La règle no 2 de l’IRB (International Rugby Board) définit le ballon de rugby à XV comme devant être « ovale et composé de quatre panneaux ».

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est William Gilbert (1799–1877), qui donne son nom à une célèbre marque d’équipements de rugby à XV, qui serait l’inventeur du ballon de rugby. L'emploi du conditionnel est de mise puisqu'il n'existe aucune source vérifiable et qu'à l'époque les fabricants font tous dans le football ; Mais le fait que ce cordonnier officie dans la célèbre ville de Rugby donne quelque crédibilité à cette version de l'histoire, savamment entretenue par la firme Gilbert elle-même.

Il opère dans une petite échoppe située au 19, High Street, reprise plus tard par Harry Gray et qui existe toujours.

Quand en 1823, William Webb Ellis s’empara, selon la légende, du ballon à la main et créa ainsi le rugby, c’est donc vraisemblablement un ballon de William Gilbert qu’il saisit. Ce ballon est fait de vessies de porc fraîches recouvertes d'une enveloppe de cuir faite de quatre panneaux ovoïdes.

Évolution de la forme[modifier | modifier le code]

Les premiers ballons de rugby sont donc plus ronds qu’ovales puisqu'ils sont au départ fait pour le football. D’ailleurs, en 1871, dans les premières règles de la Rugby Football Union, il n’est pas fait mention de la forme que doit avoir le ballon.

Ces premiers ballons sont très résistants et leur réputation dépasse largement les murs de la ville à tel point qu’en 1851 et 1862, Gilbert remporte des médailles à l’Exposition universelle de Londres. Quand William Gilbert meurt en 1877 et que son neveu James Gilbert lui succède, sa fabrique produit déjà 2800 ballons par an.

Mais ce ballon en cuir à base de vessies de porc est très tôt concurrencé par le caoutchouc. C’est Richard Lindop qui invente la vessie en caoutchouc en 1870 qui se gonfle avec une pompe. Cette invention est reprise et améliorée par Charles MacIntosh and Company.

En 1892, le ballon de rugby a enfin un forme fixe : il mesure alors de 11 à 11 pouces ¼ (1 pouce = 25,4 mm, soit de 279 à 286 mm) de long, 30 à 31 pouces de grand périmètre (de 762 à 787 mm), 25 ½ à 26 pouces (de 648 à 660 mm) de petit périmètre. Son poids est de 14 onces ½ (1 once = 28,35 g, soit 411 g environ).

Ces dimensions perdureront jusqu’en 1931, où, à l’initiative de l'amiral Sir Percy Royds qui souhaite faciliter le jeu à la main, le ballon s’allonge ! Pour cela, le petit périmètre (comprendre le périmètre du ballon en son centre) est réduit de 24 à 25 pouces ½.

Pendant plusieurs décennies c’est le statut quo qui domine ; le ballon en cuir est lisse et donc glissant ; De plus, lorsqu’il pleut il se gorge d’eau, augmentant ainsi considérablement son poids. Enfin, il se déforme assez facilement.

L’avènement du ballon synthétique dans les années 90 va donc révolutionner le rugby : diminution du nombre de fautes de mains d’où augmentation des temps de jeu ; Plus grande fiabilité du jeu au pied, d’où transformation des stratégies de jeu avec la prime au jeu au pied. D’ailleurs, pour à nouveau inciter les équipes à marquer des essais plutôt que de tenter des pénalités, l’IRB fit passer l’essai de 4 à 5 points en 1992.

La technologie du ballon dicte les changements de règles !

Depuis cette époque, l’arrivée de nouveaux fabricants, couplée à la création de nouvelles compétitions (Coupe du monde de rugby à XV, Coupe d'Europe, Super 15, Tri-nations), ont permis une ‘course à l’innovation’ du ballon de rugby. Ainsi, le ballon officiel de la Coupe du monde de rugby 2003 (Gilbert), aurait fait gagner 20 % de précision dans les tentatives de tirs au but alors que son aérodynamisme et sa composition amélioraient la longueur du coup de pied de 1,80 m.

