Ballens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ballens
Blason de Ballens
Héraldique
Ballens vu du nord
Ballens vu du nord
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Morges
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Froideville
Communes limitrophes :
Mollens, Apples, Yens, Bière, Berolle
Syndic François Simon
Code postal 1144
N° OFS 5423
Démographie
Gentilé Les Ballentsards
Population 475 hab. (31 décembre 2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 14″ N 6° 22′ 26″ E / 46.554, 6.374 ()46° 33′ 14″ Nord 6° 22′ 26″ Est / 46.554, 6.374 ()  
Altitude 710 m
Superficie 848 ha = 8,48 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Ballens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Ballens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Ballens
Liens
Site web www.ballens.ch
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Ballens est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Morges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ballens est traversée par le Veyron et le Boiron y prend sa source. Elle contient deux localités : Ballens et Froideville, ainsi que les pâturages du Pré de Ballens et Druchaux, siège de la réserve naturelle du Creux d'Enfer[3].

Monuments[modifier | modifier le code]

Temple réformé. Ancienne église Saint-Maurice, attestée en 1139. Le clocher-porche construit en 1715 a été remplacé en 1937-1938[4]. Classée monument historique en 1955[5].

Ecole (1843-1844) par les architectes lausannois Henri Perregaux et Achille de La Harpe[6]. Protection générale en 1993[7].


Sociétés locales[modifier | modifier le code]

La commune abrite deux sociétés de tir à 300 m, l'« Abbaye suisse indépendante » et la société « Aux Armes de Guerre », ainsi que des clubs de judo de ski et de football. Elle compte également un chœur mixte et une société de Jeunesse

Transports[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Besson, Histoire de la Côte et des deux Montagnes de la commune de Ballens, Reverolle,‎ 1995

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2011 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 28 septembre 2012)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Frédéric Besson, « Ballens » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 11 février 2005.
  4. Guide artistique de la Suisse, Société d'histoire de l'art en Suisse,‎ 2011 (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 316
  5. « Fiche de recensement 1 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  6. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 »,‎ 2007 (ISBN 978-2-88454-131-4), p. 337 et suiv.
  7. « Fiche de recensement 69 », sur recensementarchitectural.vd.ch

Sur les autres projets Wikimedia :