Baker-Brook

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Baker Brook)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le village canadien. Pour la localité du même nom, voir Paroisse de Baker-Brook. Pour les autres significations, voir Baker.
Baker-Brook
Image illustrative de l'article Baker-Brook
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Madawaska
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Francine Carron
2012-2016
Fondateur
Date de fondation
John Baker
1820
Constitution 1967
Démographie
Population 585 hab. (2011 en augmentation)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 05″ N 68° 30′ 39″ O / 47.30138889, -68.5108333347° 18′ 05″ Nord 68° 30′ 39″ Ouest / 47.30138889, -68.51083333  
Altitude Min. 150 m – Max. 312 m
Superficie 1 229 ha = 12,29 km2
Divers
Langue(s) Français (officielle)
Fuseau horaire UTC-4
Code géographique 1313035
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Baker-Brook

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Baker-Brook

Baker-Brook (littéralement Rivière-Baker) est un village canadien du comté de Madawaska, au nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Le village comptait 599 habitants en 2001.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le village est nommé ainsi en l'honneur de John Baker (1796-1868). Le village porta à l'origine le nom de Chatauqua, donné par un prêtre, puis de Sainte-Émilie. Le bureau de poste et donc le village porte le nom de Baker's Creek entre 1847 et 1851, de Baker's Brook de 1851 jusqu'aux environs de 1885 et enfin de Gagnon jusqu'en 1893, en l'honneur du maître des postes Jean Gagnon. Le village prend son nom actuel vers 1893[1]. Un trait d'union est ajouté au nom officiel du village le 9 septembre 2009, afin de respecter les règles toponymiques françaises[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Baker-Brook dans le comté de Madawaska.

Situation[modifier | modifier le code]

Le village de Baker-Brook est situé au confluent de la rivière Baker et du fleuve Saint-Jean, à la frontière avec l'état américain du Maine. Le territoire du village est plat, situé dans une vallée au milieu des Appalaches. La Grande Montagne, culminant à 312 mètres, s'élève au nord-est du village. plusieurs îles se trouvent dans le fleuve au niveau du village, telles que la Troisième Île, la Cinquième Île, l'île Baker, l'île Daigle et l'île à la Tortue. Baker-Brook a une superficie de 12,40 kilomètres carrés[3].

Baker-Brook est généralement considéré comme faisant partie de l'Acadie[4], quoique l'appartenance des Brayons à l'Acadie fasse l'objet d'un débat[5].

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 238 logements privés en 2006, dont 220 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 68,2 % sont individuels, 15,9 % sont jumelés, 0,0 % sont en rangée, 0,0 % sont des appartements ou duplex et 6,8 % sont des immeubles de moins de cinq étages. Enfin, 4,5 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 79,5 % des logements sont possédés alors que 20,5 % sont loués. 13,6 % ont été construits avant 1986 et 15,9 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,3 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 88 253 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Baker-Brook est fondé en 1820 ou peu après par un groupe d'immigrants américains sous la supervision de John Baker[7]. Dès la fondation, l'économie est fondée sur l'exploitation forestière et l'agriculture[7]. Un premier bureau de poste est ouvert en 1848[8]. En 1898, Baker-Brook compte aussi un magasin, un hôtel et une scierie[8]. Baker-Brook est constitué en municipalité le 2 octobre 1967[9].

Lors de l'élection du 12 mai 2008, les quatre conseillers municipaux sont élus par acclamation tandis que Gilles Charette remporte le poste de maire face à la candidate Francine Caron[10].

Le maire Gilles Charette ainsi que deux conseillers démissionnent en février 2009 et le village doit alors être placé sous tutelle du ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick ; selon Radio-Canada, des problèmes internes et des conflits de personnalités seraient à l'origine de cette situation. La nouvelle mairesse, Francine Caron, est élue par acclamation lors d'une élection partielle tenue le 11 mai 2009 ; deux conseillers sont également élus par acclamation[11]. Le conseiller Michel Joseph Bouffard est quant à lui élu par acclamation lors d'une autre élection partielle tenue le 26 octobre suivant[11].

