Ballet mécanique (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le ballet de George Antheil, voir Ballet mécanique.

Ballet mécanique est un film expérimental dadaïste post-cubiste français de Dudley Murphy et de Fernand Léger réalisé en 1924 d'après le ballet au titre homonyme du compositeur américain George Antheil.

Le film est considéré comme l'un des chefs-d'œuvre de cinéma expérimental et est le premier film sans réel scénario.

Liminaire[modifier | modifier le code]

Le film a un titre alternatif inscrit sur un carton au début du film, Charlot présente le ballet mécanique. Charlot est le patronyme d'André Charlot, producteur de film, et également le surnom de Charlie Chaplin. Le film débute en effet par une animation abstraite d'un personnage qui peut faire penser à cet artiste par le chapeau melon et la canne emblématiques de son personnage de Charlot.

Historique[modifier | modifier le code]

Le film devait utiliser la partition de George Antheil. Cependant, il n'y eut quasiment pas de coordination entre les différents créateurs de l'œuvre et, finalement, suite à de nombreux désaccords, la partition ne correspondit pas au film. De plus, la partition originale d'Antheil couvrait trente minutes alors que le film totalise une durée de seulement seize minutes. Le film est finalement sorti sans musique originale.

Le 25 août 2000, une copie du film réalisée par Paul Lehrman a été présenté au public accompagné de sa bande son au Cultuurmarkt van Vlaanderen à Anvers, en Belgique.

Actuellement, le film et le ballet sont considérés comme étant deux œuvres distinctes.

Argument[modifier | modifier le code]

Le film est un kaléidoscope d'images présentées sur une bande son énergique. Une jeune femme dans un jardin se balance sur une balançoire, une autre sourit. Des cylindres, des pistons, des engrenages et des turbines tournent ou sont en perpétuel mouvement. Des ustensiles de cuisine — casseroles, couvercles de casseroles et entonnoirs — sont disposés en cercles concentriques ou en ligne, au-dessus desquels des voitures passent. Maintes et maintes fois, une femme corpulente portant un gros sac sur son épaule monte les escaliers. Un personnage de dessin animé Art déco apparaît, dansant. C'est un monde tout en mouvement, dominé par des images mécaniques et répétitives, avec seulement quelques moments de solitude dans un jardin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Fernand Léger (1938)

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnalités créditées
Personnalité non créditée

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Ballet mécanique est le seul film réalisé par l'artiste Fernand Léger.
  • L'intérêt que le film porte sur le monde mécanique révèle la fascination des artistes modernes pour la science et la technologie ainsi que leur désillusion envers la modernité. Dans le Ballet, les instruments mécaniques, y compris les pianos mécaniques, les hélices d'avion, les cloches électriques, les fouets métalliques, les entonnoirs, les pots en cuivre et les couvercles prennent la place de danseurs.
  • Les images, qui alternent une série de mouvements répétitifs, tant exécutés par des humains que par des outils et machines, expriment avec éloquence la structure et les répétitions inhérentes à la vie quotidienne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • George Antheil, introduction par Charles Amirkhanian, Bad boy of music, New York : Da Capo Press, 1981, 378 p., réimpression de l'édition de 1945 (ISBN 0-306-76084-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]