Aujourd’hui, la règle no 2 de l’IRB spécifie, outre la forme :

Dimensions Longueur du grand axe : 280 à 300 mm
Circonférence (d’une extrémité à l’autre) : 740 à 770 mm
Petit périmètre : 580 à 620 mm

Masse 410 à 460 grammes.

Pression De 65,71 à 68,75 kilopascals.

Matériaux Cuir ou matériaux synthétiques similaires. Le matériau peut être traité pour rendre le ballon résistant à l’eau et plus facile à tenir en main.

Ces ballons sont désignés comme ayant une taille 5. L’IRB admet également l’existence d’autres ballons de taille plus petite pour les catégories d’âge.

Taille 4 : ballon destiné aux féminines et aux moins de 12 ans.

Taille 3 : ballon destiné aux enfants de moins de 10 ans

Taille 1 : mini-ballon de décoration non destiné au jeu.

Fabricants[modifier | modifier le code]

Adidas : La marque aux trois bandes équipe en ballon les clubs qu’elle habille ; Ainsi les All-Blacks ou le Stade français Paris jouent avec des ballons Adidas, mais elle équipe aussi la HCup, compétition qu'elle sponsorise.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Gilbert : Le précurseur a réussi à conserver sa place dominante et reste la marque référence. Elle équipe de nombreux clubs professionnels et équipes nationales (France, Angleterre, Écosse, Afrique du Sud, Argentine, Australie, Irlande, USA, Bayonne, Biarritz, Clermont, Cardiff, Leicester, Leinster, Racing…)

Summit : Marque australienne créée en 1991, d’abord spécialisée dans le football, elle se diversifie ensuite à plusieurs sports dont le rugby et devient un temps le fournisseurs des Wallabies, l’équipe nationale australienne, avant d’être détrônée par Gilbert.

Webb Ellis : Lancé en 2003 à Rugby, là où tout a commencé, la marque s’est rapidement imposé en remportant le marché de la H Cup et de la Fédération galloise de rugby (WRU).

Il existe d’autres marques comme Be Rugby Be, Eden Park , Kipsta, Mitre, Proact, Puma ou Ruckfield.

Innovations[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui les ballons sont généralement fabriqués de la façon suivante :

Enveloppe extérieure : Généralement fait de caoutchouc. Il est couvert de picots, appelé grip, favorisant l’adhérence du ballon dans la main.

Composant du ballon : Combinaison de couches poly-coton additionnées de polymères pour favoriser la constance de la forme, le rebond et gagner en distance

Assemblage : Il se fait avec un fil polyester très résistant et raide pour éviter que le ballon ne se déforme.

La dernière innovation en date est signée Summit avec son ‘Dual Valve’ : au lieu de n’avoir qu’une seule valve pour gonfler le ballon (situé au-dessus du ballon), Summit a eu l’idée de placer deux valves à chaque extrémité du ballon qui lui confère, selon le fabricant, un équilibrage parfait et une centralisation des masses. Toujours selon Summit, la distance sur un coup de pied est améliorée de 14 %.

Compétitions[modifier | modifier le code]

Quelles marques sont utilisées pour quelles compétitions importantes:

Coupe d'Europe : Adidas

Coupe du monde

1987 : Mitre
1991 : Adidas
1995 : Gilbert
1999 : Gilbert
2003 : Gilbert
2007 : Gilbert
2011 : Gilbert
2015 : Gilbert

Super 15 : Gilbert

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, le ballon de rugby déborde très largement le cadre de son utilisation première et sert de support à de nombreux produits dérivés.

Outre les ballons replica, les ballons en cuir reviennent en force mais cette fois-ci comme objet décoratif pour les nostalgiques.

Le ballon de rugby est aussi devenu ‘stress ball’, support publicitaire, mini-ballon pour les collectionneur, hochet pour les bébés et même des tables basses !

On retrouve aussi le ballon de rugby en finition des appuie-têtes des Peugeot 106, 206 et 306 dans leur édition "Eden Park".

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]