Baker-Brook est l'une des localités organisatrices du Ve Congrès mondial acadien en 2014[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le village comptait 525 habitants en 2006, soit une baisse de 12,4 % en 5 ans[3]. Il y avait alors en tout 220 ménages dont 170 familles[6]. Les ménages comptaient en moyenne 2,4 personnes tandis que les familles comptaient en moyenne 2,7 personnes[6]. Les ménages étaient composés de couples avec enfants dans 25,0 % des cas, de couples sans enfants dans 34,1 % des cas et de personnes seules dans 22,7 % des cas alors que 15,9 % des ménages entraient dans la catégorie autres (familles monoparentales, colocataires, etc.)[6]. 55,9 % des familles comptaient un couple marié, 26,5 % comptaient un couple en union libre et 20,6 % étaient monoparentale[6]. Dans ces dernières, une femme était le parent dans 42,9 % des cas[6]. L'âge médian était de 40,7 ans, comparativement à 41,5 ans pour la province[3]. 81,9 % de la population était âgée de plus de 15 ans, comparativement à 83,8 % pour la province[3]. Les femmes représentaient 50,0 % de la population, comparativement à 51,3 % pour la province[3]. Chez les plus de 15 ans, 37,2 % étaient célibataires, 44,2 % étaient mariés, 5,8 % étaient séparés, 5,8 % étaient divorcés et 9,3 % étaient veufs[3]. De plus, 20,9 % vivaient en union libre[3].

Évolution démographique de Baker Brook depuis 1981
1931 1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
1 325 527 534 649 629 599 525 585
(Sources : [13],[14],[15],[3])


Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de quatre conseillers[9].

Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[9]. Deux conseillers, dont Suzanne Morneault, démissionnent par la suite[réf. nécessaire]. Une élection partielle a lieu le 13 mai 2013 mais il n'y a aucun candidat[16]. Un troisième conseiller, Émillien Bonenfant, démissionne le 23 mai 2013, forçant la mise sous tutelle du village[réf. nécessaire]. Un nouveau conseil est élu par acclamation lors d'une élection partielle tenue le 28 octobre suivant[16]. La tutelle se termine a leur assermentation en novembre[réf. nécessaire].

Conseil municipal 2012-2016
Fonctions Nom(s)
Mairesse Francine Caron
Conseillers Ronald Beaulieu, Cynthia Bélanger, Michel Bouffard et John Marchand.
Liste des maires successifs de Baker-Brook
Parti Mandat Nom
     Indépendant 196?-1995 Rosaire Pinette[17],[18]
     Indépendant 1995-1998 Bruce D. Saucier
     Indépendant 1998-2008 Georges Michaud
     Indépendant 2008-2009 Gilles Charette
     Gouv. du Nouveau-Brunswick 2009-2009 Tutelle
     Indépendant 2009-2013 Francine Caron
     Gouv. du Nouveau-Brunswick 2013-2013 Tutelle
     Indépendant 2013-en cours Francine Caron

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Baker-Brook fait partie de la Région 1[19], une commissions de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[20]. Baker-Brook est représenté au conseil par son maire[21]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[22].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Baker-Brook est membre de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick[23].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick : Baker-Brook fait partie de la circonscription provinciale de Madawaska-les-Lacs, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Yvon Bonenfant, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada : Baker-Brook fait partie de la circonscription fédérale de Madawaska—Restigouche, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Jean-Claude D'Amours, du Parti libéral. Il fut élu lors de la 38e élection générale, en 2004, puis réélu en 2006 et en 2008.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Madawaska, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[24].

J.D. Irving opère une scierie à Baker-Brook, traitant le cèdre. Il y a une succursale de la Caisse populaire Trois-Rives, basée à Edmundston et membre des Caisses populaires acadiennes[25].

Évolution du taux de chômage à Baker-Brook
Sources[26],[27],[28]:

Vivre à Baker Brook[modifier | modifier le code]

Baker-Brook possède une caserne de pompiers ainsi que plusieurs commerces, un bureau de poste et une église. Il y a aussi un foyer de soins agréé, le foyer Sainte-Elizabeth. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Clair. Le poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick le plus proche est plutôt à Edmundston. L'hôpital régional d'Edmundston dessert la région.

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Ils ont aussi accès aux hebdomadaires Le Madawaska et La République, d'Edmundston. Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et The Daily Gleaner, publié à Fredericton.

Religion[modifier | modifier le code]

L'église catholique romaine Saint-Cœur-de-Marie est le siège de la paroisse du même nom. Elle fait partie de l'unité pastorale l'Emmanuel, elle-même comprise dans le diocèse d'Edmundston[13].

