Cartouche à blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Balle à blanc)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balle.
Cartouches à blanc de Yugoslavian 7,9 mm (7,92 × 57 mm ou 8 × 57 Mauser), pour M48 (copie yougoslave du K98k).

Une cartouche à blanc, ou munition à blanc, est une munition de petit calibre ne comportant pas de projectile (tel qu'une balle). L’expression « balle à blanc » est très usitée pour désigner ce type de munition, mais néanmoins elle est techniquement illogique étant donné que le mot « balle » désigne le projectile lui-même, dont une cartouche à blanc est par nature dépourvue.

Une cartouche à blanc contient une charge de poudre (souvent réduite) dans un étui habituellement en plastique (armes de tir) ou en laiton (armes d'alarme). Ces cartouches sont souvent de couleurs différentes des vraies cartouches afin de pouvoir la différencier d'une cartouche à balle réelle.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les militaires utilisent des cartouches à blanc pour l'entraînement des troupes, ainsi que lors de manifestations militaires publiques ou de reconstitutions historiques, ou encore lors des cérémonies commémoratives ou des funérailles militaires.

L'utilisation d'armes à blanc est également fréquente lors des tournages de cinéma et de télévision.

Elles sont aussi utilisées lors de la constitution des pelotons d'exécution : toutes les armes utilisées sont chargées à balle réelle, sauf une, chargée à blanc, de sorte que chacun des tireurs puisse douter qu'il ait réellement tué le condamné[1].

Danger[modifier | modifier le code]

Bien que les cartouches à blanc soient dépourvues de tout projectile, leur utilisation n'est pas sans danger  : à courte distance ou à bout touchant, ces munitions sont capables d'occasionner des blessures graves ou même de tuer  : l'arme projette des gaz brûlants et des déchets de poudre incandescents, à grande vitesse, susceptibles d'occasionner de graves brûlures. En 1984, l'acteur Jon-Erik Hexum fut ainsi tué par un tir de cartouche à blanc.

Il est également possible qu'un projectile déjà présent dans l'arme (par exemple après un tir raté avec une cartouche ordinaire) puisse être éjecté par la mise à feu d'une cartouche à blanc. C'est de cette manière qu'est décédé l'acteur Brandon Lee en 1993.

Enfin, la confusion entre cartouches réelles et à blanc peut entraîner des accidents. Par exemple, en 2008 à Carcassonne, lors d'une journée portes ouvertes au 3e RPIMa, s'est produit un accident faisant 16 blessés : un chargeur à blanc ayant été accidentellement remplacé par un chargeur à balles réelles.

L'usage des cartouches à blanc doit donc être fait sous sécurité.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]