Bahmanî

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sultanat de Bahmanî
बहमनी सल्तनत (hi)

13471518/1527

Description de cette image, également commentée ci-après

Le sultanat de Bahmanî vers 1470


Informations générales
Capitale Ahsanâbâd, puis Muhammadâbâd
Religion Islam
Histoire et événements
1347 Révolte contre Delhi et fondation du sultanat
vers 1470 Apogée du sultanat
1518 Démembrement en 5 sultanats
1527 Mort du dernier sultan
Sultans
(1er) 1347-1358 Alâ ud-Dîn Bahman
(Der) 1525-1527 Kalim-ullah Shah

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Bahmanî était un sultanat situé dans le Dekkan en Inde du Sud.

Le sultanat est fondé en 1347 par le gouverneur d’origine afghane Alâ ud-Dîn Bahman, révolté contre son suzerain le sultan de Delhi, Muhammad bin-Tughlûq. Ayant réussi à se libérer de l’emprise des sultans, il établit un état indépendant à Gulbargâ hors des provinces méridionales du sultanat de Delhi. Le capitale de Bahmanî est Ahsanâbâd — parfois notée Hasanâbâd, aujourd’hui la ville de Gulbargâ — entre 1347 et environ 1425, puis elle est déplacée à Muhammadâbâd, aujourd’hui Bîdâr, la puissance du sultanat décroissant à partir de cette période. Les Bahmanî se disputent le contrôle du Dekkan avec le royaume hindou de Vijayanâgara situé sur leur frontière sud.

La noblesse musulmane du sultanat est divisée en deux factions antagonistes. Celle des Dakhani, regroupant les descendants de marchands arabes installés au Deccan depuis le Xe siècle, les musulmans (turcs, afghans ou indiens) venus du nord lors de l’expansion du sultanat de Delhi, les Habshi (mamluk, esclaves abyssiniens) et les hindous convertis. La faction des "étrangers", Afaqis ou gharib, est composée d’immigrés arabes, turcs ou iraniens de la région du Golfe Persique ; ils s’établissent dans la région au début du XVe siècle à l’appel des sultans bahmanides pour occuper des postes d’administration civile ou militaire. Les derniers sont en majorité de confession chiite, de langue persane est constituent une élite, alors que les Dakhani sunnites, qui parlent une dialecte ourdou, occupent des positions subalternes.

La rencontre de ces cultures différentes amène la naissance d’une civilisation dakhani originale, marqué par le chiisme duodécimain importé mais largement ouverte à la culture hindoue. La littérature en langue dakhani se développe, notamment grâce au mécénat des sultans bahmanî.

Le vizir Mahmûd Gâwân, savant, marchand et lettré iranien devient l’homme fort du sultanat en 1453 et 1481 et le porte à son apogée. Il réussit à repousser une offensive de Mahmûd Khaljî, sultan du Mâlvâ (1468), puis reprend Goa (1470), ce qui lui vaut d’être célébré comme un héros. Il réforme ensuite l’administration en vue d’affaiblir le pouvoir des gouverneurs[1]. Certaines régions sont placées sous son autorité directe. Tous les militaires sont payés en partie en monnaie et pour le reste par l’iqtâ. Son administration réussit à maintenir l’équilibre entre les factions. Il est exécuté à l’instigation des Dakhani en avril 1481. Après sa mort les deux groupes s’opposent violemment jusqu’à la dislocation du sultanat.

Après 1518, le sultanat se démembre en cinq états, Ahmadnâgar, Bîjâpur, Bîdâr, Berâr et Golkonda, connus collectivement comme sultanats de Dekkan. Il se font une guerre incessante, ce qui facilite leur intégration échelonnée au sein de l’Empire moghol.

Les sultans de Bahmanî[modifier | modifier le code]

ne régnant que sur Bîdâr :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. N. Jayapalan, History of India, Atlantic Publishers & Distri,‎ 2001 (ISBN 9788171569281, lire en ligne)