La construction de la première église est autorisée en 1916[13]. Baker-Brook devient une mission de la paroisse de Saint-Hilaire en 1917[13]. La paroisse Saint-Cœur-de-Marie est érigée en 1925[13]. L'église actuelle est inaugurée en 1927[13]. Les Franciscains ont la charge de la paroisse de 1940 à 1998[13]. L'école est prise en charge par les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal en 1943; elles quittent en 1976[13]. Les Sœurs grises prennent en charge la maison des pauvres, désormais le Foyer Saint-Elisabeth, entre 1944 et 1984[13]. Val-Lambert et Val-Nadeau sont des missions de Baker-Brook de 1949 à 1975[13].

Missionnaires

Curés résidents

  • Wilfrid Lagacé, 1925-1931
  • Albert Poirier, 1931-1940

Curés titulaires

  • Joachim Monfette, 1940-1942
  • Stanislas Ferland, 1942-1945
  • Pascal Provost, 1945-1948
  • Florian Philibert, 1948-1951
  • Ludolphe Ayotte, 1951-1954
  • Hughes Beauregard, 1954-1960
  • Onésime Lamontagne, 1960-1962
  • Théophile Charland, 1962-1966
  • Augustin Laneville, 1966-1975
  • Joseph Moisan, 1975-1978

Curés résidents

  • Jacques Thériault, 1998-2006
  • Whalen Bossé, 2006-

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Baker-Brook est officiellement francophone[29] puisque moins de 20 % de la population parle l'anglais.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Jesse Wheelock Baker (1854, 19??), marchand, inspecteur forestier et homme politique, né à Baker-Brook.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Baker-Brook Paroisse de Baker-Brook Paroisse de Saint-Hilaire Rose des vents
Paroisse de Baker-Brook N Paroisse de Saint-Hilaire
O    Clair    E
S
fleuve Saint-Jean
Maine Maine

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975, p. 43.
  2. Mark Barbour, « Huit localités du Nouveau-Brunswick changent de nom », sur Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick,‎ septembre 2009 (consulté le 28 septembre 2009)
  3. a, b, c, d, e, f, g et h « Profils des communautés de 2006 - Baker Brook - Population », sur Statistique Canada (consulté le 2 novembre 2011).
  4. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  5. Jacques Paul Couturier, « La République du Madawaska et l'Acadie : la construction identitaire d'une région néo-brunswickoise au XXe siècle », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 56, no 2,‎ Automne 2002, p. 153-184 (lire en ligne).
  6. a, b, c, d, e et f « Profils des communautés de 2006 - Baker-Brook - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  7. a et b (en) William Gagnong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 114.
  8. a et b « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Baker-Brook », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 1er novembre 2011).
  9. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  10. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  11. a et b « Événements électoraux locaux de 2009 », sur Élections N.-B. (consulté le 12 octobre 2011)
  12. « Programme officiel » [PDF], sur Congrès mondial acadien 2014 (consulté le 11 août 2014)
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Baker-Brook: Saint-Coeur-de-Marie », sur Diocèse d'Edmundston (consulté le 4 janvier 2011).
  14. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 2 novembre 2011).
  15. « Profils des communautés de 1996 - Baker Brook - Population », sur Statistique Canada (consulté le 2 novembre 2011).
  16. a et b « Événements électoraux locaux de 2013, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 28 mai 2014)
  17. « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  18. « Rapport du directeur des élections municipales sur les élections triennales municipales et des conseils scolaires le 8 mai 1989 », sur Élections N.-B. (consulté le 2 juin 2014)
  19. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) » (consulté le 9 novembre 2012).
  20. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  21. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  22. « Services obligatoires », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  23. « Liste des municipalités membres », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 17 novembre 2011).
  24. « Territoire desservi », sur Entreprise Madawaska (consulté le 8 novembre 2012).
  25. « Caisse populaire Trois Rives », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 30 décembre 2010).
  26. « Profils des communautés de 1996 - Baker-Brook - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 février 2012).
  27. « Profils des communautés de 2001 - Baker-Brook - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 février 2012).
  28. « Profils des communautés de 2006 - Baker-Brook - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 février 2012).
  29. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975