Ballée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ballée
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Château-Gontier
Canton Grez-en-Bouère
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Meslay-Grez
Maire
Mandat
poste vacant
2014-2020
Code postal 53340
Code commune 53017
Démographie
Gentilé Balléens
Population
municipale
727 hab. (2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 57″ N 0° 24′ 58″ O / 47.9325, -0.41611147° 55′ 57″ Nord 0° 24′ 58″ Ouest / 47.9325, -0.416111  
Altitude Min. 37 m – Max. 88 m
Superficie 14,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de Mayenne
City locator 14.svg
Ballée

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de Mayenne
City locator 14.svg
Ballée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ballée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ballée

Ballée est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 727 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Ballée est située à 33 kilomètres au sud-est de Laval, à 15 kilomètres au nord-ouest de Sablé-sur-Sarthe et à 13 kilomètres à l'est de Grez-en-Bouère, son chef-lieu de canton.

La commune est environnée de pâturages. Elle est arrosée par l'Erve, qui la traverse du nord au sud en la partageant en deux parties d'égale étendue. Son altitude culmine à 88 mètres vers le logis de Linières.

Communes limitrophes de Ballée[1]
Chémeré-le-Roi Chémeré-le-Roi, Saulges Saulges
Préaux Ballée[1] Saulges,
Épineux-le-Seguin
Beaumont-Pied-de-Bœuf Beaumont-Pied-de-Bœuf,
Auvers-le-Hamon (Sarthe)
Auvers-le-Hamon (Sarthe),
Épineux-le-Seguin (enclave)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Balai au XIe siècle et Ballaye en 1304[2]. Il serait issu d'un anthroponyme latin tel que *Ballus[2].

Les habitants de Ballée s'appellent les Balléens[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

L'église de Ballée est mentionnée, dès le XIe siècle, sous le nom de Capella de Balai. Au cours du dernier quart de ce siècle, elle appartenait à des laïques ; elle était desservie, au titre de simple chapelle par un prêtre, Hardouin, qui devint moine à l'abbaye de Marmoutier de Tours.

La possession de l'église de Ballée par Hamelin d'Anthenaise peut expliquer la mouvance de ce fief dans la châtellenie de Bazougers. Les premiers seigneurs d'Anthenaise furent également seigneurs de Ballée, de Bouère et de Bazougers ; la suzeraineté de cette dernière châtellenie sur Ballée a pu être obtenue, soit à la suite d'un partage dans la famille, soit d'une inféodation au bénéfice d'un vassal. Le seigneur de Ballée — qui habitait le château de Linières — jouissait du droit de créer les officiers pour exercer sa juridiction ordinaire ; il était tenu de veiller à l'entretien des chemins. En 1474, il fut accusé, devant le juge du Maine, d'avoir converti à son usage certains subsides « qu'il levait pour la réparation des arches sur le grand chemin » et, en 1756, « de l'avoir endommagé en élévant l'écrille de son moulin ».

En 1434, les paroissiens payaient, leur « appâtis » aux Anglais de Sainte-Suzanne ; ils leur fournissaient douze pipes de vin de leur cru. D’octobre à décembre 1639, une épidémie sévit sur la région ; « on n'enregistra même plus les décès trop multipliés ».

Révolution française[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Ballée.

Le 24 mai 1790, la garde nationale de Ballée prêtait le serment civique sur l'autel de la Patrie érigé en cette circonstance dans une allée du château de Linières. Dès septembre 1790, elle osa offrir son adhésion formelle aux pères de la patrie. Après la bataille du Mans, la commune de Ballée fait fusiller six prisonniers vendéens[4] En 1794, le maire et son épouse furent tués par les Chouans. À compter de cette date, on fortifia le bourg et on acheta deux canons « pesant chacun trente livres... » Le département qui voulut s'approprier ces armes dut y renoncer car « l'incorruptible commune de Ballée se déclara prête à se soulever pour les conserver ».

