Baie des Trépassés (Cap Sizun)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baie des Trépassés
La baie des Trépassés
La baie des Trépassés
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau de la France France
Géographie physique
Type Baie
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 48° 02′ 53″ N 4° 42′ 53″ O / 48.048136, -4.71485148° 02′ 53″ Nord 4° 42′ 53″ Ouest / 48.048136, -4.714851  

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Baie des Trépassés

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Baie des Trépassés

La baie des Trépassés est enserrée entre la pointe du Raz et la Pointe du Van, et se trouve sur les communes de Plogoff et de Cléden-Cap-Sizun (territoire du Cap Sizun). Son rivage forme une longue plage de sable reliant les deux pointes. La Baie des Trépassés est partie intégrante du Grand Site de France et à ce titre sa protection et sa gestion sont assurées par le Syndicat mixte pour l'aménagement et la protection de la Pointe du Raz et du Cap Sizun.

Éléments géographiques et étymologiques[modifier | modifier le code]

Carte de la mer d'Iroise avec la baie des Trépassés à proximité de la pointe du Raz.

L'origine de son nom Bae an Anaon en Breton, cette plage a triste réputation : une légende raconte qu'autrefois les cadavres des naufragés s'y échouaient fréquemment. Mais les courants s'opposent et cette plage doit son nom sinistre à une erreur de traduction : elle s'appelait à l'origine Bae an Avon, la baie de la rivière. Mais l'erreur contribue fortement à la légende.

L'une des hypothèses avancées est liée à l'histoire malheureuse de l'activité maritime de passage ou de pêche côtière dans les parages du Raz de Sein. La configuration des courants de marée et les vents dominants de secteur ouest repoussaient en effet les corps des marins naufragés sur la plage - bien que les courants s'opposent, comme il a été précédemment dit.

Une autre explication ferait revenir aux naufrageurs locaux l'origine de ce nom.

Enfin, une tradition celtique rapporte que cette baie était le lieu d'embarquement des druides morts en partance pour l'île de Sein[1].

La baie, ouverte plein ouest face à l'Atlantique et recevant tout au long de l'année un vent assez fort, parfois violent assorti d'une grosse houle déferlante, constitue un spot de surf assez réputé dans toute la Bretagne.

Références[modifier | modifier le code]

L'écrivain breton Anatole Le Braz (1859-1926), dans un récit intitulé Impressions de Bretagne, le pays funèbre, daté de 1896 et figurant dans le recueil Impressions de Bretagne édité en 2004 par An Here, décrit la baie de Trépassés dans les termes suivants:

« Rien ne saurait rendre l'impression d'infinie solitude, de veuvage, de néant, que donne, l'hiver, cette "baie des Âmes", boé an anaon, comme l'appellent les Bretons, en leur langue, d'un mot sourd et plaintif, emprunté, dirait-on, au vocabulaire de l'au-delà. La puissante lamentation de la mer, tantôt éclatait en sanglots, tantôt se traînait en longs gémissements... »

Catherine Arley a écrit un roman à suspense qui se situe dans ce cadre : Les Beaux Messieurs font comme ça / La Baie des Trépassés (Nalis, 1968). Ce roman à succès est traduit dans plusieurs langues.

Légendes et croyances populaires[modifier | modifier le code]

Selon une croyance bretonne, durant la nuit de Noël, la baie des Trépassés résonnerait des chants des âmes en peine qui sont ballotées sur le bateau des morts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marion Grégoire, Jean-Paul Labourdette, France, Petit Futé,‎ 2008, p. 255

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]