Baldellia ranunculoides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Baldellia ranunculoides, aussi appelée alisma fausse-renoncule[1], flûteau fausse-renoncule[1] ou plantain d’eau fausse-renoncule, est une espèce de plante aquatique du genre Baldellia de la famille des alismatacées, originaire d'Europe et d'Afrique du Nord.

Description morphologique[modifier | modifier le code]

Fleurs de Baldellia ranunculoides

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Cette plante vivace à rhizome court atteint de 10 à 60 cm de hauteur[1]. Elle possède des feuilles glabres de forme linéaire, légèrement engainantes, disposées en rosette.

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Diagramme floral de Baldellia ranunculoides

Les fleurs présentent 3 petits sépales et 3 pétales non soudés, entièrement blancs, entièrement roses, ou blancs à la base et roses sur la partie supérieure. Les organes reproducteurs sont composés de 6 étamines et de nombreux carpelles à un seul ovule. Les fruits sont des akènes.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition de Baldellia ranunculoides couvre l'ouest et le sud de l'Europe, atteignant au nord le Royaume-Uni et la Norvège, à l'est la Grèce et Chypre, au sud l'Afrique du Nord (du Maroc à la Tunisie).

Cette plante est caractéristique de certaines communautés végétales amphibies pérennes septentrionales (Littorelletalia), plus précisément des gazons des bordures d'étangs acides en eaux peu profondes et des gazons des berges tourbeuses en eaux peu profondes (Hydrocotylo-Baldellion)[2].

Classification et systématique[modifier | modifier le code]

Description de l'espèce[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite en par Carl von Linné sous le nom Alisma ranunculoides[3] dans son ouvrage Species Plantarum de 1753[4]. Elle a été rebaptisée Baldellia ranunculoides par Filippo Parlatore en 1854 dans Nuovi Generi e Nuove Specie di Piante Monocotiledoni[3].

D'autres appellations ont été proposées pour cette espèce : George Engelmann proposa en 1864 le nom Echinodorus ranunculoides dans Flora der Provinz Brandenburg[5], et Carl Ernst Otto Kuntze proposa Sagittaria ranunculodes dans son ouvrage Revisio Generum Plantarum, en 1898, mais cette dernière appellation est considérée comme totalement invalide (nomen illegitimum)[6].

Liste de sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (27 avr. 2010)[7] :

  • Baldellia ranunculoides subsp. cavanillesii Molina Abril, A.Galán et J.M.Pizarro, 1994
  • Baldellia ranunculoides subsp. ranunculoides
  • Baldellia ranunculoides subsp. repens (Lam.) Á.Löve et D.Löve, 1961

Menaces et protection[modifier | modifier le code]

En France, cette espèce est protégée depuis 1988 dans la région Champagne-Ardenne[8], depuis 1990 dans la région Haute-Normandie[9] et depuis 1992 dans les régions Bourgogne et Franche-Comté[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c HYPPA, « Baldellia ranunculoides (L.) Parlatore », sur http://www.dijon.inra.fr, Unité de Malherbologie & Agronomie INRA-Dijon,‎ 2000 (consulté le 21 juillet 2011)
  2. Corine Biotope, « 22.Eaux douces stagnantes ; voir les paragraphes 22.313 et 22.314 », sur http://in2000.kaliop.net, École Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (consulté le 21 juillet 2011)
  3. a et b « Baldellia ranunculoides (L.) Parl. », sur http://www.tropicos.org, Missouri Botanical Garden (consulté le 20 juillet 2011)
  4. The International Plant Names Index, « Alismataceae Alisma ranunculoides L. », sur http://www.ipni.org, the Plant Names Project (consulté le 20 juillet 2011)
  5. « Echinodorus ranunculoides (L.) Engelm. », sur http://www.tropicos.org, Missouri Botanical Garden (consulté le 20 juillet 2011), appellation synonyme mais non valide
  6. « Sagittaria ranunculodes (L.) Kuntze », sur http://www.tropicos.org, Missouri Botanical Garden (consulté le 20 juillet 2011)
  7. Kew Garden « World Checklist », consulté le 27 avr. 2010
  8. Journal Officiel de la République française, « Arrêté du 8 février 1988 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Champagne-Ardenne complétant la liste nationale », sur http://www.legifrance.gouv.fr, Légifrance (consulté le 21 juillet 2011)
  9. Journal Officiel de la République française, « Arrêté du 3 avril 1990 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Haute-Normandie complétant la liste nationale », sur http://www.legifrance.gouv.fr, Légifrance (consulté le 21 juillet 2011)
  10. Journal Officiel de la République française, « Arrêté du 27 mars 1992 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Bourgogne complétant la liste nationale », sur http://www.legifrance.gouv.fr, Légifrance (consulté le 21 juillet 2011)
  11. Journal Officiel de la République française, « Arrêté du 22 juin 1992 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Franche-Comté complétant la liste nationale », sur http://www.legifrance.gouv.fr, Légifrance (consulté le 21 juillet 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]