Baie de Porcupine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La baie de Porcupine est un bassin sédimentaire sous-marin situé au large (Sud-ouest) de l'Irlande en bordure du plateau continental de l'Atlantique Nord-Est.

Bathymétrie de l'atlantique Nord-Est, avec localisation du banc de Porcupine et de la zone abyssale (Seabight) de Porcupine

Elle fait partie d'un complexe géomorphologique et a la forme d'un vaste amhithéatre d'ouvrant sur une plaine abyssale ( « Plain abyssale de Porcupine » ), bordée par un relief dit « banc de Porcupine » (Porcupine Bank).

Elle s'étend sur environ 180 miles nautiques du nord au sud et sur 100 miles nautiques d'Est en Ouest, et s'ouvre sur une plaine abyssale qui s'étend jusqu'à 4 000 mètres] (13 000 pieds] de profondeur


Statut juridique[modifier | modifier le code]

Cette zone est située dans les eaux internationales[1] mais relève du domaine géographique marin suivi par la Commission OSPAR.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Elle est encore mal connue, mais est a priori riche et originale[2]. Elle varie selon la pronfondeur et les substrats est probablement influencée par des conjonctions complexes de facteur de température et de courants marins qui expliqueraient la présence d'une couche néphéloïde (nuage permanent de sédiments fins en suspension au-dessus du fond). on y a notamment identifié de vastes bancs de coraux d'eaux froides et profondes[3], dont certains auraient peut-être des ancêtres méditerrannéens[4].

État pressions et menaces sur le ressources naturelles, les espèces ou leurs habitats[modifier | modifier le code]

Outre les effets directs et indirects de la surpêche, cet environnement subit les apports de polluants venus du continent européen ou apportés de l'Ouest par les courants et vents.

Elle a aussi dans le passé été concernée par des immersions de déchets nucléaires d'origine civile ou militaire, dont par la France [5] qui selon l'ANDRA a en 1967 lors d'une campagne d’immersion (coordonnée par l’AEN immergé 896 conteneurs métalliques (347 tonnes) de déchets enrobés dans du béton (activité d’environ 0,4 térabecquerel) et 30 700 fûts d'acier galvanisé (8837 tonnes) renfermant des boues épaissies issues du traitement d'effluents liquides radiaoctifs (activité de 220 térabec-querels) provenant selon l'Andra du Centre nucléaire de Marcoule[5].
Deux ans plus tard (en 1969) une seconde campagne d'immersion a été lancée par l'AEN avec d'une part 5015 tonnes de fûts métalliques renfermant des boues radioctives enrobées ou non dans du bitume (2201 tonnes) et 2814 tonnes de déchets enrobés de béton. Pour la France, selon l'ANDRA, tous ces déchets venaient de Marcoule et ont été coulés entre 4000 et 4600 m pour une activité totale évaluée à 134 térabecquerels[5].

Anomalie géotectonique[modifier | modifier le code]

Cette zone profonde a fait l'objet en 1966 d'un levé gravimétrique et magnétique afin d'étudier la relation structurelle entre trois zones (Porcupine Bank, Porcupine Bight et le plateau continental qui borde l'Irlande [6]. Selon les données récoltées par cette étude, la marge continentale formant l'extrémité ouest du banc de Porcupine est en équilibre isostatique, conformément à l'hypothèse de Airy. La zone Porcupine Bight est cependant caractérisée par une forte « anomalie négative » gravimétrique qui pourrait être corrélée à la présence sous-jacente dans la croûte terrestre d'un matériau de haute densité et/ou qui pourrait être due à la présence d'une croûte relativement mince[6]. La possibilité d'un déplacement latéral du banc de Porcupine, par rapport au continent principal est envisagée et discutée[6].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Ce bassin a donné son nom à l' Opération Seabight (arraisonnement d'un voilier contenant une grande quantité de drogue (cocaïne), en novembre 2008[7].).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Porcupine Abyssal Plain, International Water" (pdf). horta.uac.pt. Consulté 2008-12-20.
  2. Oceanlab, [www.oceanlab.abdn.ac.uk/esonet/porcupine.php ESONET: Porcupine/Celtic] ; oceanlab.abdn.ac.uk. Consulté 2008-12-20.
  3. de Mol B, Van Rensbergen P, Pillen S, Van Herreweghe K, Van Rooij D, McDonnell A, Huvenne V, Ivanov M, Swennen R, Henriet JP (2002) Large deep-water coral banks in the Porcupine Basin, southwest of Ireland. Mar Geol 188:193–231
  4. de Mol B, Henriet JP, Canals M (2005) Development of coral banks in Porcupine Seabight: do they have Mediterranean ancestors? Cold-water corals and Ecosystems. Springer, Berlin Heidelberg New York, pp 515–533
  5. a, b et c ANDRA (2012), Les déchets immergés ; Inventaire national des déchets et matériaux radioactifs, PDF, 13 p
  6. a, b et c F Gray, AP Stacey (1970), Gravity and magnetic interpretation of Porcupine Bank and Purcupine Bight ; Deep Sea Research and Oceanographic Abstracts, Elsevier (résumé)
  7. « €750m cocaine seizure », Irish Examiner,‎ 2008-11-07 (consulté le 2008-11-08)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dickson RR, McCave IN (1986) Nepheloid layers on the continental slope west of Porcupine Bank. Deep Sea Res 33:791–818
  • (en) M White (2007) Benthic dynamics at the carbonate mound regions of the Porcupine Sea Bight continental margin ; International Journal of Earth Sciences,