Bagnacavallo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bagnacavallo
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Regione-Emilia-Romagna-Stemma.svg Émilie-Romagne 
Province Ravenne 
Code postal 48012
Code ISTAT 039002
Code cadastral A547
Préfixe tel. 0545
Démographie
Gentilé bagnacavallesi
Population 16 665 hab. (31-12-2010[1])
Densité 211 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 25′ 00″ N 11° 59′ 00″ E / 44.41667, 11.98333 ()44° 25′ 00″ Nord 11° 59′ 00″ Est / 44.41667, 11.98333 ()  
Altitude Min. 12 m – Max. 12 m
Superficie 7 900 ha = 79 km2
Divers
Saint patron San Michele
Fête patronale 29 septembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

Voir sur la carte administrative d'Émilie-Romagne
City locator 14.svg
Bagnacavallo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Bagnacavallo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Bagnacavallo
Liens
Site web http://www.comune.bagnacavallo.ra.it/
rigth

Bagnacavallo (Bàgnacaval en dialecte romagnol) est une commune italienne de la province de Ravenne dans la région Émilie-Romagne en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bagnocavallo est situé à une altitude de 11 mètres, entre les fleuves Senio et Lamone (fleuve), sur la route nationale SS253 qui mène d’ouest en est, de Bologne (55 km) à Ravenne (23 km) son chef-lieu. Sur la route provinciale SP8 nord-sud d’Alfonsine (14 km) à Faenza (17 km).
Bagnacavallo a accès au tronçon de l’autoroute A14-bis qui mène à l’autoroute italienne A14 Bologne-Ancône. La cité est également desservie par la ligne de chemin de fer Ferrare-Ravenne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le toponyme Bagnocavallo apparaît pour la première fois en 995 dans la locution flumen Bagnocavallo qui fait référence au lit des fleuves Senio-Santerno qui enserre le territoire du bourg. En substance, à proximité des premières habitations, la présence d’un gué sur le fleuve Senio obligeait de le traverser en mouillant sa monture (bagno = bain et cavallo = cheval).

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Pendant le haut Moyen Âge, le territoire de Bagnacavallo était, en majeure partie, occupé par des terrains incultes, boisés et marécageux : les vieux documents écrits citent une magnum forestum (grosse forêt). Entre le VII et VIII siècle, l’église de San Pietro in Sylvis s élevait sur le territoire : le nom de celle-ci confirme que l’édifice était en limite d’une forêt (Sylvis en latin = selva en italien = forêt en français).
En 744, le roi lombard Liutprand donna à l’évêque de Faenza deux cents ha dans la magnum forestum.
À partir du IX et X siècle, reconquête du terrain marécageux par la construction de route de liaison avec la via Emilia et une autre qui fait la liaison avec la mer à Ravenne. Le centuriation romaine est reprise pour l’assainissement et l’aménagement des terres cultivables.

Bas Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XII et XIII siècle, Bagnacavallo entre dans l’histoire avec les comtes Malvicini qui dominent la ville.
Au début de XIII siècle, le développement se concrétise avec la construction du port-canal sur le Senio et celle d’une tour qui protège l’entrée de la ville.

Plan de Bagnacavallo en 1771.

De 1308 à 1329, Bagnacavallo est entre les mains des comtes de Cunio, qui construisirent la Rocca entourée d’une ceinture de murailles et de fossés. Défenses améliorées par la Famille Manfredi (seigneurs de Faenza), qui domina la cité jusqu’en 1356 où elle passa au Saint-Siège après la conquête de la Romagne par le cardinal Albornoz.
En 1375, le mercenaire anglais John Hawkwood, au service de l’État pontifical, non content de n’avoir été payé s’indemnisa en revendant la cité à la famille d'Este de Ferrare, qui la recéda aux Da Polenta en 1394. Après une brève période sous domination de Faenza, la cité est de nouveau dans les domaines papaux jusqu’en 1140 quand le pape Eugène IV la céda à Nicolas III d'Este

Age moderne[modifier | modifier le code]

De 1598 à 1859, Bagnacavallo fait partie de la Légation de Ferrare dans les États pontificaux.
Entre 1606 et 1607, le gouverneur de la cité fut le célèbre écrivain Trajano Boccalini.
Durant la parenthèse napoléonienne (1796-1815), Bagnocavallo fut inséré dans le département du Rubicon. Avec l’annexion de la légation pontificale au Royaume de Sardaigne (1859), la commune de Bagnacavallo fut rattachée à la Province de Ravenne.

Monuments et lieux d’intérêt[modifier | modifier le code]

  • Piazza Nuova – nouvelle place de forme elliptique entourée par un portique, édifiée en 1758 pour lieu de marché et d’échanges commerciaux.
  • Il Castellaccio – le plus vieux palazzo construit au XV siècle par une famille de seigneurs locaux.
  • Piazza della Libertà – La place de la liberté au centre du pays entouré de :
    • l’église,
    • le palais communal,
    • le théâtre Carlo Goldoni,
    • la tour civique du XIII ex-prison, surmontée d’une horloge.
  • l’église de San Pietro in Sylvis', du VII siècle.
  • Podere Pantaleone, zone boisée de 6 ha, transformée en zone naturelle de rééquilibre écologique.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Boncellino, Glorie, Masiera, Rossetta, Traversara, Villanova, Villa Prati

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Alfonsine, Cotignola, Faenza, Fusignano, Ravenne, Russi, Lugo (Italie)

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population en janvier de chaque année[modifier | modifier le code]

1861 1901 1921 1951 1961 1971 1981 1991 2001
13 844 15 176 16 238 16 753 17 441 17 642 17 550 16 584 16 122
2011 - - - - - - - -
16 665 - - - - - - - -


Ethnies et minorités étrangères[modifier | modifier le code]

Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1º janvier 2010 la population étrangère résidente était de 1383 personnes. Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

Pos. Pays Population
1 Roumanie Roumanie 416
2 Drapeau du Maroc Maroc 323

Culture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée civique des Capucines – dans l’ex-couvent des Capucines, héberge la pinacothèque et la galerie d’art moderne.

Sacre et manifestations[modifier | modifier le code]

  • «Fête de Saint Michel» – Fête patronale la dernière semaine de septembre à Bagnocavallo ;
a Boncellino
  • «Festa del Passatore». Fête du Passatore, fin des deux dernières semaines d’avril à Boncellino.
  • «Fête du printemps en fleur». La première semaine du printemps à Traversara.
  • «Sacre des herbes palustres». Fin de la seconde semaine de septembre à Villanova. Evocation des techniques anciennes du travail des herbes palustres et du bois (tressage et vannerie).
  • «Villanova in Corto». Festival du court métrage, fin de la première semaine d’octobre.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités nées dans la ville[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est basée sur la petite et moyenne entreprises agricoles (céréales, pêche, prune, poire et pomme), autour desquelles se trouves des établissement de transformation et de commercialisation.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]