Ballée est considérée en 1795 comme une place-forte des démocrates[5].

Contrairement à la plupart des communes de l'arrondissement de Château-Gontier, Ballée ne faisait pas partie de l'Anjou, mais du Maine. La paroisse était néanmoins située dans le pays d'élection de La Flèche[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[7],[8]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Pierre Choltière    
1793  ? Charles Haran    
11/1795  ? Goupil    
01/1796  ? Cholthière    
1798 1804 Lebreton    
1821  ? Nourry    
1835 1836 Lebreton    
1840  ? Leroux    
1850  ? Delahaie    
1855 1873 Troussard    
1873 1876 Lebreton    
1876 1879 Prodhomme    
1897  ? Troussard    
         
1953 juin 1967 Guy Baffet   Notaire, décédé en cours de mandat
juillet 1967 1989 Paul Robert   Minotier
1989 mars 2001 André Fournier   Agriculteur, directeur de la caisse locale du Crédit agricole
mars 2001 mars 2014 Louis Dubois   Agriculteur retraité
mars 2014[9] avril 2014[10] Marcelin Huet   Militaire retraité. Démissionnaire


Au 30 mars 2014, le conseil municipal de Ballée est composé de douze membres, dont le maire et quatre adjoints, alors même qu'il devrait théoriquement en comporter quinze[9]. Lors des élections municipales de 2014, seuls quatorze candidats se sont présentés. Ils ont tous été élus au premier tour[11], mais parmi eux, deux ont démissionné quelques jours plus tard. Le maire lui-même démissionne trois semaines plus tard, provoquant de nouvelles élections pour l'été 2014[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 727 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Ballée[13]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

La population de Ballée a compté jusqu'à 1 116 habitants en 1851, avant de connaître un déclin continu, comme beaucoup de communes rurales, pendant plus d'un siècle, pour cause d'exode rural. Ce déclin a pris fin dans les années 1970, et depuis une vingtaine d'années, la population de Ballée tend à remonter assez nettement, sous les effets conjugués du relatif dynamisme économique et de la natalité assez soutenue qui caractérisent le secteur.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
763 695 811 828 838 917 1 016 1 105 1 116
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 082 1 042 1 029 943 903 906 897 899 840
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
805 761 741 728 698 651 624 666 627
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
606 624 584 592 586 665 719 737 729
2011 - - - - - - - -
727 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Ballée est une commune rurale. Les agriculteurs y pratiquent la polyculture et l'élevage des bovins et des porcins. Cependant, la commune n'a pas qu'une vocation agricole. Elle connaît également une activité industrielle assez importante, puisque trois usines spécialisées dans la plasturgie y sont implantées, procurant un emploi à de nombreux habitants des alentours. Ballée a aussi une épicerie, un bar-tabac et une boulangerie.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Alerte sportive de Ballée fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  3. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 12 juillet 2010).
  4. Élie Fournier, La Terreur bleue, p.156.
  5. Dom Piolin, L'Église du Mans durant la Révolution, Le Mans, librairie-éditeur Leguicheux-Gallienne, 1869, p. 263.
  6. Jean-Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Desaint et Saillant,‎ 1768
  7. « Les maires de Ballée » (consulté le 12 juillet 2010)
  8. Sources : Dictionnaire de la Mayenne de l'abbé Angot, tome 1, page 146.
  9. a et b « Marcellin Huet est le nouveau maire avec 10 voix sur 12 », sur Ouest-france.fr (consulté le 8 avril 2014)
  10. Marcelin Huet a cessé ses fonctions de maire
  11. Résultat des élections municipales de 2014
  12. « Conseil municipal de Ballée. Le maire Marcelin Huet démissionne », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 avril 2014)
  13. Date du prochain recensement à Ballée, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  16. « Stalles », base Palissy, ministère français de la Culture.
  17. « Château des Linières », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Site officiel de la Ligue du Maine – Al. Sp. Ballée » (consulté le 23 février 2014)